Les écrans rendent les enfants impatients et affectent leur humeur

On voit parfois des bébés d'à peine un an qui ont déjà un écran entre les mains pour s'amuser. Il n'est alors pas étonnant de constater qu'ils deviennent des adolescents plus hyperactifs, à l'humeur irritable ou encore apathique. C'est le prix à payer lorsque l'on passe trop de temps devant des écrans.
Les écrans rendent les enfants impatients et affectent leur humeur

Dernière mise à jour : 20 juillet, 2021

Enfants à l’humeur changeante, insomniaques, nerveux et parfois effrontés. Beaucoup d’entre nous se rendent compte que les écrans ont un effet néfaste sur les enfants.

Cependant, on oublie parfois que c’est l’utilisation intensive des écrans qui rend nos enfants plus apathiques. L’humeur de cette nouvelle génération change et nous n’en sommes pas toujours suffisamment conscients.

On peut le remarquer dès les classes de primaire mais surtout à partir du secondaire. L’irritabilité domine chez de nombreux enfants qui ont du mal à établir des relations avec les autres.

On le constate également dans leur capacité à effectuer leurs devoirs. Ils ont du mal à retenir des informations, à raisonner de manière créative ou encore à résoudre des problèmes simples.

Certains disent même que nous sommes en train de créer la génération la plus molle et la plus apathique de l’histoire. Comme toujours dans ce genre de cas, il n’est cependant pas bon de généraliser, c’est vrai.

Il y a toujours des exceptions. Il y a aussi des adolescents qui sont très en avance sur les adultes. Ils font alors souvent parti de ce groupe de personnes particulièrement concerné par notre planète et par les questions sociales.

Cependant, d’un point de vue psychologique et clinique, nous constatons que des enfants âgés de 9 à 15 ans présentent déjà des signes de troubles anxieux, de troubles du sommeil, de troubles dépressifs ou même de troubles bipolaires. Ce qui est inquiétant.

Certains soulignent que derrière ces pathologies se cache l’effet d’une utilisation intensive et inappropriée des nouvelles technologies et des écrans. Nous en parlons dans cet article.

Un enfant qui pleure pour garder sa tablette.

Les écrans rendent les enfants hyperactifs et plus irritables : pourquoi ?

Les données, pour le moins, sont frappantes. Selon Common Sense Media, près de la moitié des enfants de moins de 8 ans possèdent déjà leur propre tablette et y passent en moyenne 2,5 heures.

Toutefois, l’American Pediatric Society recommande que les enfants âgés de 2 à 8 ans ne passent pas plus d’une heure par jour devant un écran. Et ce, toujours en compagnie d’un adulte et jamais pendant qu’ils mangent.

Cependant, la réalité quotidienne est toute autre. Nous savons que beaucoup d’enfants de moins de 3 ans utilisent quotidiennement ces appareils comme une forme de jeu et de divertissement.

À un âge où les interactions manuelles et sociales sont essentielles, nous laissons alors nos enfants devenir des individus numériques solitaires. Et ce même, à un âge où leur cerveau a besoin d’autres types de stimulus.

Il convient de noter, bien entendu, que ce ne ont pas les écrans qui constituent en soi un problème. Pour autant, lorsqu’elles soient utilisés à bon escient, les nouvelles technologies sont de puissants moyens d’accéder à la connaissance. Toutefois, le problème réside dans le temps que les enfants passent devant les écrans.

Le chercheur Domingues-Montanari explique dans une étude que nos enfants passent en moyenne plus de trois heures par jour sur un téléphone portable ou sur une tablette. Quelles sont les conséquences de ce phénomène pour nos enfants ? Elles sont nombreuses.

En effet, les écrans rendent les enfants hyperactifs mais aussi plus irritables. Approfondissons.

Dérèglement de l’humeur et utilisation intensive des écrans

Ces dernières années, nous avons vu de plus en plus de diagnostics de troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. Il y a aussi un accroissement du nombre de cas de troubles anxieux, de dépression majeure ou même de troubles bipolaires chez les enfants.

Cependant, il semble que nombre de ces pathologies disparaissent lorsque les enfants sont soumis à un “jeûne technologique”. En d’autres termes, le dérèglement de l’humeur disparaît lorsque l’utilisation des écrans électroniques est réduite ou éliminée.

L’hyperactivité cérébrale associée à l’utilisation intense des écrans a donc de graves effets sur le comportement et l’humeur. Des travaux de recherche tels que ceux menés à l’Université de Pennsylvanie, aux Etats-Unis, confirment cette relation.

