L’esprit silencieux : les clés de la pensée sereine

5 février 2018 dans Psychologie 209 Partagés
femme assise dans un champ

L’esprit silencieux ne pèse rien, il est diaphane, libre et lumineux comme la surface de la mer. Les égoïsmes s’y dissolvent, les pressions externes s’éteignent et même ces tourbillons internes chargés d’obsessions et de pensées négatives perdent de l’intensité. Rien ne peut être plus sain que de mettre en pratique cette pensée sereine qui nous permettra de trouver le calme au milieu du chaos.

Gordon Hempton, célèbre écologiste acoustique, nous dit que le silence est une “espèce” en voie d’extinction. Qui plus est, selon cet expert de la nature, du son et du bien-être, le silence et le calme sont vitaux pour notre survie. Cette dernière affirmation peut nous sembler un peu démesurée mais, en réalité, elle est véridique et a une transcendance évidente.

“La tranquillité est la perception d’un esprit calmé et tranquille.”

-Debasish Mridha-

L’être humain est en train de perdre sa capacité à écouter. Et nous ne faisons pas seulement référence à la faculté d’être réceptifs à ce que notre entourage nous dit, nous communique ou nous évoque à partir des stimuli les plus complexes et fins. Nous ne nous écoutons même pas nous-mêmes. Le silence, selon le professeur Gordon Hempton, nous oblige à être présents et à être honnêtes. C’est une façon de dénuder l’âme, de déchausser l’esprit et d’ouvrir son cœur pour nous retrouver nous-mêmes de façon authentique.

Ainsi, nous pourrions dire presque sans nous tromper qu’avoir un esprit silencieux est une manière d’élargir des espaces internes pour nous connecter à ce qui nous entoure et à ce que nous sommes. C’est une révélation qui nous permet de gagner en santé et en bien-être, une pratique que nous devrions tous appliquer dans notre quotidien.

femme entourée de boules suspendues en l'air

Notre esprit est notre principale source d’épuisement

Admettons-le: parfois, notre esprit est un animal avec une énergie féroce, il est infatigable, inquiet, tout le dévore, tout le désoriente et, presque sans nous en rendre compte, il peut devenir notre pire ennemi. Cette machine à penser ne sait pas ce que sont les temps morts et elle n’a donc aucun scrupule à nous enlever des heures de sommeil pour nous maintenir alertes, pour nourrir la rumination, le dialogue interne inutile et l’obsession jusqu’à créer un brouillard épais dans lequel nous nous perdrons complètement. Isolés dans l’océan de l’anxiété ou de la dépression.

Maître Eckhart, théologien dominicain et philosophe allemand du XIIIème siècle, disait déjà à son époque que la seule façon de calmer l’angoisse interne était d’embrasser le silence. Selon lui, le calme et l’absence de bruit autour de nous peut agir comme un feu purificateur. Comme une maison paisible où l’âme devient plus intuitive, où notre regard s’affine et où notre connaissance s’approfondit.

Ce que Maître Eckhart nous expliquait à son époque a de claires connotations mystiques, nous le savons bien. Cependant, il est curieux de voir comment, tout au long de notre histoire, le monde de la religion et la spiritualité ont toujours réclamé l’importance du silence. Bouddha, par exemple, a aussi expliqué dans ses textes que mettre en pratique un esprit silencieux était le chemin pour en finir avec l’épuisement et le mensonge et être libres de tout type de recherches égoïstes…

L’esprit silencieux, dans son essence, est celui qui ne s’éloigne pas de la réalité et ne l’évite pas. Qui plus est, il est toujours alerte, toujours en éveil et souhaite par-dessus tout voir la nature de la réalité, aussi bien externe qu’interne.

“Le silence est le seul ami qui ne nous trahit jamais”.

-Confucius-

visage

L’esprit silencieux et la pensée sereine

Nous savons parfaitement que l’esprit peut très souvent être notre principale source d’épuisement. Nous savons aussi qu’une façon de pratiquer la pensée sereine est de s’initier à la méditation, au mindfulness ou même au yoga. On nous l’a souvent dit et il est possible que nous ayons essayé de méditer, sans succès, jusqu’au point de penser que la méditation n’est pas notre point fort.

N’optons pas pour une option les yeux fermés, même si cette dernière est très connue. Pour pratiquer et jouir d’un esprit silencieux, il y a davantage de chemins et de serrures pour ouvrir cette “pièce mentale paisible”. La clé, comme tout dans la vie, consiste à trouver la réponse qui s’ajuste le plus à notre être, à nos besoins et à notre personnalité. Pour cela, il nous sera utile de réfléchir aux propositions que nous allons maintenant détailler.

femme de dos

4 principes pour pratiquer l’esprit silencieux

Le premier objectif, aussi curieux qu’il nous paraisse, est de cesser d’avoir peur du silence. Nous aurons certainement du mal à l’admettre, mais c’est une réalité évidente. Une chose aussi simple que de chercher un environnement naturel sans la moindre trace de civilisation sur des kilomètres et de nous y asseoir dans la solitude la plus totale est, pour beaucoup, quelque chose d’absolument terrifiant.

  • Le silence nous dénude et nous fait nous sentir dépourvus de “quelque chose”. Cependant, ce “quelque chose” est souvent la superficialité et les poids que nous traînons dans notre esprit. Il est par conséquent nécessaire de nous laisser envelopper par le silence, sans peurs, avec intimité et honnêteté pour laisser tomber tous les poids…
  • Une heure de solitude par jour. Pour donner forme à un esprit silencieux, nous devons apprendre ou réapprendre à être seuls. La solitude librement choisie pendant un moment est saine, cathartique et nous réinitialise dans tous les sens.
  • Empathie avec soi-même. Pour calmer l’esprit inquiet, l’esprit insatiable et ses pensées négatives, pratiquons une empathie réelle avec nous-mêmes. De cette façon, nous tournerons notre regard vers nous-mêmes, pour avoir cette voix apaisante qui est capable de nous dire: “tout va bien, calme-toi, arrête de penser autant et concentre-toi. Tout ira mieux à partir de maintenant. Apprécie le silence qui t’entoure.”
  • Ralentir les choses ne signifie pas perdre son temps. Une autre stratégie sensationnelle est d’apprendre à avancer plus lentement dans notre quotidien. Nous devons comprendre qu’aller moins vite n’est pas toujours synonyme de perdre du temps. Ralentir notre vie, nous permettre d’être plus présents favorise aussi le calme mental.

Pour conclure, l’esprit silencieux n’est pas une sorte d’entéléchie, ce n’est pas une capacité impossible à acquérir et à entraîner ou quelque chose dont seuls les spécialistes de méditation peuvent bénéficier. Ce type de pensée sereine requiert de la volonté, de l’auto-contrôle et une bonne dose d’amour propre pour nous convaincre que l’esprit ne peut et ne doit jamais être notre pire ennemi.

A découvrir aussi