L'ennui "chaud", quand on ne peut pas fuir une situation

Nous souffrons d'un ennui brûlant lorsqu'il n'y a pas d'autre choix que d'être au même endroit et que nous n'avons rien sous la main pour nous divertir, comme un téléphone portable ou un livre. Ce sont des situations stressantes que beaucoup ne savent pas gérer. Nous l'analysons ci-dessous.
L'ennui "chaud", quand on ne peut pas fuir une situation

Dernière mise à jour : 28 juillet, 2022

L’ennui chaud est cette expérience d’ennui et d’accablement que nous pouvons vivre lorsque nous ne trouvons aucun moyen de nous divertir. Ce sont des situations auxquelles nous ne pouvons pas échapper, comme être sur un vol qui dure huit heures ou devoir faire la queue à l’administration juste au moment où la batterie de notre téléphone est épuisée.

Je suis sûr que ce sentiment vous semble familier. Celui de devoir être par obligation dans un espace et dans un lieu, mais sans pouvoir se divertir, sans avoir à portée de main aucune ressource pour se reposer ou distraire l’esprit. Car, on le sait bien, les gens sont de plus en plus allergiques à ce qu’on appelle la déconnexion ou le « ne rien faire ».

L’ennui est une expérience de plus en plus rare. Par exemple, on grimpe au mur quand nos enfants nous disent “je m’ennuie” et on essaie de les divertir avec n’importe quoi pour qu’ils ne nous dérangent pas trop. Cependant, c’est encore pire quand c’est nous qui tombons dans cette dimension étouffante et poisseuse.

“Une génération qui ne supporte pas l’ennui sera une génération de peu de valeur.”

-Bertrand Russell-

Homme stressé au bureau à cause de l'ennui "chaud"

Qu’est-ce que l’ennui “chaud” ?

Érasme de Rotterdam disait que celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui. Je suppose que c’est vrai. Nous oublions peut-être le plaisir serein d’être connecté à nos pensées et à nos essences dans ces moments de silence forcé, d’immobilité. Car la vie est aussi faite d’éternelles salles d’attente, de temps perdus dans les files d’attente, de déplacements et de salles dans lesquelles un numéro annonce quand on sera servi.

L’ennui “chaud” est un sentiment d’être submergé et ennuyé lorsque l’esprit ne peut pas être diverti et que nous ne pouvons pas nous échapper. Ce concept a été introduit par Chögyam Trungpa, un maître tibétain de la méditation bouddhiste des années 1970. Ce terme est apparu dans son livre Mindfulness in Action: Making Friends with Yourself Through Meditation and Everyday Awareness.

Dans ses pages, il décrit cette expérience comme étant enfermé dans une cellule capitonnée. C’est un cri étouffé plein de frustration de ne pouvoir échapper à une situation précise. Ce n’est pas la même chose que l’expérience classique du vide un dimanche après-midi, où l’ennui, le fait de ne pas savoir quoi faire, peut éveiller en nous la créativité pour échapper à ce sentiment.

Dans l’ennui chaud, il n’y a pas d’échappatoire comportementale. On ne peut se divertir en rien car il y a une obligation implicite d’être dans un espace spécifique. C’est alors que nous sommes pris dans le bavardage mental et le stress de “ne rien faire”.

Une expérience bouleversante mentalement et physiquement

Dans l’ennui brûlant, nous ne trouvons aucun mécanisme d’évasion. L’esprit ne peut pas être diverti avec le mobile, un livre ou une conférence. Il n’y a pas d’autre choix que « d’être » et cette sensation indésirable d’immobilité est ressentie de manière douloureuse. L’esprit est stressé et le corps s’engourdit.

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les êtres humains vivent ces situations de manière si négative. De plus, une étude publiée à l’University College de Londres indique que les expériences continues d’ennui affectent la santé. Ne pas savoir gérer ces situations dominées par l’ennui affecte le bien-être physique et psychologique.