Il a été démontré que lorsqu’un enfant passe plus d’une heure par jour devant un écran depuis son plus jeune âge et jusqu’à l’adolescence, son bien-être psychologique diminue fortement. Ils font alors preuve de moins de curiosité, de moins de maîtrise d’eux-même.

De plus, ils ont des difficultés à réguler leurs émotions et sont limités dans leurs relations sociales. Le fait de simplement réduire leur temps d’exposition aux écrans améliorerait directement leur sentiment de bien-être.

Les écrans contribuent à perturber le sommeil des enfants qui dorment de plus en plus mal

Les enfants doivent dormir plus d’heures que les adultes. Pourtant, leurs heures de repos sont, dans bien des cas, semblables à celles d’un insomniaque ! Ils éprouvent des difficultés à s’endormir et ne parviennent pas à trouver un repos profond, réparateur et durable tout au long de la nuit.

Quelle est la cause de ce problème ? Le déclencheur est la lumière des écrans électroniques. Elle agit comme un stimulateur du cerveau en réduisant la libération de mélatonine et en produisant de graves déséquilibres hormonaux. Les écrans rendent les enfants hyperactifs, plus irritables, apathiques et lents.

Un enfant qui joue sur un smartphone.

Les téléphones portables et les tablettes épuisent les ressources intellectuelles des enfants

Nos enfants, en particulier les adolescents, vivent dans un univers numérique qui détourne toute leur attention. Cela va même plus loin. 100% de leur attention cognitive et visuelle est sollicitée lorsqu’ils sont exposés à des écrans. Ainsi, lorsqu’ils retournent dans le monde réel, leurs niveaux intellectuels sont alors au minimum.

L’utilisation intensive des mobiles et des tablettes dévore toute l’attention et l’énergie de nos jeunes. Ainsi, lorsqu’ils quittent le monde numérique et éteignent leurs appareils, ils n’ont plus de motivation ni d’énergie pour faire leurs devoirs ni pour aller jouer dehors.

Les enfants sont accros aux écrans

Les écrans rendent les enfants hyperactifs et les rendent également dépendants de la dopamine. Qu’est-ce que cela signifie et qu’est-ce que cela implique. Comment un enfant de 6, 7 ou 12 ans peut devenir “dépendant” ?

Pour comprendre cette relation, nous devons comprendre quelque chose de très basique. Une grande partie des jeux en ligne, ainsi que des plateformes telles que Tik Tok, génèrent une libération de dopamine dans le cerveau des jeunes.

Ce sentiment de bien-être et de divertissement devient alors une dépendance. Il leur faut ensuite de plus en plus d’heures d’exposition pour que le même stimulus produise le même niveau de plaisir. N’obtenant pas toujours cette sensation ou ce “shot” de dopamine, ils entrent dans un état de manque, de frustration et de colère.

Le plus problématique est que nous élevons des enfants qui ne comprennent plus les loisirs qui ne soient pas numériques. Ils filtrent la réalité à travers la technologie. Ils laissent alors de côté la socialisation directe, le monde réel et proche.

Pour conclure, nous pouvons souligner une évidence : les nouvelles technologies constituent un des meilleurs outils de progrès, mais elles ne nous aideront que si nous en faisons bon usage. Gardons cela à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le phénomène des influenceurs sur les réseaux sociaux
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Le phénomène des influenceurs sur les réseaux sociaux

Les consommateurs préfèrent faire confiance à des influenceurs qui, bien qu'ils ne le sachent pas, leur inspire confiance.



  • Domingues-Montanari, S. (2017). Clinical and psychological effects of excessive screen time on children. Journal of Paediatrics and Child Health53(4), 333–338. http://doi.org/10.1111/jpc.13462
  • Hutton, J. S., Dudley, J., Horowitz-Kraus, T., Dewitt, T., & Holland, S. K. (2020). Associations between Screen-Based Media Use and Brain White Matter Integrity in Preschool-Aged Children. JAMA Pediatrics174(1). https://doi.org/10.1001/jamapediatrics.2019.3869
  • Twenge, J. M., & Campbell, W. K. (2018). Associations between screen time and lower psychological well-being among children and adolescents: Evidence from a population-based study. Preventive medicine reports12, 271–283. https://doi.org/10.1016/j.pmedr.2018.10.003
  • Zivan, M., Bar, S., Jing, X., Hutton, J., Farah, R., & Horowitz-Kraus, T. (2019). Screen-exposure and altered brain activation related to attention in preschool children: An EEG study. Trends in Neuroscience and Education17. https://doi.org/10.1016/j.tine.2019.100117