Les inégalités de genre et le test de Bechdel

2 décembre 2019
Cinéma, séries, documents, télévision... Les inégalités de genre restent présentes dans l'industrie audiovisuelle et du divertissement. Dans cet article, nous analyserons la situation actuelle de ces inégalités, ainsi que les films et les séries qui réussissent (ou non) le test de Bechdel.

Il y a un an, Robin Wright dénonçait le fait que la plateforme Netflix la payait moins que son compagnon Kevin Spacey. Pourtant tous les deux sont acteurs de la série House of Cards. Dès lors, et comme elle, des dizaines d’actrices, de productrices, de directrices, etc, on commencé à parler publiquement des inégalités de genre qui existent dans cette industrie.

Le magazine Forbes a publié la liste des acteurs et des actrices les mieux payés d’Hollywood. L’interprète masculin le mieux payé, Dwayne Johnson, a gagné un total de 89,4 millions de dollars en 2019. L’interprète féminine, Scarlett Johansson, en a elle gagnés 56 millions. Or, sont positionnés entre eux 6 autres acteurs. Cela veut dire que l’actrice la mieux payée de l’industrie cinématographique américaine a reçu cette année presque le même salaire que le sixième acteur le mieux payé.

L’actrice la mieux payée de l’industrie cinématographique américaine a reçu cette année presque le même salaire que le sixième acteur le mieux payé.

La discrimination salariale est, ainsi, évidente. De plus, ces inégalités de genre ne sont pas seulement financières. Selon une étude menée en Espagne, un rôle sur trois est confié à une femme. De plus, il se trouve aussi que 34% des rôles principaux sont des rôles féminins.

La même étude décrit que, en grande mesure, l’explication de ces informations réside dans la variable de l’âge. Ainsi, plus une actrice prend de l’âge, plus ses chances de se voir confier une rôle principal se réduisent. De tous les films analysés, seuls 24% des rôles principaux de plus de 45 ans ont été octroyés à des femmes. Et ce chiffre baisse de 20% en ce qui concerne les rôles principaux de plus de 64 ans.

Les inégalités de genre dans le cinéma se reflètent au niveau financier

Le rôle des femmes au cinéma

Depuis son origine, le cinéma a évolué au fil de l’histoire. A chaque période, les films reflètent les croyances et la réalité sociale d’une époque. Et, avec cela, la position de la femme dans la société elle-même. Les mouvements féministes et les multiples revendications pour l’égalité de la femme dans tous les domaines de la vie ont changé la manière dont la femme se reflète au cinéma.

Un clair exemple de cela réside dans la comparaison des premiers films qu’a réalisés le studio Walt Disney avec ceux produits récemment. Le rôle qu’Ariel, Blanche-Neige ou Cendrillon adoptent contraste énormément avec celui d’Elsa ou de Moana.

Dans ces dernières productions, le rôle féminin cesse d’être un complément de celui de l’homme. En effet, il cesse de tourner autour du fait de trouver le « prince charmant ». Il se centre ainsi sur son propre voyage d’empowerment et de développement personnel.

Le test de Bechdel et les inégalités de genre

Le test de Bechdel est apparu pour la première fois en 1985 dans la bande dessinée comique The Rule, écrite par Alison Bechdel. Il se base sur l’idée que pour éviter les inégalités de genre, un film, une série ou une bande dessinée doit répondre à au moins 3 conditions :

  • Doivent apparaître au moins deux personnages féminins
  • Ces deux personnages doivent parler entre eux à un moment donné
  • La conversation qu’ils ont ne doit rien avoir à voir avec un homme

Cette dernière condition ne doit pas se limiter simplement à des thèmes romantiques. La conversation ne doit pas porter sur le genre masculin, qu’il s’agisse d’un mari, d’un frère, d’un père ou d’un voisin.

Selon la Bechdel Test Movie List, réalisée en 2015, environ 61% des presque 130 films analysés ont réussi le test. Malgré tout, le test de Bechdel n’est pas toujours synonyme d’égalité.

Il existe en effet des films qui remplissent ces 3 conditions. Or, du fait de l’histoire qu’ils racontent, ils ne peuvent pas être considérés comme paritaires. De plus, il peut aussi arriver le contraire, comme c’est le cas du film gagnant de 7 Oscars, Gravity.

Thelma et Louise est un film qui ne présente pas les inégalités de genre

Inégalités de genre : les films qui réussissent le test de Bechdel et les films qui y échouent

  • Films qui réussissent le test : Mad Max, Les Animaux Fantastiques, Le Roi Lion (2019), Argo, Le Voyage de Chiro, Les Fils de l’Homme, Roma, Mustang, La Vie d’Adèle, Tout sur ma mère, Thelma & Louise, Volver
  • Films qui échouent au test : Le loup de Wall Street, Princess Bride, Le Seigneur des Anneaux, Starwars (la trilogie originale), Avatar, Citizen Kane, Avengers, Pirate des Caraïbes, El Padrino

Inégalités de genre : les séries qui réussissent le test de Bechdel et les séries qui y échouent

  • Séries qui réussissent le test : Friends, Games of Thrones, Orange is the New Black, The Good Wife, The Handmaid’s Tale, Unbreakable Kimmy Schmidt, Shameless, Parks and Recreation, Veep
  • Séries qui échouent au test : Narcos, Boardwalk Empire, Breaking Bad, New York : Unité Spéciale, Les Soprano, Gossip Girl, The Wire

Le cinéma est une des industries qui présentent le plus d’inégalités de genre. Comme nous avons pu le voir, l’âge exerce une grande influence sur la manière dont les actrices sont traités. Pourtant, cette variable n’est pas si déterminante dans le cas des acteurs.

En ce sens, le test de Bechdel a été créé il y a presque 35 ans dans l’objectif d’établir quelques recours qui agissent comme des indicateurs d’égalité de genre dans les films. Cependant, ces dernières années, un débat est né sur l’actualisation et l’efficacité de cette méthode. On se demande en effet si ces conditions ne devraient pas évoluer afin de répondre au cinéma de la société actuelle.

 

  • Kochhar, Kalpana, Sonali Jain-Chandra y Monique Newiak, editoras. 2017. Women, Work, and Economic Growth. Washington, DC: Fondo Monetario Internacional.