Naltrexone à faible dose : la panacée cachée ?

30 septembre, 2020
Le médicament naltrexone, pris à faible dose, semble soulager une multitude de pathologies. Cependant, les médecins appellent à la méfiance. Découvrez ce que nous savons réellement sur cette substance.

Au cours de la dernière décennie, le public a manifesté un intérêt croissant pour un antagoniste des opioïdes, la naltrexone, qui, prise à faibles doses (LDN ou naltrexone à faible dose), a eu de prétendus effets bénéfiques sur de nombreuses maladies. Cependant, le corps médical n’est pas toujours de cet avis.

Dans bien des cas, nous avons eu l’occasion d’entendre que la guérison ne consiste pas toujours à avaler une pilule. Ce que les médecins nous prescrivent et ce que les pharmacies nous vendent est parfois plus nocif que d’autres traitements plus artificiels.

Cette maxime hypothétique semble avoir été assouvie avec la découverte – hésitante au début, et formalisée et académisée, plus tard – de cette nouvelle façon de prendre le médicament naltrexone, supposé aider l’organisme à se défendre avec ses propres armes contre les maladies. Il pourrait même, dit-on, soigner du cancer et du VIH.

L’histoire de la redécouverte de la naltrexone

Vers 1985, feu le Dr Bernard Bihari (psychiatre new-yorkais licencié à l’Université de Harvard), selon un grand nombre de publications sur son travail, s’est rendu compte que la prise de naltrexone à faible dose améliorait la réponse immunologique contre le VIH – le virus qui cause le SIDA.

Quelques années plus tard, il a découvert que ce médicament, qui à des doses thérapeutiques (prévues pour une utilisation officielle comme une aide à la désactivation des opioïdes) était utilisé dans la dépendance à l’héroïne et/ou à la morphine, bénéficiait également aux patients cancéreux et les maladies auto-immunes.

Découvrez les effets de la naltrexone.

Selon les dossiers des travaux thérapeutiques du Dr Bihari, dans près d’un quart des quelque 500 cas de divers types de cancer qu’il a traités à l’aide de naltrexone à faibles doses, il a réussi à réduire la taille de la tumeur d’au moins 75 % par rapport à sa taille originelle.

Dès le début de son administration et au cours de son développement ultérieur, le Dr Bihari a formulé que le mécanisme anticancéreux de la LDN est probablement dû à sa tendance à augmenter le nombre et la densité des récepteurs opioïdes dans la cellule (et, en particulier, des récepteurs des endorphines, les “opioïdes naturels” ou “molécules du bonheur”).

Cela le rend plus sensible au bénéfice thérapeutique de ces molécules. Le nombre et le degré d’activité des cellules de défense de notre système immunitaire, comme proposé, sont également augmentés par l’action de ce médicament.

“Pour beaucoup, il est difficile de croire qu’un médicament puisse remplir autant de fonctions. Mais le LDN ne traite pas les symptômes, comme le font la plupart des médicaments. Il fonctionne à contre-courant pour moduler les mécanismes de base qui provoquent un état pathologique.”

– Dr. Burton M. Berkson-

Pour quels maux cette approche la naltrexone pourrait-elle être utile ?

Outre son utilisation reconnue comme anti-addictif, il existe de nombreuses pathologies qui pourraient hypothétiquement bénéficier de cette approche thérapeutique peu connue :

  • Cancer
  • Hépatite C
  • Lupus
  • Neuropathies diabétiques
  • Colite ulcéreuse
  • Dermatomyosite
  • L’autisme
  • Sclérose en plaques (SEP)
  • Syndrome de fatigue chronique (SFC)
  • Maladie de Crohn
  • VIH SIDA
  • La maladie d’ Alzheimer
  • Maladie de Parkinson
  • Syndrome du côlon irritable
  • Thyroïdite d’Hashimoto
  • Et bien d’autres…

Il est vraiment étonnant qu’une seule substance puisse avoir un effet sur tant de maladies si différentes. Bien que les experts puissent sentir une sorte de connexion entre toutes ces pathologies, toutes sont liées à des processus inflammatoires, et presque toutes sont associées, d’une manière ou d’une autre, par des mécanismes auto-immunes.

Ces mécanismes présentent un dysfonctionnement immunitaire, faisant que notre propre système de défense se retourne contre nos cellules.

“Les problèmes traités avec la LDN partagent tous la même caractéristique. Dans tous les cas, le système immunitaire joue un rôle central. De faibles taux sanguins d’endorphines sont également présents, qui sont ceux qui contribuent aux déficits immunitaires liés à la maladie.”

-Dr. Bernard Bihari-

Comment fonctionne vraiment le LDN ?

Le mécanisme d’action de ce médicament ne pourrait pas être plus simple et logique et en même temps plus magnifiquement complexe. Année après année, on découvre de plus grandes étendues des voies biochimiques dont il fait partie, ainsi qu’un nombre croissant d’avantages dans de multiples conditions.

En fait, l’une des découvertes les plus récentes lui donne la capacité d’améliorer la survie des neurones après une lésion cérébrale grâce à l’influence de la naltrexone sur les cytokines qui régulent les processus inflammatoires.

La cascade d’événements qui sous-tendrait ces effets est, par ordre chronologique :

  • Le LDN inhibe temporairement la libération d’endorphines.
  • En conséquence, le corps réagit en augmentant leur production ainsi que la quantité de récepteurs cellulaires qui se lient à ces molécules.
  • Après l’effet inhibiteur de la LDN, on constate une augmentation des endorphines en circulation qui, en plus de favoriser un sentiment de bien-être et une augmentation de la libido, provoque une augmentation du nombre de nos cellules T.
  • Le déséquilibre des cellules T, caractéristique d’un large éventail de maladies, est ainsi rétabli en réduisant les effets de la maladie.
Découvrez les bienfaits de la naltrexone.

Son utilisation est-elle sûre ? Pourquoi les médecins en général n’ont-ils pas entendu parler de cette thérapie ?

De nombreuses sources affirment que l’utilisation du LDN, avec les précautions nécessaires, est relativement sûre. Les quantités de naltrexone indiquées varient selon les personnes et les pathologies et doivent, dans tous les cas, être guidées par un spécialiste qui supervise également leur apport.

Au début du schéma thérapeutique LDN, des symptômes tels que faiblesse, dysesthésie, fatigue, douleur et, en particulier, troubles du sommeil et cauchemars peuvent survenir.

Ces effets secondaires, dans tous les cas, devraient disparaître au bout d’une ou deux semaines et sont dus aux quantités inhabituelles d’endorphines présentes dans le corps.

Toute personne intéressée par l’utilisation potentielle de cette variante thérapeutique doit, comme indiqué, consulter un médecin spécialisé. Il est plus que probable que votre médecin connaisse à peine cette approche médicamenteuse.

Il y a peu d’intérêt pour son étude et son application dans le domaine clinique et dans les grandes maisons pharmaceutiques étant donné la réduction des revenus économiques que sa commercialisation signifierait. C’est donc peut-être le patient lui-même qui proposera les informations de santé à ce sujet.

Comme nous le savons bien, il existe bien plus que ce que l’œil peut voir. De même, il existe plus de façons d’aborder la santé que la médecine officielle ne peut en offrir.

Bien que ce soit la responsabilité de tous, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de rassembler son courage pour s’aventurer dans l’exploration d’autres moyens, peut-être moins chers et plus efficaces, de traiter des conditions pour lesquelles il y a souvent peu d’espoir.