Les expériences de télépathie dans la Silicon Valley

Les expériences de télépathie menées dans la Silicon Valley sont fascinantes, au point de jouer avec des idées ou des situations qui n'ont été décrites que dans la science-fiction.
Les expériences de télépathie dans la Silicon Valley

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 05 avril, 2023

Les expériences de télépathie dans la Silicon Valley n’ont rien à voir avec la parapsychologie ou l’occulte. Dans ce cas, nous parlons d’interfaces cerveau-machine qui permettent aux gens de communiquer directement par la pensée. Les experts disent que nous ne sommes qu’à un pas d’y parvenir.

Bien que plusieurs tests de télépathie soient actuellement menés dans la région californienne, le plus connu et le plus avancé est certainement celui mené par Mary Lou Jepsen, créatrice d’une startup appelée Openwater et ancienne dirigeante de Facebook et Google. Cette génie travaille sur le sujet depuis 2016 et ses progrès sont remarquables.

Jepsen jouit d’un grand prestige dans le monde technologique, entre autres parce qu’elle détient plus de 1 000 brevets. Elle a été la créatrice de l’ordinateur portable/laptop le plus populaire parmi les enfants des pays en développement et elle l’a fait par le biais de la fondation One Laptop per Children. On dit que son passe-temps est de miser sur « l’impossible ». C’est actuellement la chercheuse la plus prestigieuse parmi tous les chercheurs qui mènent des expériences de télépathie dans la Silicon Valley.

« Vous pourrez capturer une pensée, ce que vous avez dans la tête, et vous pourrez la partager avec le monde. Il y a des recherches assez folles sur le cerveau qui suggèrent que nous pourrions être capables de faire ça. »

-Mark Zuckerberg-

Des antécédents pertinents

L’un des antécédents décisifs pour les études de télépathie dans la Silicon Valley a été réalisé par une startup barcelonaise en 2014. La prestigieuse revue scientifique Plos One a publié une description de cette expérience.

À travers l’enquête menée par Carles Grau, Alejandro Riera et Giulio Ruffini, en collaboration avec le personnel d’Axilum Robotics, on a connecté un appareil à un émetteur situé à Strasbourg. Le récepteur avait également un appareil similaire et se trouvait dans la ville indienne de Thiruvananthapuram. Ils étaient séparés de 7 700 kilomètres.

Le groupe de recherche a réussi à faire en sorte que l’expéditeur envoie un message au destinataire sans dire un mot. Le mot utilisé était « Bonjour ». De cette manière, les cerveaux se sont connectés, ce qui constitue une communication télépathique au sens strict. C’est l’un des antécédents de référence de la Silicon Valley.

Les expériences de télépathie dans la Silicon Valley sont précédées d'explorations en Europe de la communication consciente de cerveau à cerveau à l'aide de la technologie
Avant les enquêtes sur la télépathie dans la Silicon Valley, des chercheurs européens ont étudié la communication cerveau à cerveau à l’aide de technologies non invasives.

Expériences de télépathie dans la Silicon Valley

L’idée de base d’Openwater est simple, mais très audacieuse. Elle consiste à réduire la taille d’un appareil IRM jusqu’à ce qu’il puisse tenir dans un chapeau. Elle repose sur l’idée que les rayons infrarouges de ce type d’appareil permettent d’étudier le fonctionnement des neurones et les flux électriques avec lesquels ils communiquent.

Jepsen soutient qu’un tel dispositif nous permettrait d’anticiper les mots qu’il dira, avant qu’il ne les prononce. Nous pourrions aussi voir les images mentales de cette personne, grâce à un ordinateur.

Cela permettrait en principe de lire dans les pensées de quelqu’un, mais l’expérimentation de la télépathie dans la Silicon Valley va plus loin : elle cherche à rendre possible la transmission de messages mentaux, ce qui est toujours en cours.

Il y a plus d’explorations de la télépathie dans la Silicon Valley. L’une d’elles est l’initiative d’Elon Musk, qui s’appelle Neuralink et fonctionne grâce à des implants appelés BCI – Brain Computer Interface. Facebook a également révélé qu’il travaillait sur une méthode permettant aux gens d’écrire avec leur esprit.

Les explorations sur la télépathie dans la Silicon Valley sont prometteuses
L’exploration la plus récente et la plus avancée en matière de télépathie consiste à adapter un casque infrarouge qui anticipe les mots et permet de voir des images mentales.

Que va-t-il se passer ?

Le chapeau de Mary Lou Jepsen est presque prêt, même si aucune solution définitive n’a été annoncée pour la transmission télépathique des messages. À l’heure actuelle, il est possible de lire dans l’esprit d’une personne sans qu’elle prononce le moindre mot. Le mécanisme est en cours de perfectionnement afin que ce soit un autre esprit qui lise ces pensées et non un ordinateur.

Un autre groupe de chercheurs étudiant la télépathie appartient au Laboratoire de neurosciences computationnelles de l’Université de Stanford, dirigé par le Dr Krishna Shenoy. Le centre a développé des technologies qui permettent aux gens de contrôler des objets physiques avec leur esprit, y compris des bras robotiques et des prothèses (Université de Stanford, 2020).

Les experts pensent qu’ouvrir la porte pour lire dans l’esprit d’une personne signifie que, tôt ou tard, cela permettra de lire dans l’esprit de millions d’individus. On parle même de clouds capables de stocker toutes ces données. Les défenseurs de ces technologies soulignent que ce serait d’une grande aide pour détecter les « esprits supérieurs », leur donner des opportunités et accélérer le développement de la société.

De leur côté, les détracteurs des expériences de télépathie dans la Silicon Valley ne sont pas si optimistes. Au contraire, ils pensent que cela détruirait la vie privée des gens et deviendrait un mécanisme de contrôle, avec lequel on surveillerait même la pensée. Peut-être ont-ils raison, si l’on tient compte du fait que le Pentagone a également des études similaires et les catalogue comme « technologie militaire ».


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.