Neurobiologie du trouble obsessionnel compulsif (TOC)

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) touche environ 3 % de la population mondiale. Les études qui essaient d'apporter des éléments à son étiologie sont nombreuses. Pour cette raison, nous voulons aujourd'hui vous parler de la neurobiologie du TOC.
Neurobiologie du trouble obsessionnel compulsif (TOC)
Gorka Jiménez Pajares

Rédigé et vérifié par le psychologue Gorka Jiménez Pajares.

Dernière mise à jour : 10 mars, 2023

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) est une entité clinique grave. Il peut survenir aussi bien chez les enfants que chez les adultes et impacte grandement le fonctionnement quotidien des patients qui en souffrent. Plus précisément, c’est l’un des 20 principaux facteurs objectifs d’invalidité, selon l’OMS.

Les personnes atteintes de ce trouble grave consacrent beaucoup de temps et d’énergie aux obsessions et aux compulsions. De plus, elles ont tendance à avoir du mal à accomplir leurs tâches à temps car elles sont assez inflexibles. Cela peut même affecter la capacité à élever des enfants.

« Le TOC, c’est comme cette chanson qui résonne encore et encore dans votre tête, sauf que vous ne pouvez pas vous en défaire. »

-Kimberly Matthews-Cifra-

Femme pensant très inquiète
Le TOC détériore les domaines essentiels de la personne et produit de grandes souffrances.

Qu’est-ce que le TOC ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les personnes atteintes de cette entité clinique ont tendance à être obsédées par certains aspects. En réponse à leurs obsessions, elles adoptent un comportement rituel. C’est ce qu’on appelle la compulsion.

La maladie provoque d’intenses souffrances et les domaines essentiels de la personne se détériorent, comme le travail, la sphère interpersonnelle ou académique.

Obsessions

Imaginez qu’une pensée vous vient à l’esprit : « et si je tuais mon voisin ? ». Cette pensée vous cause un immense malaise, car vous êtes loin de vouloir le faire. Simplement, la pensée vous est venue à l’esprit, s’est installée et se présente de façon réitérée. C’est une obsession : une pensée, une impulsion ou une image intrusive qui provoque beaucoup d’anxiété (APA, 2015).

« Le TOC, c’est comme être contrôlé par un marionnettiste. »

-Toni Neville-

Compulsions

En continuant avec notre exemple, vous essayez de vous libérer de la pensée précédente. Pour ce faire, vous comptez jusqu’à 100, en allant de deux en deux, pendant une minute. Ainsi, une compulsion est un comportement. Elle peut être aussi bien mentale (comme dans notre exemple) que physique (par exemple, se laver les mains). En émettant la compulsion, on empêche le mal-être ou la situation négative.

« Une sensation physique me parcourt le bras alors que j’évite les compulsions. Mais si je la mets en œuvre, le monde se repose un instant car tout va bien se passer. Mais juste un instant ».

-Mardy M. Berlinger-

Une approche de la neurobiologie des troubles obsessionnels compulsifs

Il existe différentes hypothèses biologiques qui tentent de faire la lumière sur l’origine du TOC. Cependant, nous manquons toujours de biomarqueurs ou de tests de laboratoire qui confirment sans équivoque son existence. Malgré tout, nous voulons vous présenter les résultats dont nous disposons jusqu’à présent.

Génétique du TOC

Si vous êtes l’enfant, le frère, la sœur ou le parent d’une personne atteinte de TOC, vous êtes probablement jusqu’à deux fois plus susceptible d’avoir le même trouble. Selon Belloch (2022), les enfants de personnes atteintes de TOC ont un plus grand nombre d’obsessions par rapport à la population normale.

En fait, selon Carrobles (2014), il semblerait que le trouble obsessionnel-compulsif soit hautement héréditaire, bien que des recherches supplémentaires soient encore nécessaires. Les frères et sœurs monozygotes, c’est-à-dire les jumeaux, présentent un risque de souffrir tous les deux de TOC dans jusqu’à 90 % des cas.

