L'ocytocine, l'hormone de l'amour et du bonheur

L'ocytocine est une hormone qui remplit plusieurs fonctions, dont beaucoup ne sont pas encore connues avec précision. On sait, par exemple, que c'est elle qui nous relie aux autres, qui nous injecte cette force qui façonne l'affection, la reproduction et l'allaitement, l'amour sous toutes ses formes et nuances. C'est elle qui provoque l'accouchement et façonne la vie en majuscules.
L'ocytocine, l'hormone de l'amour et du bonheur

Dernière mise à jour : 12 mars, 2022

Aujourd’hui, lorsque nous parlons d’ocytocine, nombreux sont ceux qui l’associent presque instantanément à cette autre ocytocine, celle de synthèse utilisée pour provoquer l’accouchement. Une réalité non exempte de quelques polémiques, qui brouille un peu la magie et la grande importance de l’ocytocine. Hormone que nous produisons nous-mêmes dans l’hypothalamus et qui est sécrétée par l’hypophyse.

“Les sentiments sont engendrés dans la chimie du cerveau, pas dans le palais du cœur. C’est là que se cache la machine la plus mystérieuse et la plus fascinante”

Les études autour de cette minuscule molécule organique, qui agit comme une hormone et un neurotransmetteur, ne cessent de se produire. Il y a quelques mois à peine, et curieusement, la revue scientifique Social Cognitive and Affective Neuroscience” a montré le rôle que l’ocytocine peut jouer au niveau mental lorsqu’il s’agit de favoriser la relaxation, le calme et les processus qui se déclenchent, par exemple, avec méditation.

Autrement dit : l’ocytocine ne se contente pas de nous connecter aux autres, elle favoriserait également ces mécanismes psychologiques et émotionnels qui nous aident à mieux nous connecter à nous-mêmes, à la recherche de notre équilibre interne. Après avoir esquissé certaines de ses fonctions et reconnu son importance, nous allons essayer d’en savoir un peu plus sur cette incroyable hormone : l’ocytocine.

Couple uni sécrétant de l'ocytocine

L’ocytocine, l’hormone de l’amour et autre chose…

L’ocytocine est un oligopeptide composé de neuf acides aminés. Il a été découvert au début du siècle dernier et a été synthétisé artificiellement par le biochimiste Vincent Du Vigneaud en 1953.

Dès lors, ce composé, de pouvoir et de transcendance dans notre cerveau, a commencé à faire l’objet d’analyses au microscope et dans les laboratoires : l’objectif était d’identifier le rôle qu’il jouait dans des pans aussi importants de notre vie que celui de nos relations sociales..

Nous savons maintenant que ce produit chimique est le moteur qui active et façonne une grande partie de nos comportements prosociaux, tels que l’empathie, la confiance, l’amitié, la générosité ou l’altruisme. De même, elle remplit une fonction de base dans nos centres de récompense dopaminergiques : c’est elle qui, par exemple, génère du plaisir lors des orgasmes.

Votre rôle dans les relations affectives

Comprimé symbolisant l'ocytocine

Maintenant, compte tenu de ces caractéristiques, il ne manque pas de personnes qui tiennent pour acquis que l’ocytocine est responsable des liens amoureux, si intenses et si importants, dans une relation. Cependant, comme ils nous l’expliquent dans une étude publiée dans la revue ” Neuroscience and Biobehavioral Reviews, cette dernière information est bien plus complexe qu’on ne le pense de prime abord.

Dans les relations affectives, de nombreux autres composants s’ajoutent, de nombreuses dynamiques à cette recette de neurotransmetteurs où l’ocytocine jouerait un rôle très spécifique.

Lorsque nous sommes amoureux et ressentons cette passion la plus intense, chaotique et presque obsessionnelle, l’ocytocine agit comme un grand désinhibiteur. Les scientifiques disent que ce que cette hormone fait à nos circuits neuronaux est similaire à ce que fait l’alcool

L’ocytocine nous incite à prendre des risques, à nous faire confiance et à ne pas voir les éventuels dangers ou implications que peut avoir cette relation, même si elle est nocive, même si elle est toxique. Il ne manque pas de personnes qui reconnaissent dans cet effet un côté peut-être un peu “sombre” à l’ocytocine, mais cela donne néanmoins forme à une nuance encore plus fascinante.

L’ocytocine, facilitatrice de vie

Si la générosité, l’attention, la confiance et la compassion sont régulées par l’ocytocine, nous comprenons certainement pourquoi elle est si souvent appelée “l’hormone de l’humanité”.

Cependant, nous ne pouvons pas oublier un fait très important : même dans le règne animal, les mères soignent et défendent leurs petits de leur vie, leur comportement est également régulé par l’ocytocine. En effet, on sait qu’un lien prodigieux et parfois magique s’établit entre les chiens et les humains, régulé par cette même hormone.

“Les yeux ne servent à rien à un cœur aveugle”

-proverbe arabe-

Plus que de l’étiqueter comme l’hormone de l’humanité, il faut la voir dans une perspective plus large et transcendante, comme un facilitateur de la VIE, en majuscules. Parce que grâce à elle, nous nous connectons les uns aux autres, aux autres espèces, à l’environnement et même à nous-mêmes pour coexister dans une plus grande harmonie, en comprenant que l’affection, l’altruisme, l’attention et le soin de soi garantissent la survie.

Ocytocine et reconnaissance de l’environnement

De même, un aspect aussi intéressant que précieux est actuellement étudié plus en profondeur. L’ocytocine a été trouvée pour augmenter notre attention aux informations sociales et émotionnelles dans notre environnement. Il nous guide vers certains stimuli pour les traiter comme significatifs et pour pouvoir les mémoriser, les interpréter et les traiter.

Une fois de plus cette “connexion” apparaît, cette force qui nous invite à nous connecter avec ce qui nous entoure pour nous sentir partie de lui, faire partie du tout. Quelque chose comme cela ouvre un nouveau mécanisme d’action avec les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA). En fait, il a été démontré qu’une carence en ocytocine pouvait contribuer à l’apparition de l’autisme.

Pour cette raison, les premiers tests cliniques permettant d’améliorer leur intégration sociale et la qualité de leurs interactions commencent déjà. Nous espérons donc que ce soit le cas, nous espérons également que les découvertes autour des fonctions de cette fabuleuse molécule ne cesseront d’apparaître pour nous surprendre, pour nous montrer les merveilles que cache notre biologie.

Références bibliographiques

-Kerstin Uvnäs Moberg (2009) “L’hormone de l’amour, du calme et de la guérison.” Barcelone : Obélisque

-Patty Van Cappellen, Baldwin M. Camino (2016) Effets de l’administration d’ocytocine sur la spiritualité et les réponses émotionnelles à la méditation, ” Social Cognitive and Affective Neurosciencie.” vol 11, n° 10
-Carmichael, MS, Humbert, R., Dixen, J., Palmisano, G., Greenleaf, W. & Davidson, JM (1987) L’ocytocine plasmatique augmente la réponse sexuelle humaine. Archives du comportement sexuel 23: 59-79.