Il n’est pas bon de taire ses émotions, car cela envenime l’âme

5 mai 2017 dans Psychologie 1382 Partagés

Vous sentez que vous avez besoin de parler et de verbaliser certaines choses, mais vous vous retenez. Vous savez qu’il y a quelque chose en vous qui lutte pour sortir, mais vous ne le lui permettez pas. Vous avez peur que l’on vous rejette, vous craignez de vous montrer vulnérable, et le sentiment de honte vous fait ré-envisager ce que vous ressentez… Cependant, vous n’avez pas conscience du fait qu’en taisant vos émotions, vous envenimez votre âme.

Finalement, cette attitude finira par devenir une constante. Vous vous trouverez entre le “oui” et le “non” à chaque fois que vous aurez besoin d’exprimer ce que vous ressentez. Combien de fois vous êtes-vous senti-e coupable de ne pas avoir eu le courage de permettre aux mots de sortir sans retenue de votre bouche ? Combien de fois avez-vous regretté de ne pas laisser sortir ce que votre âme crie ?


“Je porte une profonde tristesse dans mon coeur qui parfois doit éclater en sons.”

– Franz Liszt –


Le fait de taire nos émotions a un prix

Depuis notre plus jeune âge, on nous apprend à taire nos émotions. On commence à retenir nos larmes quand elles ont besoin de sortir, on commence à ne pas dire ce que l’on ressent vraiment car les autres pourraient nous rejeter, et que le rejet fait mal. La peur commence à s’installer telle le bâillon de nos émotions et de nos sentiments.

La haine, la colère et la tristesse sont des émotions négatives que nous avons appris à contenir car en les montrant, nous nous dévoilons, projetant ainsi l’image d’êtres humains incapables de se contrôler. D’un autre côté, l’amour, les câlins ou le fait de dire “je t’aime” sont des émotions positives que nous taisons également. Que ce soit à cause de peurs que l’on traîne depuis notre plus tendre enfance, ou bien de ce sentiment de honte, parfois si inutile, qui nous poursuit partout.

Cependant, faire cela, c’est aller à l’encontre de notre nature. Nous sommes des êtres émotionnels. Aussi fort puisse-t-on vouloir ne rien ressentir, aussi fort puisse-t-on essayer de taire nos émotions, elles ne disparaîtront pas pour autant. Vous pouvez vous efforcer autant que vous le voulez de vous taire, mais tôt ou tard, votre corps réagira. Ces larmes, ces mots que vous gardez en vous ressortiront d’une manière ou d’une autre sans que vous ne puissiez rien faire pour éviter cela.


“La douleur qui n’est pas évacuée avec des larmes peut mener certains autres organes que nos yeux à pleurer.”

– Francio J. Braceland –


Vous utilisez votre corps comme un récipient où vous versez tout ce que vous ressentez, mais que vous refusez d’exprimer. Soudain, vous n’êtes plus capable d’expliquer pourquoi vous avez mal partout, pourquoi la dépression et l’anxiété ont fait acte de présence ou pourquoi l’insomnie et l’insatisfaction commencent à éteindre l’illusion et les envies de faire des choses qu’avant vous deviez faire. Votre corps commence à vous alerter que quelque chose va mal.

Donnez de la voix à vos sentiments

On parle toujours du silence comme d’un trait de sagesse qui nous permet de pouvoir écouter les autres, mais aussi nous-mêmes. Il peut nous aider à écouter notre corps, la manière qu’il a de réagir, ce dont il a besoin. Cependant, au bout du compte, il est important de donner de la voix à vos sentiments malgré tout.

Ainsi, il est indispensable que vous n’oubliez pas une certitude : dire et exprimer ce qui vous ronge de l’intérieur n’implique pas nécessairement de faire du mal aux autres. Ce qui est certain, c’est que dans l’expression de nos émotions négatives, parfois, on se laisse porter par l’énergie de tout ce qui a été accumulé, et c’est alors que l’on peut causer de gros dégâts. D’où le fait que la régulation des émotions soit plus facile quand on n’a pas un grand débit accumulé d’émotions à contenir.

Une bonne manière de mettre de l’ordre, aussi bien dans nos sentiments positifs que dans nos sentiments négatifs, c’est d’écrire. Le faire génère en nous du plaisir, une sorte de libération. Mais attention ! Ne restez pas là-dedans, avec le mot d’ordre de taire vos émotions. Coucher sur le papier votre colère ou votre tendresse ne remplacera jamais l’acte lui-même de les verbaliser : la chaleur d’une feuille blanche, ce n’est pas de la chaleur humaine.


“Nous ne sommes pas responsables des émotions, mais il est de notre devoir en revanche de composer avec elles.”

– Jorge Bucay –


D’un autre côté, porter la charge des émotions et des sentiments des autres peut augmenter votre propre charge émotionnelle. Vous en avez déjà assez avec la vôtre, ne cherchez pas à en avoir plus. Cessez de vivre constamment dans ce besoin de dire, mais avec la pensée de taire. Vous ne vous sentirez pas libre, mais condamné-e.

Dans votre tentative de prendre les commandes de vos émotions, vous finirez par perdre le contrôle. Elles commandent, elles sortiront d’une manière ou d’une autre autre. Taire vos émotions n’est pas naturel ni bénéfique pour notre santé.

Images de Kristin Vestgard

A découvrir aussi