« Dans 87 % des cas, le TOC devient chronique. »

-Claudia Urbistondo-

Neurobiologie du TOC

Les régions cérébrales les plus étudiées ont été le lobe frontal (qui soutient les fonctions mentales supérieures), les ganglions de la base (liés au comportement moteur) et le thalamus (le conducteur de toutes les informations sensorielles et motrices). De plus, les troubles qui relèvent du spectre du TOC partagent des réseaux neuronaux similaires. Plus précisément, la région fronto-striatale est excessivement activée.

  • Les ganglions de la base sont sous-activés chez les personnes atteintes de TOC. Cela pourrait être la cause d’une partie des compulsions motrices. De plus, plus la sévérité symptomatique est grande, plus le volume ou la taille de cette structure est important.
  • Le cortex frontal est excessivement actif. Cela pourrait expliquer pourquoi les patients s’enlisent dans des obsessions.

D’autre part, pour les obsessions dont le noyau est la peur d’être contaminé (« j’ai touché un stylo, je me suis contaminé et je vais tomber malade ») et qui provoquent le besoin de se laver constamment, ou la compulsion (« si je me lave 54 fois, je serai propre »), des régions spécifiques ont été trouvées. Plus précisément, les zones ventromédiales du lobe préfrontal sont plus activées, ainsi que le noyau caudé.

Ceux impliquant des compulsions de vérification (« Je pense que j’ai laissé la voiture ouverte, je vais aller vérifier »), le putamen, le globus pallidus et les régions thalamiques s’activent intensément.

cerveau éclairé en bleu
Dans le TOC, le cortex frontal est très actif, tandis que les ganglions de la base sont sous-actifs.

Neurotransmission dans le TOC

Il existe essentiellement deux hypothèses. La première concerne la molécule de la sérotonine, et propose que cette dernière serait excessivement basse chez ces patients. D’autre part, une autre idée est que la molécule de la dopamine (impliquée dans le comportement moteur et l’apprentissage) puisse se trouver en excès. Cela pourrait expliquer pourquoi les patients atteints de TOC présentent un comportement moteur excessif.

Comme nous l’avons vu, des recherches supplémentaires sont encore nécessaires sur la neurobiologie des troubles obsessionnels compulsifs. Il serait intéressant de découvrir des tests diagnostiques basés sur des biomarqueurs qui permettraient de poser un diagnostic plus précis.

Ainsi, le TOC pourrait être diagnostiqué par une IRM ou un test sanguin. Cependant, aujourd’hui, c’est loin d’être possible.

« Avoir un TOC, c’est comme avoir deux cerveaux, un rationnel et un irrationnel. Et ils se disputent constamment. »

-Emilie Ford-

Cela pourrait vous intéresser ...
Styles de raisonnement dysfonctionnels dans le TOC
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Styles de raisonnement dysfonctionnels dans le TOC

Les styles de raisonnement dysfonctionnels dans le TOC naissent du doute, qui est la graine qui contamine tout sur son passage.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Belloch, A. (2023). Manual De Psicopatologia. Vol. Ii (2.a ed.). MCGRAW HILL EDDUCATION.
  • CIE-11. (s. f.). https://icd.who.int/es
  • First, M. B. (2015). DSM-5. Manual de Diagnóstico Diferencial. Editorial Médica Panamericana.
  • Pena-Garijo, J., Ruipérez Rodríguez, M. Á., & Barros-Loscertales, A. (2010). Neurobiología del trastorno obsesivo-compulsivo: aportaciones desde la resonancia magnética funcional (I).
  • Martínez Díaz, S., Peña, C., López, E., Guzmán, N., & Corominas, A. (2019).
  • Carrobles, J. A. S. (2014). Manual de psicopatología y trastornos psicológicos (2a). Ediciones Pirámide.
  • Urbistondo, C., Macbeth, G. E., Kichic, R., & Ibáñez, A. (2011). El modelo frontoestriado del trastorno obsesivocompulsivo: evidencia convergente de estudios de potenciales evocados relacionados a eventos. Psicología y Psicopedagogía, 25(1), 120-133.
  • Ortiz García, A. E. (2015). Marcadores genéticos y de neuroimagen en el Trastorno obsesivo-compulsivo de inicio en la infancia y la adolescencia.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.