Les abeilles aussi connaissent les mathématiques

Et si, aujourd'hui, nous vous disions que les abeilles sont capables de faire la différence entre les nombres pairs et impairs ?
Les abeilles aussi connaissent les mathématiques
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2023

Elles sont petites et nous adorons voir leur corps tacheté de pollen aller d’une fleur à l’autre. Les abeilles sont ces insectes hyménoptères si nécessaires à la survie de nos écosystèmes. Ainsi, bien qu’il existe des milliers d’espèces dans le monde qui agissent également comme pollinisateurs, ce sont ces fées de la nature qui remplissent leur rôle le plus efficacement.

Nous les adorons, mais la vérité est que nous ne prenons pas trop soin d’elles. Le changement climatique, ajouté à l’utilisation intensive de substances toxiques telles que les pesticides et les insecticides pour l’agriculture, les détruit progressivement. Les abeilles et les bourdons sont non seulement des créatures clés pour notre planète, mais ils représentent également un défi pour la science.

À mesure que nous en apprenons plus sur elles, leur intelligence et, bien sûr, leur organisation sociale complexe et audacieuse ne cessent de nous étonner. Nous savons depuis longtemps que les abeilles mellifères sont douées pour les tâches mathématiques. Cependant, tout récemment, une enquête a apporté un autre fait encore plus surprenant : elles sont capables de différencier les nombres pairs des impairs.

Les abeilles sont des insectes eusociaux (avec un degré élevé d’organisation sociale) qui comprennent les mathématiques avec des capacités cognitives élevées.

image pour représenter que les abeilles connaissent aussi les mathématiques
Les abeilles sont des insectes intelligents que nous devons comprendre davantage.

Croyez-le ou non, les abeilles connaissent aussi les mathématiques

Il est très possible que beaucoup parmi vous restent sceptiques face à cette nouvelle. Comment un insecte avec à peine un million de neurones – nous en avons près de 86 milliards – peut-il avoir des capacités exécutives aussi sophistiquées ? Pour comprendre cela, nous pouvons parler de Scarlett Howard, stagiaire à l’université de Toulouse qui enseigne les mathématiques aux abeilles depuis pas mal de temps.

Il a été démontré que ces insectes eusociaux étaient capables d’additionner et de soustraire et même de comprendre le concept de « zéro ». Grâce à diverses expériences dans lesquelles elle récompense les abeilles, elle les a entraînées à maîtriser les concepts mathématiques de base. C’est maintenant que nous découvrons leurs capacités cognitives, qui vont de la capacité de discriminer les visages humains à la traversée de labyrinthes complexes.

Dans la recherche que Scarlet Howard a publiée en 2019, elle nous dit que bien que les abeilles et les humains soient séparés par plus de 400 millions d’années d’évolution, nous avons de nombreux éléments en commun. Les abeilles connaissent également les mathématiques, apprennent des règles et effectuent des tâches arithmétiques que d’autres animaux avec un cerveau plus gros ne peuvent pas faire.

Découvrir que les abeilles peuvent apprendre les mathématiques nous montre, pour la première fois, qu’un cortex cérébral n’est pas nécessaire pour effectuer des tâches cognitives plus complexes.

Les abeilles savent faire la différence entre les nombres pairs et les nombres premiers

Combien de temps avez-vous mis à apprendre la différence entre les nombres pairs et impairs à l’école primaire ? Peut-être pas trop. Quoi qu’il en soit, ce que vous ne pourriez jamais imaginer, c’est que des insectes comme les abeilles peuvent également intégrer cet apprentissage. L’Université Deakin, en Australie, a publié une étude en 2022 qui a beaucoup attiré l’attention.

Les abeilles peuvent apprendre les concepts de nombres pairs et impairs. Dans cette enquête, on a construit une série de panneaux avec des cartes sur lesquelles apparaissent des cercles regroupés selon cette caractéristique mathématique. Deux groupes ont été utilisés. Dans l’un, un groupe d’abeilles recevait de l’eau sucrée si elles s’approchaient d’un nombre pair. L’autre groupe a reçu ce stimulus positif s’il l’a fait avec les nombres impairs.

