L'effet Einstellung ou la difficulté de penser différemment

02 février, 2020
L'effet Einstellung nous montre quelque chose sur lequel il faut se pencher : notre cerveau a du mal à penser de manière créative lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes. Nous avons tendance à utiliser les mêmes stratégies, même lorsque les conditions sont différentes.
 

L’effet Einstellung est avant tout un piège cognitif dans lequel nous tombons fréquemment. Cela se produit, par exemple, lorsque nous essayons de résoudre un problème et, en l’analysant de manière approfondie et prudente, nous considérons comme acquis qu’un tel défi n’a pas de solution. Nous pensons ainsi parce que notre cerveau raisonne de manière rigide et est incapable d’assumer de nouvelles perspectives.

Pour mieux comprendre cela, imaginons un expert dans un domaine qui tente de résoudre un défi soudain. Il analyse la question, la retourne cent fois et l’examine à partir de mille prismes différents. A un moment donné, un étranger arrive, observe les circonstances et propose soudain une solution presque fulgurante. Une que le “sage” n’avait même pas envisagé.

Que s’est-il passé ? Ce qui se passe dans ce type de situation est que, parfois, nous manifestons ce que l’on appelle une “hyperspécialisation” des connaissances. C’est-à-dire que nous maîtrisons une série d’approches, de sujets et de schémas de connaissance sans laisser de place à d’autres possibilités, sans même nous remettre en question ou explorer de nouvelles perspectives par la pensée latérale.

De même, il y a un fait que nous devons préciser : l’effet Einstellung ne définit pas un type de personnalité. C’est une sorte de stratégie mentale. Il s’agit, en gros, d’un mode de fonctionnement de notre cerveau qui tend toujours à donner le même type de réponses et de solutions. Il est très difficile pour nous d’innover, d’être originaux et c’est sans aucun doute un gros problème.

 

Le terme Einstellung vient de l’allemand et est l’union de deux termes : ajustement et attitude. Il définit les situations dans lesquelles nous nous adaptons aux solutions les plus connues, en entravant d’autres alternatives.

L'effet Einstellung représenté par des avions dans la même direction sauf un

L’effet Einstellung ou le raccourci cognitif qui bloque notre esprit

Si j’ai mes propres stratégies pour résoudre les problèmes, pourquoi perdre du temps à essayer d’autres approches ? Cette phrase résume très bien ce raccourci mental avec lequel nous faisons face à bon nombre de nos problèmes.

D’une certaine manière, nous le faisons parce que les êtres humains intègrent un grand nombre d’idées préconçues, celles avec lesquelles nous “travaillons” au quotidien, celles qui nous font gagner du temps et nous donnent un sentiment d’efficacité.

Cependant, de temps en temps, il se passe quelque chose. Il se passe des choses qui nous mettent à l’épreuve pour nous prouver quelque chose de très concret : nos connaissances préalables entravent souvent la possibilité d’appliquer des approches plus créatives et originales. Cela peut se résumer à l’idée classique selon laquelle il vaut mieux un mal connu qu’un bonheur certain, tout en nous montrant quelque chose de très frappant : notre cerveau fonctionne par habitudes.

 

Il donnera toujours plus de valeur à ce qui est stocké dans notre expérience qu’à la possibilité d’improviser, d’essayer d’autres choses. C’est pourquoi on dit : “J’ai toujours fait ça” plutôt que “Essayons et voyons ce qui se passe”.

Les grands experts sont moins créatifs (effet Einstellung)

L’effet Einstellung a été décrit pour la première fois en 1942 par le Dr Abraham Luchins. Il a démontré quelque chose qui peut nous intéresser : les meilleurs experts dans un domaine sont parfois ceux qui font le moins appel à la pensée créative et innovante… Comment est-ce possible ?

Plus nous avons d’expérience dans quelque chose, plus il nous est difficile de nous remettre en question. Nous nous installons dans une sorte de schéma cognitif très acharné où nous faisons confiance à nos expériences.

Cela signifie que parfois, la présence d’un “non expert” dans ce domaine de connaissance, est en mesure d’apporter des idées plus fraîches et plus originales, ajoutant une valeur soudaine à nos perspectives.

Quelque chose de curieux, mais sans doute fréquent.

Une fille créative

Commencez par vous : développez une réflexion plus souple

 

Nous avons tous entendu parler de la pensée latérale, de l’esprit flexible, de la valeur de la créativité et de la nécessité d’innover. Nous savons qu’il est nécessaire d’utiliser et d’exprimer ces dimensions, que leur application à notre travail, notre mode de vie et notre façon de penser améliorerait considérablement le bien-être et même le progrès de notre société.

Cependant, il faut admettre une chose : ces changements ne sont pas toujours appréciés. Dans de nombreux environnements de travail, le statu quo est plus important que “faisons ce que nous faisons toujours parce que ça marche”. Cela explique pourquoi l’effet Einsellung est cette Cendrillon constante qui nous oblige à réagir à différents problèmes avec les solutions habituelles, rouillant ainsi tout progrès.

Que pouvons-nous faire ? En réalité, nous pourrions faire de multiples changements. Commencer par soi-même est essentiel pour encourager les autres, pour créer une réalité plus innovante, plus flexible et plus ouverte. Ce sont là quelques éléments de réflexion.

Comment réduire l’effet Einstellung ?

  • Lorsqu’il s’agit de résoudre un problème, ne vous contentez pas de garder les premières idées qui vous viennent à l’esprit. Soyez capable d’élargir votre approche
  • Cultivez le savoir, élargissez vos connaissances. Vous êtes peut-être un expert dans certains domaines, mais en approfondir d’autres vous aidera à élargir votre horizon en termes de perspectives, et aussi, à relativiser
 
  • Contrôlez les réactions de votre esprit et évitez le conformisme. Il est très fréquent que nous disions des choses comme “je ne le sais que trop bien”. “Pourquoi essayer d’une autre manière quand je sais que ça fonctionne”… C’est ce genre de réflexion qui érige l’effet Einstellung. Evitons-les
  • Osez désapprendre certaines choses pour les apprendre sous d’autres perspectives et approches
  • Ecoutez votre entourage, soyez attentif aux points de vue opposés aux vôtres, encouragez-vous à improviser, à entraîner le muscle créatif de votre esprit

 

En conclusion, l’utilisation d’une approche latérale, plus ouverte, flexible et originale demande du temps. Nous devons rééduquer notre cerveau, l’inviter à cesser de s’accrocher autant aux idées préconçues et à se tourner vers la nouveauté, afin de pouvoir continuer à apprendre et à grandir.

 

 
  • Luchins, A. S. (1942). Mechanization in problem solving: The effect of Einstellung. Psychological Monographs54(6), i–95. https://doi.org/10.1037/h0093502