Les effets du harcèlement au travail

07 octobre, 2020
Les effets du harcèlement au travail ont un coût psychologique élevé. Ce phénomène est l'un des principaux problèmes de la vie professionnelle.

Les effets du harcèlement au travail ont un coût psychologique élevé. Il n’est donc pas surprenant que l’OMS et les organisations de santé au travail considèrent le mobbing comme l’un des principaux problèmes de la vie professionnelle.

Nous sommes en outre confrontés à un phénomène en augmentation. Il ya de plus en plus de plaintes, mais les mécanismes d’action et de prévention restent insuffisants.

Les syndicats indiquent cependant que beaucoup de travailleurs n’osent toutefois pas franchir le pas. La difficulté à démontrer le harcèlement, la bureaucratie et la lenteur judiciaire font reculer de nombreuses personnes. Et n’oublions pas les conséquences qui en découlent.

Par ailleurs, comme le soulignent certaines associations, la situation est beaucoup plus complexe pour les fonctionnaires (médecins, infirmières, enseignants, policiers…).

De nombreux hommes et de femme taisent leur vie quotidienne de peur de perdre leur emploi. Ils donnent ainsi forme à un type de réalité où l’usure est constante et profonde, atteignant ainsi des extrêmes aussi graves que le suicide lui-même.

Des experts en la matière, comme le psychologue Heinz Leymann qui a élaboré le premier inventaire du harcèlement en 1980, soulignent que de nombreux suicides ayant lieu chaque jour dans le monde sont précisément dus au harcèlement au travail.

Le harcèlement constant dans l’environnement de travail va bien au-delà d’une situation stressante. Nous sommes en effet confrontés à un type de violence qui doit être reconnu et combattu.

Le harcèlement au travail est une réalité fréquente.

Les effets du harcèlement au travail : l’empreinte durable du stress post-traumatique

Les effets du harcèlement au travail ont été étudiés dans certaines disciplines telles que la psychologie, la médecine ou l’économie.

Il est toutefois notable que l’une des personnes ayant travaillé le plus sur ce phénomène est Konrad Lorenz, un éminent éthologue.

Ce dernier a lui-même défini le mobbing comme le même type de comportement violent que plusieurs espèces exercent dans la nature. Il s’agit de ces animaux qui se regroupent pour attaquer le membre le plus faible de leur espèce ou le plus fort pour renverser sa position dominante dans le groupe.

Heinz Leymand, pour sa part, définit ce comportement comme une forme de terreur psychique. C’est quelque chose qui se produit lorsqu’un membre ou un certain groupe exerce un comportement violent sur une victime.

Cette personne souffre alors d’une stigmatisation systématique, de différents types d’injustices et de l’invasion constante de ses droits en tant qu’être humain.

Leymand souligne que cela peut également être associé à la violence physique, à des agressions tels que des coups et des accidents provoqués. En ce qui concerne les femmes, les agressions peuvent également être sexuelles.

L’impact de ces phénomènes, comme nous pouvons bien l’imaginer, est donc immense. Les effets du harcèlement au travail peuvent, qui plus est, durer des années.

Le harcèlement au travail favorise les maladies cardiovasculaires

Selon une étude de l’Université de Copenhague , le mobbing soutenu au fil du temps augmente le risque de souffrir d’un certain type de maladie cardiovasculaire jusqu’à 60 %.

Les crises cardiaques sont en effet malheureusement fréquentes chez nombre de ces personnes qui réduisent au silence leurs souffrances et n’osent pas dénoncer leur agresseur.

Les problèmes de sommeil

Les troubles du sommeil comptent également parmi les effets du harcèlement au travail. L’insomnie, les réveils fréquents ou les cauchemars plongent la victime dans un état d’épuisement très marqué. Cela n’a pas seulement un impact sur la productivité des travailleurs.

L’humeur est par ailleurs profondément perturbée. Cela peut même augmenter le risque d’avoir un accident de la circulation du fait de conduire dans cet état de fatigue.

Le harcèlement au travail, une réalité fréquente.

Le trouble de stress post-traumatique

L’Université de Florence a réalisé en 2016 un travail intéressant sur le sujet. Le magazine spécialisé Frontiers in Psychology a publié les résultats.

Cette étude a analysé les effets du harcèlement au travail au niveau mental. Les chercheurs ont découvert que le mobbing maintenu dans le temps présente les mêmes symptômes que le Stress Post-traumatique.

  •  Même après avoir quitté le travail, la victime de harcèlement au travail réagit parfois  avec angoisse, peur, colère et tristesse lorsqu’elle observe des stimuli qui lui rappellent ce qui s’est passé au travail.
  • Des comportements d’évitement apparaissent également. Les victimes de harcèlement évitent tous les scénarios, personnes ou stimuli qui peuvent leur rappeler les expériences de mobbing et l’environnement de travail.
  • Des flashbacks apparaissent : l’apparition d’images mentales qui leur rappellent l’expérience est un phénomène récurrent chez ces victimes.
  • La perte de mémoire et les problèmes de concentration sont d’autres problèmes fréquents. La victime de harcèlement a souvent du mal à se souvenir de choses simples. Elle présente également des difficultés pour se concentrer et présente des performances cognitives moindres.
  • Toutes les caractéristiques directement et clairement associées au trouble de stress post-traumatique sont en outre ressenties : insomnie, anxiété, faible estime de soi, faible contrôle, pensées déformées, etc.

Ces symptômes durent généralement des mois, voire des années. Il est donc essentiel que toute personne qui traverse de telles circonstances se manifeste. Les mécanismes de soutien, d’assistance juridique et psychologique doivent également être plus rapides, plus proches et plus efficaces.

Dernier point mais non le moindre, nous devons mettre en exergue un autre aspect. Ce n’est pas parce que nous quittons cet emploi ou parce que nos conditions de travail se sont améliorées avec l’arrêt du mobbing que nous devons négliger notre santé mentale.

Le harcèlement laisse une marque : il nous change et réduit notre potentiel humain. Il est donc nécessaire de demander l’aide d’un expert pour soigner cette plaie. Ce dernier nous aidera à retrouver l’estime de soi et le désir de continuer à progresser personnellement et professionnellement.

  • Adams, G. A., and Webster, J. R. (2013). Emotional regulation as a mediator between interpersonal mistreatment and distress. Eur. J. Work Organ. Psychol. 22, 697–710. doi: 10.1080/1359432X.2012.698057
  • Arnsten, A. F., Raskind, M. A., Taylor, F. B., and Connor, D. F. (2015). The effects of stress exposure on prefrontal cortex: translating basic research into successful treatments for post-traumatic stress disorder. Neurobiol. Stress. 1, 89–99. doi: 10.1016/j.ynstr.2014.10.002