Et quel a été le résultat ? La recherche a montré que non seulement les abeilles connaissent les mathématiques, mais qu’elles pouvaient différencier les nombres impairs avant les nombres pairs. Tout le contraire de ce qui nous arrive à nous, humains.

Quand on est petit, on apprend les nombres pairs (2, 8, 6, 10…), mais ces petits insectes ont un penchant pour l’apprentissage des nombres impairs. Le taux de réussite était de 80 %.

image pour symboliser que les abeilles connaissent aussi les mathématiques
La catégorisation paritaire ne nécessite pas un cerveau humain grand et sophistiqué, mais elle nécessite un cerveau capable d’apprendre.

Pourquoi une abeille a-t-elle besoin de connaître les mathématiques ?

Le cerveau des abeilles est minuscule et, contrairement aux humains, il n’a pas de cortex préfrontal. Cette région qui nous permet d’effectuer des tâches plus complexes, comme les mathématiques, n’est pas présente chez ces insectes. Alors, comment peuvent-elles démontrer cette compétence sophistiquée ? De plus… pourquoi une abeille a-t-elle besoin de connaître les mathématiques ?

Bien que nous ayons du mal à le croire, les insectes sont intelligents

Les abeilles connaissent aussi les mathématiques et sont plus intelligentes qu’on ne le pense, c’est vrai. Cependant, pour comprendre cette caractéristique, nous devons nous rappeler ce qu’est l’intelligence. Il s’agit de la capacité à déduire des informations, à les interpréter et à les utiliser pour résoudre des problèmes. C’est simple et complexe à la fois.

Les insectes comme les abeilles et les bourdons sont capables d’apprendre et de transmettre cet apprentissage au groupe.

Il est vrai que, dans leur quotidien, elles n’auront pas besoin d’identifier, par exemple, quelles fleurs ont des feuilles paires ou impaires. Cependant, dans des situations expérimentales où on les entraîne et où elles reçoivent un renforcement (eau sucrée), elles apprennent plus vite que les autres animaux.

Apprendre pour survivre

Il est évident que, dans la nature, une abeille n’a pas besoin d’effectuer des tâches mathématiques pour se nourrir. Cependant, il a été démontré que dans des situations exceptionnelles, elles peuvent intégrer de nouveaux apprentissages pour survivre. Et nous insistons sur ce point : les autres insectes ou une grande partie des vertébrés ne font pas cela.

Ces recherches nous ont montré que les abeilles ont des capacités cognitives très avancées qui leur permettraient, par exemple, d’obtenir de la nourriture dans des circonstances nécessitant de résoudre des problèmes de base.

Un monde à découvrir

Un fait intéressant est devenu évident avec ce type d’expériences sur les abeilles. On n’a pas besoin d’un cortex préfrontal pour penser mathématiquement. Il suffit d’avoir un peu plus d’un million de neurones et un petit cerveau pour effectuer des opérations simples. Cependant, cette capacité d’apprentissage est une qualité unique chez ces insectes, que nous devons comprendre davantage.

De même, nous ne pouvons ignorer un fait. Le monde, notre planète, est bien meilleur avec des abeilles vivant parmi nous. Nous avons besoin d’elles et elles font partie des êtres les plus fascinants de nos écosystèmes.



  • Howard SR, Avarguès-Weber A, Garcia JE, Greentree AD, Dyer AG. Numerical cognition in honeybees enables addition and subtraction. Sci Adv. 2019 Feb 6;5(2):eaav0961. doi: 10.1126/sciadv.aav0961. PMID: 30775440; PMCID: PMC6365119.
  • Howard SR, Avarguès-Weber A, Garcia. Numerosity Categorization by Parity in an Insect and Simple Neural Network. Front. Ecol. Evol., 29 April 2022 Sec. Behavioral and Evolutionary Ecology https://doi.org/10.3389/fevo.2022.805385

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.