Les bonnes choses mettent du temps à arriver, car ce qui arrive facilement s’en va tout aussi facilement

· 30 mai 2016

Généralement, on dit que le secret du succès réside en le fait de savoir attendre la récompense.

Si cela est parfois vrai et que les bonnes choses arrivent jusqu’à nous presque à l’improviste et sans qu’on l’ait prévu, on doit tout de même comprendre que nos réussites ne dépendent pas toujours de la chance, mais bien de nos efforts.

Le sociologue Zygmunt Bauman nous parle toujours de cette société liquide basée sur le « je le veux -> je l’ai », d’où le fait que les liens soient plus fragiles que jamais et qu’au sein de cette société, le besoin d’immédiateté nous empêche parfois de tolérer la frustration voire même de reporter certaines récompenses pour obtenir de meilleurs bénéfices.

 


Il est important d’être toujours préparé, et savoir profiter de l’instant l’est encore plus, mais notre vraie vertu résidera dans le fait de savoir attendre toutes les bonnes choses qu’on atteindra finalement grâce à nos efforts.


 

On sait tous qu’il n’est pas facile de croire au fait que nos rêves et nos désirs puissent se réaliser.

Or, il ne faut pas oublier que des facteurs tels qu’une attitude positive et réaliste couplée à certaines stratégies d’affrontement peuvent faire beaucoup pour nous. Nous vous invitons à réfléchir à ce sujet.

chica-con-mariposas-en-la-mano

L’art de savoir attendre

Nous passons une grande partie de notre temps à attendre, à faire la queue, à attendre que nos trains arrivent et à être frustré car les opportunités ne sonnent pas à notre porte.

L’art d’attendre renferme en réalité un secret : être un agent actif qui sait construire sa réalité pendant qu’il attend.

C’est dans les années 1960 que le psychologue Walter Mischel, de l’Université de Stanford, a mené à bien un travail intéressant au travers duquel il a essayé de décrire quelles habilités s’associent généralement à la conquête des buts, et, par conséquent, avec le succès.

L’idée essentielle de l’étude de Mischel était de pouvoir isoler ces stratégies basiques afin de les entraîner et les favoriser dès l’enfance. Pour cela, il a mené à bien l’expérience suivante :

  • Il a demandé à un groupe d’enfants de 4 ans de s’asseoir à une table face à un pot de friandises. Les psychologues ont indiqué aux enfants que s’ils attendaient 20 minutes, un adulte leur apporterait une récompense bien plus grande.
  • Seulement un enfant sur trois a réussi à attendre, et ces mêmes enfants sont ensuite devenus des élèves qui ont mieux réussi à l’école.
  • Des aspects tels que la capacité de réussite, la tolérance à la frustration, le contrôle émotionnel, la motivation et la capacité de ne pas céder à ‘l’appétit imminent » ont déterminé le succès de ces enfants. Ce sont des dimensions que l’on peut également définir à l’âge adulte.
leon-con-mariposa

Les bonnes choses requièrent des efforts, du dévouement et de la passion

Parfois, quand on connait quelqu’un qui cherche seulement une satisfaction momentanée, le plus souvent, s’établit une relation si fragile, égoïste et désintéressée que l’on finit blessé, voire même désespéré.

Ce qui vaut vraiment la peine requiert des efforts, du courage et de l’engagement. On doit parcourir notre chemin avec amour propre et illusion pour que cette attente finisse par atteindre son objectif : le bonheur.

 


Si les bonnes choses mettent du temps à arriver, on ne doit pas désespérer, car ce processus de lutte quotidienne nous enrichira au travers de nouveaux rôles et capacités que l’on va découvrir en nous-même.


 

mano-con-hojas

 

Ainsi, si le processus d’attente est celui qui doit aller avec des habilités nouvelles pour affronter ce processus et atteindre notre objectif, il est important que l’on réfléchisse aux aspects suivants :

  • Le besoin de « solidifier » l’amour propre. Nous vous parlions au début de cet article de « société liquide », terme mis au jour par Bauman. Si dans vos relations vous sentez qu’il existe cette même fragilité, n’oubliez pas qu’il n’y a qu’avec une bonne estime de vous-même que vous pourrez faire face à l’individualisme féroce qui, parfois, nous enveloppe.
  •  Ne vous contentez pas de « vous connecter » à votre réalité, vous devez « vous lier » à elle. Ne soyez pas un agent passif, votre réalité a lieu à chaque moment et en elle s’ouvrent de multiples opportunités.
    Il ne suffit pas se connecter pour trouver une satisfaction ponctuelle et fugace, il faut s’engager et y consacrer du temps, des efforts et des illusions.
  • L’importance de la liberté et de l’assurance. Vous êtes libre de choisir le chemin que vous voulez prendre, personne ne doit décider pour vous, et vous n’avez pas non plus l’obligation de recevoir la reconnaissance des autres pour savoir ce que vous valez.
    Les bonnes choses arriveront si vous avancez dans l’assurance et si vous avez conscience de vos valeurs, vos limites et vos vertus.
  • Apprenez à accepter l’incertitude.
    De même que plus tôt, nous vous recommandions le besoin de tolérer la frustration et de savoir gérer la gratification imminente, il faut aussi comprendre que la vie est incertaine. Personne ne peut prévoir ce qui arrivera demain ou si nos projets connaîtront le succès.

Il sera toujours mieux de prévoir sans exagérer et d’accepter qu’on n’a pas un contrôle absolu sur tout ce qui nous entoure.

Accepter l’incertitude, ce n’est pas se rendre, mais se fier à ce qu’on peut vraiment changer dans notre aire d’action pour atteindre ce à quoi on aspire.

 


Ne vous fatiguez pas à attendre, tout ce qui vaut la peine nécessite de la patience, de l’illusion et une attitude combative.


mujer-con-mariposas-en-el-rostro