L'indomptable Will Hunting

12 juin, 2020
Will Hunting révèle un jeune homme violent et brillant d'esprit. Grâce à ses dialogues, on finit par connaître en profondeur le passé tumultueux du protagoniste. Une histoire clairement positive avec un message universel.
 

Dans les années 1990, le cinéaste Gus van Sant a reçu le soutien du public et de la critique dans les milieux du cinéma alternatif et indépendant. Le cinéaste avait une prédilection pour les personnages marginaux, pour raconter les difficultés des hommes homosexuels et même des milieux toxicomanes. C’est pourquoi il a été assez surprenant qu’il se lance dans la réalisation d’un film aussi grand public et couronné de succès que Will Hunting.

C’était en 1997, une décennie où des films simples et clairement positivistes inondaient les écrans américains. En ce sens, Will Hunting est un film très « nouveau », avec une trame simple, sans trop d’intrigue et avec un résultat prévisible. Cependant, le message nous conquiert dès les premières minutes et nous invite à rester jusqu’à la fin.

Le film nous présente un jeune homme charismatique, en conflit, avec une tendance claire à la violence. Will, contre toute attente, s’avère avoir un esprit brillant, avec un talent particulier pour les mathématiques et une mémoire eidétique.

À la suite d’une bagarre, il aura des problèmes juridiques dont il parviendra à se sortir avec l’aide du professeur Lambeau, une personnalité éminente dans le domaine des mathématiques qui est prêt à lui donner une chance.

Le revers de la médaille est que le jeune homme devra suivre une thérapie, mais il n’obtient de bons résultats avec aucun psychologue avant d’entrer en contact avec Sean, un ancien camarade de classe de Lambeau.

 

La thérapie révélera progressivement les raisons pour lesquelles Will adopte ce comportement violent. Pourquoi il ne veut pas être associé à quoi que ce soit ou à qui que ce soit. Robin Williams brille dans le rôle de Sean, un personnage qui nous rappelle beaucoup celui qu’il a joué dans Le Cercle des poètes disparus (Peter Weir, 1989).

Un ensemble qui fonctionne

Il est intéressant de noter que, contrairement à d’autres films similaires, Will Hunting ne provient d’aucun précédent littéraire. Il s’agit d’un scénario original.

Ben Affleck et Matt Damon n’étaient pas, à l’époque, les visages familiers qu’ils sont aujourd’hui. Il est vrai qu’ils avaient tous deux fait leurs premiers pas comme acteurs avec un succès considérable. Mais, pour beaucoup, ils étaient encore deux quasi-anonymes.

Dans un effort pour faire quelque chose de différent, quelque chose de commun entre amis, le scénario de Will Hunting commence à prendre forme. Au début, le film devait prendre un ton plus proche du thriller et du policer. Finalement, le résultat a été assez différent de cette idée.

La société de production a également montré une certaine réticence à inclure les deux jeunes hommes dans la distribution. Mais, heureusement, elle a fini par céder. Et nous avons la chance de pouvoir dire que l’un des points forts du film réside précisément dans leurs performances. Nous avons déjà parlé d’un Robin Williams exceptionnel. Mais le message n’aurait pas été transmis uniquement grâce au travail d’un acteur.

 

En fait, les scènes que Williams et Damon partagent font déjà partie de l’imaginaire du cinéma des années 1990. Ils incarnent tous deux parfaitement leurs personnages, à tel point que leur relation semble réelle.

Un autre des grands succès se trouve dans leur bande-son, composée par un Danny Elfman qui, à cette époque, était déjà couronné de succès. il savourait les miels du succès. Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais derrière sa signature se trouvent certains des airs les plus connus et les plus appréciés du public.

Ses collaborations avec Tim Burton sont extrêmement connues : Edward aux mains d’argent, Mars Attacks!, Sleepy Hollow… Mais il est aussi le créateur du célèbre air des Simpsons. Dans Will Hunting, Elfman parvient à mettre en valeur les émotions des personnages à travers sa musique.

En résumé, le film avait de bons ingrédients qui l’ont immédiatement catapulté vers le succès. Sur neuf nominations aux Oscars, il a remporté le prix du meilleur second rôle pour Robin Williams. Et celui du meilleur scénario original pour Damon et Affleck.

