Les rechutes dans les addictions : causes, phases et mythes

Les rechutes ne sont pas un échec, elles font partie intégrante du processus de récupération. Savoir pourquoi ils se produisent déterminera s'ils ne sont que des « nids de poule » ou s'ils cèdent la place à une consommation fréquente.
Les rechutes dans les addictions : causes, phases et mythes

Dernière mise à jour : 15 mars, 2022

Les rechutes dans les addictions sont l’un des moments les plus désespérés pour le patient et sa famille. Cette rechute peut être interprétée comme un pas en arrière, comme une perte. Cependant, elle est considérée comme prévisible et largement réversible par les cliniciens. C’est un processus de plus que la personne doit traverser pour en savoir plus sur ses forces et ses faiblesses.

Le retour à l’utilisation peut faire partie du processus, mais les nouveaux traitements sont conçus pour aider à prévenir les rechutes. Les taux de rechute liés à l’usage de drogues sont semblables aux taux d’autres maladies médicales chroniques.

Si les gens arrêtent de suivre leur plan de traitement médical, ils sont susceptibles de rechuter. Lorsqu’une personne qui se remet d’une dépendance rechute, cela indique qu’elle doit parler avec le médecin et le psychologue pour reprendre le traitement, le modifier ou en essayer un autre.

Causes des rechutes

Bien que la rechute soit une partie normale du rétablissement, pour certains médicaments, elle peut être très dangereuse, voire mortelle.

Lorsqu’une personne utilise autant de drogue qu’avant d’arrêter de fumer, elle peut facilement faire une surdose car son corps n’est plus adapté au niveau précédent. Ainsi, une surdose se produit lorsqu’une personne prend suffisamment de médicament pour produire des sensations inconfortables, des symptômes potentiellement mortels ou la mort.

Homme avec des problèmes de dépendance

Situations à haut risque

Plusieurs types de situations peuvent jouer un rôle dans les épisodes de rechute :

  • États émotionnels négatifs, tels que la colère, l’anxiété, la dépression, la frustration et l’ennui.
  • Les conflits interpersonnels génèrent également des émotions négatives et peuvent précipiter une rechute.
  • Pression sociale (par exemple, être entouré d’autres personnes qui boivent).
  • États émotionnels positifs (p. ex. célébrations), exposition à des signaux ou à des stimuli liés à l’alcool.

La réponse de la personne

La capacité d’une personne à faire face à une situation à haut risque est un déterminant essentiel de la survenue ou non d’une rechute.

Par conséquent, une personne qui peut exécuter des stratégies d’adaptation efficaces est moins susceptible de rechuter qu’une personne qui n’a pas ces compétences.

Attentes de résultats

Les attentes de résultats positifs pour les médicaments peuvent devenir particulièrement importantes dans les situations à haut risque. Un exemple serait lorsque la personne s’attend à ce que la consommation d’alcool l’aide à faire face à des émotions négatives ou à des conflits (c’est-à-dire lorsque la consommation d’alcool sert d’« automédication »).

L’effet de la violation de retrait

Marlatt et Gordon (1980, 1985) ont décrit un type de réaction du buveur à un manque appelé l’effet de violation du sevrage qui peut déterminer si une consommation entraîne une rechute isolée ou prolongée.

Les personnes qui attribuent la défaillance à leur propre échec personnel sont susceptibles d’éprouver de la culpabilité et des émotions négatives, ce qui, à son tour, peut motiver l’utilisation comme moyen d’essayer de se sentir mieux.

Antécédents cachés de situations à haut risque

Dans les « contextes » de rechute, il peut être possible d’ identifier une série de décisions ou de choix cachés qui, combinés, préparent la personne à des situations à haut risque.

Ces options ont été appelées “décisions apparemment non pertinentes” (AID), car elles peuvent ne pas être ouvertement reconnues comme étant liées à la rechute, mais elles aident à rapprocher la personne du bord de la rechute.

Facteurs liés au mode de vie

Marlatt et Gordon (1985) ont proposé que l’antécédent caché le plus fortement lié au risque de rechute implique le degré d’équilibre dans la vie d’une personne entre les demandes externes perçues (« devrait ») et les activités internes satisfaisantes ou agréables « veut ».

Urgences et envies

Marlatt et Gordon (1985) ont défini l’envie comme une impulsion relativement soudaine à s’engager dans un acte tel que la consommation d’alcool, tandis que le besoin impérieux est défini comme le désir subjectif de ressentir les effets ou les conséquences d’un tel acte.

