Le pédopiégeage, ou le cyberharcèlement sexuel des mineurs

17 août 2019
Dans l'ère du "cyberespace", la réalité du pédopiégeage a été détectée et attestée. La recrudescence des délits exige une régulation pénale qui promeut des solutions rapides, adaptées et définitives.

Lorsqu’on travaille sur une législation en particulier, celle-ci doit répondre à la réalité sociale du moment. Dans ce sens, on parle de pédopiégeage pour faire référence à la pratique de cyberharcèlement sexuel des mineurs. Il existe aujourd’hui une législation exhaustive à ce sujet en raison de la recrudescence de ce genre de délits.

On le sait bien, Internet a changé la société. Les progrès technologiques sont toujours plus rapides et nombre d’entre eux représentent de grands défis pour le droit. De fait, une partie de la doctrine a commencé à évoquer l’existence des droits de quatrième génération pour faire référence à ceux qui sont nés à l’ère numérique. Par exemple, on veut ainsi faire référence aux dérivés de la protection des données personnelles liées au droit à l’intimité.

Dans « l’ère du cyberespace », la réalité du pédopiégeage, défini comme cyberharcèlement sexuel infantile, a été détectée et attestée. La recrudescence des délits et l’importance des conséquences que ces cas produisaient ont exigé une législation pénale pour promouvoir des solutions rapides et définitives.

Une jeune fille qui se cache le visage en tenant son portable

Qu’est-ce que le pédopiégeage ?

Le cyberharcèlement infantile définit la nouvelle tactique grâce à laquelle de nombreux pédophiles essaient de contacter leurs victimes potentielles, en raison notamment de l’utilisation presque abusive des portables et ordinateurs de la part de ces dernières. Ces appareils incluent des caméras de haute qualité. Ainsi, la possibilité d’envoyer des photos sur Internet est toujours plus accessible aux jeunes. Notamment grâce à Instagram, Facebook, Twitter, entre autres. 

Dans ce contexte, les pédophiles -adultes avec une attirance sexuelle envers les enfants et pré-adolescents- peuvent choisir leur prochaine victime à travers des milliers de profils. Notamment les enfants les plus vulnérables, entre 10 et 15 ans.

Grâce à Internet, le pédophile peut parvenir à des situations d’harcèlement sexuel. Certaines d’entre elles peuvent se matérialiser dans la vie réelle avec de graves conséquences sur les victimes. Les mineurs n’ont pas encore de personnalité bien définie, ils sont encore très vulnérables sur le plan émotionnel.

Les harceleurs se trouvent généralement dans une fourchette d’âge déterminée : entre 30 et 45 ans. En apparence normales, ce sont des personnes qui manquent d’assurance, qui sont immatures et qui présentent de grandes difficultés à établir des relations sociales ainsi qu’un grand déséquilibre de personnalité.

Caractéristiques et évolution du délit

Dans une étude réalisée en novembre 2002 intitulée Seguridad infantil y costumbres de los menores en Internet (Sécurité infantile et habitudes des mineurs en Internet), le Défenseur des mineurs de Madrid a commencé à alerter sur le pédopiégeage.

Il indiquait ainsi que 44 % des mineurs qui naviguent sur Internet avaient été harcelés sexuellement sur Internet à un moment donné. 11 % d’entre eux ont également reconnu en avoir été victimes à plusieurs reprises. On a ainsi demandé des mesures pénales contre la pédopornographie sur Internet.

Une main qui porte un masque

Le pédopiégeage est un délit, qui fait référence aux autres délits de pédérastie et qui portent atteinte à la liberté sexuelle. En effet, on punit un comportement qui aurait pour but de commettre l’un de ces délits. Nous pensons que ces délits sont plus graves. Cela est dû au fait que non seulement on porte atteinte à l’intégrité sexuelle du mineur, mais également à la formation de sa personnalité et de sa sexualité.

L’intégrité sexuelle fait référence au droit à ne pas être impliqué dans une situation sexuelle sans un consentement préalable. Dans ce cas, on parle d’intégrité sexuelle et non de liberté sexuelle. En effet, les enfants de moins de 13 ans ne peuvent pas consentir une relation sexuelle, en raison de leur innocence et de leur manque de maturité.

Conclusion

Les nouvelles technologies ont provoqué un changement dans notre manière de communiquer. On a établi des espaces virtuels de rencontre. Cela a eu des effets très positifs mais donne également lieu à de nouvelles situations dangereuses.

Pour pouvoir lutter efficacement contre la pédophilie, et concrètement contre le pédopiégeage, il faut être conscient de cette réalité. Il faut s’informer et informer les mineurs des dangers de certains actes et d’un mauvais usage d’Internet.

 

  • LO 5/2010, de 22 de junio, de Acercamiento Tecnológico a Menores de Trece Años con Fines Sexuales, https://www.boe.es/buscar/pdf/2010/BOE-A-2010-9953-consolidado.pdf
  • Código Penal, https://www.boe.es/buscar/act.php?id=BOE-A-1995-25444
  • Seguridad infantil y costumbres de los menores en Internet, http://www.madrid.org/bvirtual/BVCM013843.pdf