Nostradamus, le plus célèbre des prophètes

28 juin, 2020
Le nom de Nostradamus a été lié à ses talents de divination. Comme cela est souvent le cas dans ses affaires, les détracteurs et les croyants ont une interprétation différente de ses écrits. Lé clé se cache dans son histoire.

Au XVIe siècle, en France, un médecin d’origine juive du nom de Michel de Nostredame, dit Nostradamus, connaîtra une grande renommée et deviendra un habitué des cours européennes. Ses capacités de guérison, non négligeables, ne sont pourtant pas à l’origine de cette large reconnaissance.

À cette époque, la médecine était loin d’être une science clairement définie, comme c’est le cas aujourd’hui, et n’étaient qu’une discipline parmi d’autres. Ainsi, les ancêtres de Nostradamus combinaient médecins et astrologues et notre protagoniste a appris ces pratiques, en même temps que la fabrication de médicaments ou de cosmétiques.

Les prédictions ou divinations inspirées par les étoiles n’étaient pas, à cette époque, considérées comme des hérésies. Après tout, c’est Dieu lui-même qui a arrangé les étoiles pour leur lecture. Michel en a profité, servant même Catherine de Médicis et Henri II de France. Avec le temps, la légende a dépassé l’homme et; encore aujourd’hui, ses prophéties font l’objet d’un culte par ses adeptes.

Des temps troublés

Dans une certaine mesure, Nostradamus est un fils de son temps. Aux XVe et XVIe siècles, plusieurs facteurs ont favorisé son ascension.

D’une part, la peste a dévasté l’Europe, rendant l’avenir plus incertain. Aux morts s’ajoutent les mauvaises récoltes et les guerres de religion continuelles, toute aide pour connaître l’avenir est donc valorisée. En effet, la tragédie de la peste va frapper durement Nostradamus, qui perd sa première femme et ses enfants et doit interrompre sa formation à Avignon.

D’autre part, sur le plan culturel et intellectuel, la Renaissance se situe toujours entre deux époques. Dans les cours et les villes, les artistes et les chercheurs se sont multipliés, moins dépendants du pouvoir religieux qu’au Moyen Âge.

Parmi ce développement scientifique incontrôlé, il y a aussi eu une augmentation du développement non scientifique incontrôlé, parsemé de superstitions qui sont encore courantes. Dans de nombreux cas, la science et la superstition ont été signées par le même auteur.

“Un Empereur naistra pres d’Italie,
Qui à l’Empire sera vendu bien cher,
Diront avec quels gens il se ralie
Qu’on trouvera moins Prince que boucher.”

-Centurie I, quatrain 60, Nostradamus. Soi-disant en référence à Napoléon-

Une page des Prophéties de Nostradamus

La carrière de Nostradamus

Après avoir terminé ses études de médecine à Montpellier, Nostradamus a poursuivi sa formation sur une base itinérante. La peste marquera certainement sa biographie, en travaillant inlassablement contre cette maladie, avant même qu’il n’obtienne son diplôme. Il l’a certainement fait en s’inspirant de sa tragédie personnelle.

Ses voyages lui ont permis de se familiariser avec une grande variété de pommades et de méthodes de prévention, ce qui en fait un expert recherché dans toutes les villes françaises où de nouvelles épidémies se produisent.

C’est à cette époque, sûrement stimulé par sa respectabilité, qu’il commence à publier ses almanachs. Les almanachs étaient des calendriers qui rassemblaient toutes sortes de prévisions pour l’année inspirées par les étoiles.

En dehors de la guerre ou de la peste, dans une société si dépendante de la vie agricole, les prévisions de récoltes étaient très demandées. Même en incluant les prévisions climatiques, ces calendriers précèdent notre science météorologique, à l’exception du fait qu’ils n’ont aucune sorte de rigueur scientifique.

À ces écrits, il faut ajouter ceux qui font référence aux cosmétiques et à la botanique. Des huiles thérapeutiques et des parfums aux philtres d’amour. Avec une telle polyvalence, il était le médecin recherché dans n’importe quelle localité.

L’œuvre prophétique de Nostradamus

De toutes ses œuvres, les plus lues et les plus étudiées seront sans doute les Prophéties. Ecrites en quatrains regroupés par centaines, elles sont inspirées par les étoiles.

Bien qu’elles ne contiennent jamais la date de la prophétie, la limite de l’année pour tous est 3797. Ces spéculations peuvent donc s’appliquer à plusieurs siècles. r.

Les interprètes de ces quatrains n’ont pas manqué, ni en leur temps ni de nos jours. Le sujet est riche et varié, des catastrophes naturelles aux guerres, des naissances remarquables aux découvertes scientifiques.

“Du plus profond de l’Occident d’Europe,
De pauvres gens vn ieune enfant naistra :
Qui par sa langue seduira grande trouppe,
Son bruit au regne d’Orient plus croistra.”

-Centurie III, quatuor 35, Nostradamus. Se référant soi-disant à Hitler-

Un buste de Nostradamus

Prophétique ?

Mais Nostradamus voulait aussi nous laisser les secrets de la divination. Dans sa correspondance personnelle, il inclut un petit détail, afin de ne pas donner de la confiture aux cochons, il a écrit ses Prophéties au moyen de “phrases cachées et énigmatiques”.

Nous ne savons pas si la volonté de l’auteur était de tromper ses lecteurs, tout comme nous ne pouvons pas savoir si beaucoup de ses disciples étaient prêts à tomber dans une tromperie suggestive. En tout cas, les quatrains sont tellement ambigus et génériques qu’ils pourraient s’inscrire dans de nombreux faits historiques, voire aucun.

Peut-être que la vie et l’œuvre de Nostradamus ne nous apprennent rien ou presque de ce que l’avenir nous réserve, mais elles demeurent une excellente leçon sur le pouvoir de la suggestion humaine.

 

  • Corvaja, Mirella (2006) Las Profecías de Nostradamus, De Vecchi.
  • Alonso, Laura (2002) Nostradamus, Servilibro.