Les étapes de la rechute dans les addictions

La clé de la prévention des rechutes est de comprendre que la rechute se produit progressivement. Gorski a divisé la rechute en onze phases. Ce niveau de détail est utile pour les cliniciens, mais peut parfois être accablant pour les personnes ayant une dépendance. Il est plus utile de penser en termes de trois étapes de rechute : émotionnelle, mentale et physique.

Rechute émotionnelle

Pendant la rechute émotionnelle, les gens ne pensent pas à consommer. Ils se souviennent de leur dernière rechute et ne veulent pas la répéter, mais leurs émotions et leurs comportements les préparent à une rechute dans le futur.

Le dénominateur commun de la rechute émotionnelle est une mauvaise prise en charge de soi, caractérisée par une négligence émotionnelle, psychologique et physique.

Rechute mentale

Dans la rechute mentale, il y a une guerre à l’intérieur de l’esprit de la personne. Une partie d’elle veut consommer, mais une autre partie ne veut pas. Au fur et à mesure qu’ils s’enfoncent dans la rechute mentale, leur résistance cognitive à celle-ci diminue et leur besoin d’évasion augmente.

L’expérience clinique a montré que les pensées occasionnelles d’utilisation doivent être normalisées en thérapie. Avec de bonnes capacités d’adaptation, une personne peut rapidement apprendre à abandonner ses pensées dévorantes.

Rechute physique

Enfin, la rechute physique survient lorsqu’une personne recommence à consommer. Certains chercheurs divisent la rechute physique en une « faute » (l’utilisation initiale de boissons ou de drogues) et une « rechute » (un retour à une consommation incontrôlée).

Une fois qu’une personne a consommé une boisson ou une drogue, cela peut rapidement entraîner une rechute dans la consommation excessive d’alcool. De plus, plus important encore, cela conduira généralement à une rechute mentale de pensées obsessionnelles ou incontrôlées sur la consommation, ce qui peut éventuellement conduire à une rechute physique.

Mythes concernant les rechutes dans les addictions

La toxicomanie et le rétablissement sont inondés d’informations obsolètes et manifestement fausses. Pour cette raison, il peut y avoir beaucoup de honte associée à la maladie de la dépendance, ce qui rend le rétablissement encore plus difficile.

Ensuite, nous explorerons les mythes les plus courants sur ce sujet.

La toxicomanie est un choix

C’est probablement l’une des plus grandes idées fausses. Une fois que la dépendance s’installe, la chimie du cerveau peut changer, ce qui rend plus difficile le contrôle des impulsions.

La substance devient une envie, une obsession qui peut devenir plus importante que d’autres aspects de la vie. La récompense de la dépendance expire.

La rechute est un signe d’échec

La rechute est une partie naturelle du processus de rétablissement. Cela n’est en aucun cas synonyme d’échec. En fait, entre 40 % et 60 % des personnes recevant un traitement pour toxicomanie rechuteront dans un délai d’un an.

Femme avec des problèmes d'alcool

Vous devez toucher le fond pour réussir votre récupération

« Toucher le fond » varie d’une personne à l’autre, mais ce n’est pas une condition préalable à la recherche d’un traitement. Il est crucial de reconnaître tôt qu’une dépendance devient incontrôlable. Pour réussir, la personne qui suit un traitement doit être engagée et disposée à changer.

Il existe une intervention efficace pour chacun

Il n’y a rien qui puisse guérir magiquement les addictions. Tout le monde réagit très différemment au traitement, même s’il s’agit de la même substance qui fait l’objet d’un abus. Un traitement réussi doit être adapté à l’individu et à ses besoins spécifiques.

This might interest you...
L’entretien motivationnel pour les addictions
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’entretien motivationnel pour les addictions

Découvrez en quoi l'entretien motivationnel peut aider une personne à prendre part à une thérapie pour soigner tout problème.



  • Marlatt, G, A. (1993): La prevención de recaídas en las conductas adictivas: un enfoque de tratamiento cognitivo-conductual. En Recaída y prevención de recaídas. Ed. Neurociencias.
  • Marlatt, G. A y Gordon, J R. (1980): Determinants of relapses: Implications for the maintenance of behavior change. En Davinson PO, y Davinson SM (eds). Behavioral Medicine. New York: Bruner/Mazel.
  • Sayette, MA, Shiffman, S., Tiffany, ST, Niaura, RS, Martin, CS y Schadel, WG (2000). La medida del deseo de drogas. Adicción , 95 (8s2), 189-210.
  • Sirvent Ruiz, Carlos “Autoengaño y adicción”. Revista Norte de Salud Mental. Bizcaia. nº 26, pp 39-49 Noviembre 2006