La raison ? Notre mode de vie toujours hyperactif et hyperconnecté nous a rendus intolérants à la connexion avec nous-mêmes. Rester immobile et silencieux pendant un certain temps est très stressant.

Nous nous sommes habitués à toujours avoir quelque chose à faire. Au moment où on nous demande seulement d’être sans faire aucune activité, nous éprouvons du stress et de la contradiction. Notre esprit est devenu intolérant à l’inactivité parce que nous ne savons plus comment nous connecter avec nous-mêmes.

Un mal de notre temps

Nous sommes cette société éduquée pour la performance et le travail acharné. Nous sommes aussi ceux qui occupent leur temps libre avec le mobile à la recherche de connexion sociale et de divertissement avec les écrans. Nos cerveaux ont déjà une addiction innée aux notifications, au renforcement du message, du like, de la dernière mise à jour de notre feed Instagram.

Comment rester une ou plusieurs heures sans ces stimuli ? Le fait de ne rien faire équivaut à la perception d’inutilité, d’improductivité et d’échec. Nous devons toujours faire quelque chose, quoi que ce soit, nous devons combler le vide et le silence avec la première chose que nous avons sous la main. Et en ne le faisant pas, nous désespérons.

L’esprit hyperactif ne comprend pas que parfois ne rien faire est la meilleure chose pour notre bien-être.

Femme méditant et réfléchissant à l'ennui "chaud"

Comment surmonter ce sentiment de stress ?

“La véritable conscience ne peut pas se développer si vous essayez de diviser votre expérience en catégories et de les compartimenter”, a déclaré le maître de méditation Chögyam Trungpa et créateur du concept de l’ennui brûlant. Le cerveau ne s’arrête jamais, l’esprit est comme un moviola qui ne cesse de faire tourner des pensées, des idées, des souvenirs, des préoccupations…

Nous craignons le silence et l’immobilité car nous sommes directement confrontés à ces films mentaux. Nous préférons évidemment nous divertir avec n’importe quoi. Il faut cependant prendre en compte le coût de cette obsession : celle de fuir nos essences, celle d’être conditionné socialement au travail, à la performance continue et à la connexion numérique.

L’ennui brûlant, celui que l’on peut éprouver en prenant le métro et sans téléphone portable ni livre à portée de main, est une opportunité d’apprentissage. Nous ne sommes pas obligés de rentabiliser notre temps, car le temps n’est pas de l’argent, le temps c’est la vie. Et parfois, ne rien faire est la meilleure chose que nous puissions faire pour nous-mêmes.

Selon Maître Chögyam Trungpa, l’ennui chaud peut nous donner l’occasion de vivre un ennui froid, c’est-à-dire un temps pour apprendre des techniques de relaxation et de méditation.

Dans ces moments d’inactivité forcée, nous avons la possibilité de regarder à l’intérieur de manière détendue. Dans notre quotidien, il existe de multiples façons d’être et d’exister. Se détendre, laisser son esprit vide et se limiter à apprécier l’instant présent est un exercice de santé incontestable.

Cela pourrait vous intéresser ...
Selon la science, les réseaux sociaux ne soulagent pas l’ennui
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Selon la science, les réseaux sociaux ne soulagent pas l’ennui

Selon la science, les réseaux sociaux ne soulagent pas l'ennui, mais plutôt le contraire : ils augmentent le stress.



  • Annie Britton, Martin J Shipley, Bored to death?, International Journal of Epidemiology, Volume 39, Issue 2, April 2010, Pages 370–371, https://doi.org/10.1093/ije/dyp404
  • Bargdill, Richard. (2000). The study of life boredom. Journal of Phenomenological Psychology. 31. 188-219. 10.1163/15691620051090979.
  • Jaradat, abdul-kareem & Jaradat, Abdul-Kareem & Ababneh, Nour. (2021). Reducing Boredom Proneness & Enhancing Intrinsic Motivation Through a Solution-focused Brief Therapy Program. North American Journal of Psychology. 23. 141-154.