Vous n’allez pas l’oublier, mais vous pouvez reconstruire votre vie pendant ce temps

· 6 mai 2017

L’une des pensées qui génère le plus de mal être chez les personnes qui entament un processus de rupture et qui laissent derrière elle une relation toxique est la peur de ne jamais oublier cette personne. La peur qui naît lorsqu’on ressent que cette personne est toujours présente alors qu’elle n’est plus là physiquement dans leur vie. Cette peur a un lien avec l’incertitude : ne pas savoir si à un moment, cela changera et s’estompera complètement.

Dans ce processus, des impacts émotionnels importants ont aussi lieu, lorsque tous les bons souvenirs reviennent d’un coup. Des sensations dans lesquelles se mêlent la nostalgie et la colère envers ces étincelles intermittentes qu’émettait cette source de souffrance constante.

Logiquement, ces personnes finissent par se demander : comment les souvenirs de quelqu’un avec qui j’ai tant souffert et dont je dois m’éloigner continuent à me sembler si agréables et provoquent en moi tant de mal être en même temps ? Était-ce finalement « CETTE » personne et est-ce que je fais bien de la laisser s’échapper malgré tout le mal qu’elle a causé chez moi ?

Et en effet, on continue à aimer ces personnes. C’est ce qui nous fait le plus souffrir quand nous nous éloignons de quelqu’un pour notre bien et pour sauvegarder notre amour propre. Comment est-ce que je peux aimer quelqu’un qui m’a fait tant de mal ? C’est la question que nous nous posons, encore et encore.

Vous n’allez pas l’oublier et vous allez même continuer à l’aimer

Oui, c’est possible. On peut continuer à aimer quelqu’un qui ne nous a pas mérité. On peut se rappeler de cette personne avec la même tendresse et douceur que les souvenirs que l’on en a. Certaines questions, que peuvent nous poser nos ami-e-s, telles que « Comment est-ce que tu fais pour ne pas le/la détester après tout ce qu’iel t’a fait ? » ou « Comment ? Avec tout ce que tu as souffert, tu n’es pas capable de le/la voir différemment ? » ; ces questions, donc, logiques pour la tête, s’avèrent déconcertantes pour le cœur.

Évidemment que l’on peut continuer à aimer une personne qui nous a fait du mal. C’est la logique du cœur. La passion et les émotions agréables que nous avons vécues continuent et nous apportent de beaux souvenirs. Des souvenirs qui nous font du mal lorsqu’on s’en éloigne. Car notre tête est incapable de comprendre ce paradoxe étrange.

Mais ce paradoxe existe et est tout à fait humain. Il est inutile de nous frustrer en voulant convaincre notre cœur de ne pas sentir alors que c’est son devoir. Le cœur sentira au-delà de ce que notre tête peut penser. Peut-être que vous pensez qu’il y a des têtes qui limitent le cœur et que pour cela, elles ont construit une forteresse de fer épaisse pour atténuer les battements jusqu’à rendre leur écho insignifiant. Mais sachez aussi que toute forteresse, ou muraille, est défensive et nous éloigne de ce que nous ressentons véritablement.

La lucidité est notre alliée sur ce chemin

Accepter cette réalité coûte beaucoup, mais nous libère d’une bonne dose d’efforts inutiles. Que le cœur soit libre n’implique pas que nous ne pouvons pas utiliser notre tête puisque la lucidité est ce qui va nous aider à maintenir notre amour propre intact. Ne pas pouvoir oublier quelqu’un qui a été important dans notre vie (même s’il nous a fait du mal) ne signifie pas que cette personne est celle qui nous convient.

« Refuse de souffrir par amour, trouve ta place dans la solitude et ne permets pas que le désir d’aimer se retrouve au-dessus de tout. »

-Walter Riso-

Se souvenir est humain et naturel, tout comme continuer à construire sa vie. De plus, le faire avec cette expérience nouvelle d’apprentissage va nous aider à nous protéger. Faites tout ce que vous désirez, inscrivez-vous aux activités que vous avez toujours voulu faire et laissez-vous porter : peignez, dansez, composez des chansons, écrivez, construisez, créez, aimez les vôtres… Aimez-vous, vous !

Responsabilité et amour propre

Aimez-vous, prenez soin de vous, engagez-vous vis à vis de votre amour propre. Éclaircissez ce que vous avez appris de vous dans cette relation. Reprocher les souffrances reçues à l’autre ne va pas vous aider. Mais, savoir ce que vous avez été capable de tolérer « par amour » ou dans cette passion qui vous aveuglait va vous aider à prendre la partie de responsabilité que vous avez.

« Un homme voyage par le monde en cherchant ce dont il a besoin et revient à la maison pour le trouver. »

-Georg Moore-

Pensez-y… Et soyez honnête avec vous-même. Demandez-vous : Quelles sont les limites que j’ai dépassées dans la relation avec mon amour propre ? ». Répondez-vous avec calme et avec temps. « Quelles sont les limites que je ne suis plus disposé-e à dépasser dans aucune relation ? » Construisez-vous avec cette expérience et ne vous pressez pas si vous n’êtes pas capable de l’oublier. Pensez que l’on ne peut pas oublier qui on a aimé, mais qu’on peut construire de nouveaux souvenirs avec de nouvelles expériences qui alimentent l’amour que vous méritez.

Lisez aussi : 4 films pour surmonter une crise d’amour propre