Le narcissisme, ou la graine de l’agressivité chez l’enfant

19 septembre 2016 dans Psychologie 0 Partagés

On entend rarement un père ou une mère admettre que leurs enfants les agressent physiquement ou verbalement.

C’est un sujet tabou ; le visage de la violence reste dans l’ombre, loin de la lumière publique, et se cache derrière le proverbe « on lave son linge sale en famille« .

Une phrase qui, généralement, résume la violence, le manque d’estime de soi, ou encore l’absence de recours éducatifs des parents eux-mêmes ainsi qu’un narcissisme croissant chez les enfants.

Cependant, les études menées à ce sujet révèlent une réalité dévastatrice.

Les conclusions sont claires : la violence des enfants envers leurs parents est de plus en plus fréquente, intense, et précoce.

Mais, d’où vient donc cette recrudescence de violence chez les adolescents envers leurs propres parents ?

Une étude auprès d’adolescents espagnols a consisté à analyser les facteurs qui favorisent l’apparition de ce type de violence domestique.

Les éléments recueillis et l’analyse postérieurement opérée montrent que l’exposition à la violence au sein même du foyer, le manque de communication et l’éducation permissive font des adolescents narcissiques qui agressent physiquement ou verbalement leurs parents.

La graine de la violence germe dans le foyer

Les chercheurs nous expliquent que la plupart des adolescents qui agressent leurs parents ont eux-mêmes été violentés par ces derniers quand ils étaient petits.

Il semble alors que l’exposition à la violence au sein même de la famille soit un des éléments décisifs venant valider ce recours comme un bon instrument éducatif.

Padre-castigando-a-su-hijo

Cependant, à d’autres occasions, c’est le manque de communication affective et positive entre les parents et les enfants et/ou le manque de temps de qualité consacré aux enfants qui déclenchent les attitudes violentes.


Une attitude permissive de la part des parents consistant à n’imposer aucune limite peut aussi se cacher derrière les réactions violentes des jeunes.


Les résultats démontrent que l’exposition à la violence pendant la première année de l’étude a coïncidé avec des agressions dirigées envers les parents au cours la troisième année.

De la même façon, une relation distante entre les parents et les enfants lors de la première année de l’étude est liée à une attitude narcissique chez les adolescents pendant la deuxième année, ainsi qu’à des agressions envers les parents.

L’éducation familiale, la clé pour prévenir le narcissisme et la violence

Selon les chercheurs, les pratiques d’enseignement et l’éducation sont la clé pour prévenir le narcissisme adolescent et les attitudes violentes.

Si les parents n’éduquent pas leur enfants avec un sens de responsabilité et de respect, probablement que face à l’absence d’un meilleur modèle, ils acquerront le modèle de la société actuelle, celui où la frustration ou l’imperfection n’existent pas.

Chaque adolescent doit alors tout faire pour les fuir du mieux qu’il peut.

Or, le comportement que les pères et les mères inculquent à leurs enfants n’est pas la seule explication ; le tempérament des enfants est une autre composante importante.

Certains enfants sont plus impulsifs que d’autres et intègrent plus facilement le comportement violent, puisque cela représente une issue facile face aux contrariétés que les parents ou la vie elle-même peuvent causer.

La haine incontrôlée, ou l’antichambre de la violence chez les adolescents

Les adolescents narcissiques ont tendance à se sentir frustrés et rejetés.

Quand cela arrive, viennent d’abord les cris et les insultes, accompagnés, avant, pendant ou après, de l’agression physique.

Les chercheurs expliquent que, pour cette raison, quand les parents perçoivent que leur enfant dépassent les limites qu’ils lui ont eux-mêmes fixées et qu’il devient irrespectueux, ils doivent instaurer un dialogue éducatif, sanctionnant, réparateur, et qui coupe le comportement violent à la racine.

Chica-adolescente-con-la-mano-en-la-cabeza-sintiendose-rechazada-por-su-madre

Selon les chercheurs, la tranche d’âge entre 13 et 15 ans est critique quant au positionnement de l’adolescent, ou du pré-adolescent, face à l’agressivité, soit-elle dirigée envers les parents, les autres, ou des objets.

D’autre part, les chercheurs mettent également l’accent sur le fait que, même si la manifestation de cette agressivité ne s’explique pas par des questions de genre, on en observe bel et bien un développement plutôt marqué chez les filles.

Une fois que le comportement agressif a surgi chez les adolescents, le traitement envisagé doit aller vers la réduction du narcissisme.

Pour cette raison, l’équipe suggère que la solution passe par une éducation basée sur le respect et la tolérance face à la frustration, ainsi que par une non-exposition des enfants à la violence.

A découvrir aussi