Manières trompeuses d'argumenter, selon Schopenhauer

Les manières trompeuses d'argumenter de Schopenhauer sont un recueil d'erreurs fréquemment utilisées. Elles ont un grand pouvoir de nous tromper : elles sont conçues pour être considérées comme valables lorsque nous ne les analysons pas en profondeur.
Manières trompeuses d'argumenter, selon Schopenhauer

Dernière mise à jour : 07 janvier, 2022

Les manières trompeuses d’argumenter ont été perçues et analysées depuis l’Antiquité. Ce qui les rend spéciales est qu’elles sont capables de tromper notre jugement dans une analyse de validité superficielle. Nous pouvons ainsi arriver à les utiliser ou à les considérer comme valides sans se rendre compte qu’elles cachent un piège. Cependant, les scruter permet de révéler leur fausseté.

Arthur Schopenhauer fut l’un des philosophes qui se chargea d’explorer les manières trompeuses d’argumenter. C’est le matériau de base de son œuvre Dialectica erística ou l’art d’avoir raison, exposé en trente-huit stratagèmes.

Tous les sophismes qu’il cite sont intéressants et certains sont vraiment drôles. Il essaya d’ apporter des formules pour ne pas être vaincu dans une dispute. Nous les citons ici pour qu’ils ne vous trompent plus. Ceux que nous décrivons sont parmi les plus importants de l’œuvre de Schopenhauer.

« Les plaisirs les meilleurs, les plus variés et les plus durables sont ceux de l’esprit.”

-Arthur Schopenhauer-

manières trompeuses d'argumenter

Amplification

Ce mécanisme n’a pas pour but d’étendre ou d’amplifier une idée, mais de l’améliorer. Ainsi, peu importe si l’idée en question le mérite. Il s’agit ici de mettre en branle l’une des manières trompeuses d’argumenter.

Pour ce faire, la personne qui argumente peut utiliser différentes ressources, comme le changement d’intonation ou la reformulation d’arguments pour qu’un seul en vaille deux.

Homonymie

L’homonymie est une autre des manières trompeuses d’argumenter. Elle consiste à utiliser un mot qui change de sens selon le contexte, en appliquant le sens qui convient pour consommer la tromperie.

Par exemple : tous ceux qui crient sont des fous. Le pompier cria après les gens pendant l’incendie ; alors le pompier est un fou.

Généralité et relativité

Dans ce cas, il s’agit de prendre une affirmation énoncée de façon relative et de l’appliquer à un ensemble ou à toutes les circonstances.

Par exemple : il y a une différence entre « il y a de plus en plus de corrompus dans l’administration du pouvoir législatif » et « tous les membres du législatif sont corrompus ».

Le prosyllogismes, une des manières trompeuses d’argumenter

Il s’agit d’une chaîne de syllogismes où l’un peut sembler la conséquence logique de l’autre, bien que ce ne soit pas nécessairement vrai.

Par exemple : Les braves ont de la chance ; les flics sont courageux ; donc, les flics ont de la chance ; Juan est policier ; par conséquent, Juan a de la chance.

Fausses prémisses

Lorsque l’énoncé à partir duquel quelque chose est conclu n’est pas vrai. Par exemple : tous les dictateurs sont des démagogues. Pedro est un démagogue, alors Pedro est un dictateur. C’est l’une des erreurs les plus courantes dans le discours politique.

Pétition de principe

C’est une forme de raisonnement dans laquelle un énoncé a déjà implicitement la conclusion qu’il faut en tirer.

Par exemple : je fais toujours ce qu’il faut. Par conséquent, je ne fais jamais quelque chose de mal. De sorte que personne ne peut m’accuser d’actes répréhensibles.

Question circulaire

Elle consiste à amener l’autre à être d’accord avec nous par des questions fallacieuses. Par exemple : « Vous dites que vous ne croyez pas en Dieu, mais n’avez-vous pas dit « Mon Dieu ! il y a un instant, quand vous-êtes devenu nerveux ?” Cela implique que s’il invoqua Dieu, il croit automatiquement   en Dieu, alors que le contexte est différent.

Irriter l’adversaire

Comme indiqué, cela consiste à adopter des attitudes ou à exprimer des idées dans le seul but d’agacer l’adversaire, pour qu’il perde le contrôle et ainsi mettre en valeur ses propres vertus, au détriment du « manque de contrôle » des autres.

Certes, si nous nous souvenons et revenons aux derniers débats électoraux, nous nous souviendrons d’un candidat disant à un autre de ne pas être nerveux.

Questions peu précises

Il s’agit de confondre l’autre en posant des questions dans un ordre déraisonnable. Le but est de semer la confusion.

C’est le cas du film Une blonde très légale / Légalement blonde, dans lequel une question de fond est posée sur une procédure esthétique pour conclure que la personne interrogée a bel et bien commis un délit.

Argument ad hominem

Lorsqu’un argument est remis en cause par le stratagème de discréditer celui qui l’utilise.

Ainsi, si A affirme B, mais qu’il y a quelque chose de discutable à propos de A, alors B est discutable. Dans ce cas, une évaluation logique de l’argument n’est pas faite, mais une disqualification de la personne qui l’émet.

Mutatio controversiae

Cela se produit lorsque, lors d’une dispute, l’un des interlocuteurs se rend compte que l’autre argumenta suffisamment pour montrer qu’il a raison. L’adversaire décide de changer subitement de sujet pour éviter d’être d’accord avec l’autre.

Un exemple typique se produit lorsque quelqu’un prouve qu’un autre a agi de manière inappropriée et répond en l’accusant d’être injuste ou trop sévère, ou en se victimisant.

manières trompeuses d'argumenter

Fallacia non causae ut causae

Également connu sous le nom de “sophisme de la fausse cause”. Il se produit quand quelque chose qui s’est produit juste avant est pris comme cause de quelque chose. Il comporte deux modalités :

  • Non Causa Pro Causa. Quand une vraie cause et une fausse cause sont mélangées. Par exemple : cela fait longtemps que je n’ai pas rendu visite à ma mère. Ma mère est tombée malade et est décédée. Ma mère est morte de tristesse parce que je ne lui ai pas rendu visite.
  • Post Hoc Ergo Propter Hoc. Il est de bon droit d’employer une fausse cause, en prenant pour cela un événement nouvellement produit. Par exemple : j’ai vu un oiseau noir au milieu de la rue. Peu de temps après, j’ai failli être renversé par une voiture. L’oiseau noir était la mort qui me traquait.

Exemplum in contrarium

Cela consiste à opposer un cas particulier pour invalider une conclusion générale, lorsque le premier n’a pas la validité de réfuter le second. Par exemple, quelqu’un dit qu’il existe une maladie qui infecte de nombreuses personnes. Un autre répond qu’il ne connaît personne qui a été infecté, donc la maladie n’existe pas.

Comme vous pouvez le voir, toutes ces manières trompeuses d’argumenter sont des pièges dans lesquels n’importe qui peut facilement tomber. Ce sont aussi des pièges qui se tendent facilement. En tant que jeu intellectuel, elles ont une certaine validité, mais elles ne valent pas la peine d’être utilisées pour satisfaire un désir enfantin d’avoir raison.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Les micromanipulations, la stratégie préférée des narcissiques
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les micromanipulations, la stratégie préférée des narcissiques

Les micromanipulations sont la stratégie préférée des narcissiques, une forme d'abus subtile et persistante qui se déroule au quotidien.



  • Schopenhauer, A. (1996). El arte de tener razón: Expuesto en 38 estratagemas (Vol. 208). Edaf.