Je n’ai pas d’aptitudes sociales… Que dois-je faire ?

8 mars 2017 dans Emotions 45 Partagés

Même si elles n’ont pas de définition déterminée, nous parlons tou-te-s d’elles. Les aptitudes sociales sont l’ensemble des conduites qui nous aident à nous lier aux autres et que nous apprenons par imitation. Elles configurent notre façon d’être face aux autres et se mettent en évidence, par exemple, quand nous assistons à une réunion ou quand nous entamons une conversation avec un-e inconnu-e.

Les aptitudes sociales sont étroitement liées à la psychologie et, pour cette raison, elles peuvent être traitées dans une consultation avec un thérapeute. En tant que première mesure, il est bon de savoir ce qu’elles sont avant de déterminer que l’on n’en possède aucune. Il ne faut pas être si pessimiste dans la vie !

Quelles sont les aptitudes sociales ?

Les aptitudes sociales ont été étudiées et analysées du point de vue de la psychologie pendant plusieurs décennies. En fait, la première étude sur ce point date de 1949. C’est précisément grâce à ces années de recherche que nous pouvons classer les compétences sociales en différents groupes, qui seraient configurés de la manière suivante :

  • Premier groupe : on retrouve ici les aptitudes basiques comme écouter, débuter et maintenir une conversation, remercier, poser une question, se présenter et présenter une personne, dialoguer, avoir de l’empathie ou faire un compliment.
  • Second groupe : on retrouve les compétences sociales avancées, comme par exemple donner et suivre des instructions, demander de l’aide, s’excuser, participer, donner une opinion et convaincre les autres.
  • Troisième groupe : ce sont les aptitudes qui sont liées à ce que nous ressentons. Dans celui-ci, on distingue : connaître et exprimer des sentiments, comprendre les sensations des autres, exprimer son affection, faire face à la colère des autres, s’auto-récompenser et résoudre ses peurs.
  • Quatrième groupe : ce sont celles qui s’identifient avec l’auto-contrôle, le fait de demander une autorisation, aider, partager, vouloir, négocier, avoir de l’auto-contrôle, répondre à des blagues, défendre ses droits, éviter des problèmes avec des tiers et ne pas se battre.
  • Cinquième groupe: dans ce dernier, on retrouve les compétences qui permettent de faire face au stress. C’est-à-dire formuler et répondre à une plainte, gérer un sentiment de honte, faire face à la persuasion, à l’accusation et à l’échec, défendre quelqu’un, se retrouver face à un message contradictoire, se préparer pour une conversation compliquée et résister aux pressions.

L’empathie et les aptitudes sociales

Depuis peu, nous rencontrons un mot que nous n’utilisons peut-être pas très souvent mais dont nous faisons l’expérience à chaque instant. L’empathie signifie comprendre ce que l’autre ressent – selon ses circonstances, depuis sa place – et agir en conséquence. Au contraire de ce que certaines personnes pensent, elle n’implique pas de « traiter une personne comme on aimerait qu’elle nous traite » parce que, par chance, chaque personne aime des choses différentes.

Être plus ou moins empathique ne dépend pas toujours d’un enseignement ou d’une caractéristique innée dont nous héritons quand nous naissons. On croit que les femmes le sont plus que les hommes car elles ont besoin de comprendre ce dont leurs enfants ont besoin quand iels sont petit-e-s. Ainsi, il semble que les femmes bénéficient d’une sensibilité plus développée pour le contact social car, pour la sélection naturelle, cela a été un facteur important.

Faire preuve d’empathie avec une ou plusieurs personnes est la première étape pour que l’autre se sente à l’aise dans l’interaction. Si vous commencez à faire preuve de plus d’empathie, vous plairez davantage aux gens, vous serez plus persuasif-ve, vous vous ferez entendre, vous aurez plus de motivation et vous comprendrez ce qui arrive aux autres.

Comment reconnaître vos compétences sociales ?

Mettons de côté la théorie pour passer directement à la pratique. Il s’agit de la partie la plus compliquée, mais la pratiquer en vaut la peine. Les techniques que vous pouvez tester pour être plus habile socialement sont :

  • Prêtez attention au ton de la voix, à la posture, au regard et même aux silences de votre interlocuteur-trice. Toute cette information se trouve à votre disposition. Il est très utile que vous sachiez l’assimiler et l’utiliser en votre faveur.
  • Imaginez ce qui motive l’autre personne pour exister ou faire quelque chose. Comment pensez-vous qu’elle s’en sortirait si elle avait un problème ?
  • Faites en sorte que l’autre y mette du sien. Demandez lui : « Comment allez-vous ? » puis laissez-le répondre ouvertement. Faites preuve d’intérêt pour sa réponse.
  • Ne faites pas de conclusions trop hâtives. Évitez des phrases comme « votre problème est que… » ou « vous vous trompez à propos de… » car de cette manière l’autre se fermera en croyant que vous allez lui faire un sermon.
  •  Reformulez vos mots et vos phrases pour que votre interlocuteur-trice se sente compris-e. « Je crois que cette situation conditionne votre état d’âme », « il me semble que vous avez vraiment des raisons de vous sentir fatigué-e », etc.
  • Mettez-vous à la place des autres. Faites l’effort de sortir de votre coquille et essayez de penser pendant un moment comme le ferait la personne qui se trouve à côté de vous ou à l’autre bout du fil.

Si vous améliorez vos compétences sociales, vous vous rendrez rapidement compte de l’amélioration dans vos relations. En peu de temps, vous verrez à quel point elles deviennent plus riches et plus abondantes. En outre, elles ne produiront pas seulement une amélioration de votre cercle social plus émotionnel : elles vous donneront aussi un coup de main dans le monde du travail !

A découvrir aussi