Les distorsions cognitives les plus courantes dans l'anxiété

24 août, 2020
L'esprit agit souvent comme notre pire ennemi. Connaître les mécanismes qu'il utilise pour augmenter la pensée anxieuse peut nous aider à gérer un peu mieux ces états et à avoir plus de contrôle sur cet univers mental.

Les distorsions cognitives les plus courantes dans l’anxiété ont un objectif très clair : intensifier la souffrance. L’esprit est prisonnier de schémas de pensée rigides et négatifs qui agissent comme un piège, de sables mouvants dans lesquels sombrent la raison, la logique et l’équilibre interne. Le monde devient menaçant et chaque problème, aussi petit soit-il, n’a plus de solution.

Bien que ces types de dynamiques psychologiques soient caractéristiques de conditions telles que l’anxiété ou la dépression, il convient de noter que nous utilisons tous des distorsions cognitives à un moment donné. Nous avons tous déjà appliqué, par exemple, un raisonnement émotionnel qui conduit à des idées telles que “si en ce moment je me sens maladroit et incompétent c’est parce que je suis incompétent“.

Or, au-delà du fait que notre esprit a traité certaines choses d’une manière erronée et nuisible pour nous-mêmes, nous passons une bonne partie de notre temps à essayer de garder le contrôle. Lorsque nous analysons la réalité plus calmement, nous choisissons d’utiliser des attitudes un peu plus réalistes (et amicales).

Cependant, le problème vient quand ce n’est pas possible pour nous, lorsque les émotions ne nous accompagnent pas. Les difficultés extérieures sont très complexes et nos ressources psychologiques sont minimes. Dans ces circonstances, il est facile de finir par alimenter constamment ces distorsions négatives drainantes.

Les identifier, savoir comment elles agissent et comment les affaiblir est la meilleure stratégie que nous puissions apprendre. Notre bien-être en sera reconnaissant.

Les distorsions cognitives et leurs effets.

Les distorsions cognitives les plus courantes dans l’anxiété

Je ne peux pas supporter ça, c’est insupportable, je vais devenir fou“, “Je ne vaux rien“, “Il n’y a rien à faire“. Ce type de raisonnement génère un type de brouillard mental dans lequel seuls l’angoisse et le malheur peuvent être respirés. Si vous renforcez constamment ces types d’approches, le burn-out sera immense.

Les distorsions cognitives sont essentiellement des tours de l’esprit, des manières systématiques par lesquelles les gens déforment les informations sur l’environnement, ce qui nous arrive et ce que nous voyons. Si nous nous demandons pourquoi nous utilisons ce type de mécanisme, la réponse est plus complexe qu’il n’y paraît. Parfois, c’est à cause d’un système de rétroaction entre les émotions et les pensées elles-mêmes.

Je me sens mal et donc je pense que les choses négatives et ces pensées nourrissent encore plus mon inconfort. D’autres fois, les distorsions cognitives sont des schémas que nous utilisons presque depuis toujours sans nous en rendre compte. Une éducation compliquée ou des parents peu affectueux nous amènent souvent à interpréter les choses de manière épuisante. Si notre estime de nous-mêmes est également faible, il est facile de se retrouver dans ce type de pièges mentaux.

Découvrez donc avec nous quelles sont les distorsions cognitives les plus courantes de l’anxiété.

Catastrophisant

Penser au pire pour être préparé. Nous supposons que c’est une bonne stratégie alors qu’en réalité, tout ce que nous obtenons est d’augmenter notre anxiété de manière dévastatrice.

Vous vous dites des choses comme : “Si j’échoue à cet examen, je peux déjà abandonner ma carrière, il est donc préférable de commencer à supposer que je ne vaux rien” ou “au vu de ce qui se passe, il est clair que les choses vont empirer et plus personne n’aura de travail” sont des exemples de cette distorsion cognitive courante.

Pensée dichotomique ou polarisée

Tout raisonnement qui commence par les termes “toujours”, “jamais”, “tout” ou “rien” applique une pensée polarisée. Ce sont ces manières de traiter la réalité dans laquelle tout est bon ou mauvais, où vous êtes avec moi ou contre moi, où j’obtiens ce que je veux ou je sombre parce que je suis inutile. Cette manière d’attribuer une valeur aussi extrême à des choses sans terrain d’entente est une autre forme de souffrance très marquée.

Les distorsions cognitives ont un impact.

Abstraction sélective

Parfois, notre attention a une tendance inhabituelle et tordue : voir le côté négatif de la vie dans chaque situation. L’abstraction sélective est l’une des distorsions cognitives les plus courantes de l’anxiété. Cela se produit lorsque nous ne nous retrouvons qu’avec la réalité la plus sombre, lorsque nous interprétons les choses de la manière la plus néfaste pour nous-mêmes.

Un exemple de ce type de pensée serait : “J’ai invité tous mes collègues de bureau à mon anniversaire et Claudia est la seule à ne pas être venue. Elle me déteste certainement et les autres ne sont ici que par obligation“.

La personnalisation, l’une des distorsions cognitives les plus courantes de l’anxiété

Si mon patron se dispute avec quelqu’un au bureau, ce sera à cause de quelque chose que j’ai fait“,si le caissier me traite de manière impolie, ce sera parce que j’ai tendance à ne pas aimer les gens“, “au travail, ma présentation d’aujourd’hui a été un désastre, et ce sera sûrement le cas des suivantes parce que je ne vaux rien“.

Ce type de raisonnement est le résultat de ce dialogue interne négatif dans lequel nous personnalisons chaque fait que nous voyons. Comme si tout relevait de notre responsabilité ou si tout était de notre faute.

Inférence arbitraire, la mauvaise supposition en vous

L’anxiété a une tendance : nous faire croire que nous sommes l’Oracle de Delphes. Nous assumons le rôle de diseurs de bonne aventure pour accepter un grand nombre de situations. Les plus courantes sont les suivantes :

  • Nous pensons savoir ce que les autres pensent de nous. À tel point que notre esprit n’arrête pas de nous torturer avec des idées telles que “il pense que je n’y arriverai jamais, il ne m’aime pas, ce qu’il ressent c’est de la honte…“.
  • De même, il est également courant de commettre cette erreur de “prévoir l’avenir”, de se dire que l’on va échouer et que rien ne se passera bien

Pour conclure, savoir quelles sont les distorsions cognitives les plus courantes de l’anxiété peut nous permettre deux choses. D’abord, à détecter ces schémas de pensée qui alimentent l’inconfort. Puis, à comprendre comment fonctionne l’esprit humain et comment, s’il ne le contrôle pas et ne fixe pas de limites, il peut devenir notre pire ennemi.

Apprenons à en prendre soin. A le voir comme ce jardin dans lequel seules les pensées qui aident, qui motivent, qui nous font nous sentir comme des êtres précieux peuvent germer.