 

Will Hunting : un message clair

L’histoire de Will Hunting fonctionne bien parce qu’elle transmet un message positif, optimiste et d’amélioration de soi. Un message qui, malgré cela, peut finir par fatiguer beaucoup de gens en raison de sa prévisibilité qui est intuitive. Cependant, il ne cesse pas d’être efficace en raison de la façon dont son histoire se poursuit.

 

Le cinéma américain et le cinéma de masse nous ont donné une infinité de titres de ce type. Avec le temps, il sont tombés dans l’oubli, apparaissent peu crédibles et leur message reste en surface.

Pourquoi, alors, Will Hunting  a-t-il si bien survécu au passage du temps ? Parce que son casting accompagne la force de ses dialogues. Parce que loin de porter un message plein d’artifice, il se concentre sur la partie la plus humaine de ses protagonistes.

Nous avons vu cette histoire en d’innombrables occasions. L’histoire du jeune homme qui survit dans la banlieue, accablé par des carences affectives et incapable de contrôler sa violence, qui finit par surmonter les obstacles et s’en sort. Ce n’est pas nouveau, ce n’est pas révolutionnaire et pourtant cela finit par nous captiver.

On se souvient de la scène où, assis sur un banc, le personnage de Williams parvient à laisser le jeune Will sans voix. Ile lui montre que personne ne peut savoir ce qu’un autre ressent ou ce qu’il a vécu, et que, de la même manière, il ne peut pas connaître le reste du monde.

Les livres, la philosophie, nous aident à comprendre et à connaître le monde. Mais, en fin de compte, les expériences sont toujours subjectives. Peu à peu, nous assisterons aux progrès et au processus d’apprentissage de Will.

Le jeune n’est pas montré de manière superficielle, mais nous sommes rapprochés de lui par la figure du psychologue. Un personnage qui finira par ouvrir les yeux et par sympathiser avec lui. Comme tout être humain, il porte un important fardeau  et doit aussi faire face à ses démons.

 

Ce message d’auto-amélioration est facilement saisi par le spectateur. Le film dans son ensemble, même s’il est peu porté sur l’action, finit par nous divertir et nous immerger dans une sorte de réconciliation avec le passé, d’acceptation et de pardon.

Un passé tumultueux

Le passé du protagoniste a des conséquences directes sur son présent. Bien qu’au début nous ne comprenions pas vraiment ce qui arrive à Will, nous savons que quelque chose s’est passé dans son enfance, que le fait d’être orphelin a pu le marquer, laissant des conséquences irréparables.

Nous le voyons dans sa relation avec ses amis, les seules personnes en qui il semble avoir confiance. Aussi dans son attitude vis-à-vis du travail et même dans sa relation avec Skylar, une jeune étudiante en médecine.

Will ne semble pas vouloir s’impliquer, ni émotionnellement ni d’une autre manière, dans quoi que ce soit ou qui que ce soit. Il préfère n’avoir aucune responsabilité, ni être guidé par ses sentiments.

L’abandon dans son enfance lui a causé une peur irrationnelle qui l’empêche de garder quoi que ce soit de stable dans sa vie. C’est pourquoi il ne veut pas écouter les instructions du professeur Lambeau, ni voyager avec Skylar, mais préfère continuer sa vie comme il l’a fait jusqu’à présent.

La pression sociale est, à son tour, représentée dans le film. Parfois, nous considérons qu’il va de soi qu’une personne ayant de grandes capacités doit en tirer le maximum. Et exercer une certaine profession. Peut-être devrions-nous nous demander quels sont les véritables désirs de l’individu, plutôt que ce que nous pensons être le mieux.

 

Bien sûr, Will est spécial. Il est l’un de ces génies que l’on peut compter sur les doigts d’une main parmi la population mondiale. Cela ne signifie pas pour autant qu’il doive suivre un certain chemin. Face à la pression de Lambeau, Sean réagira en faisant preuve de compréhension, en essayant d’amener le jeune homme à décider par lui-même de ce qui est le mieux, à résoudre ses conflits passés et à construire son propre chemin.

En résumé, Will Hunting nous présente un film résolument ancré dans son époque, positif et peu novateur. Mais son importance réside dans l’universalité de son message. Dans la façon dont il parvient à transmettre des émotions. Et, enfin, à nous transmettre un message optimiste sans renoncer au divertissement le plus pur.

« La liberté, au cas où vous l’auriez oublié, est le droit de l’âme à respirer. Quand elle ne peut pas respirer à fond, c’est que les lois sont trop étroites. »

-Will Hunting-