Le muralisme : la représentation artistique de rue

· 7 mai 2019
Découvrez ici ce concept artistique mexicain !

La représentation artistique constitue une bonne narration de l’histoire car elle s’est faite de manière parallèle, en étant sensible aux faits qui se déroulaient. Parmi ses différentes formes d’expression, nous en retrouvons une qui est de plus en plus populaire en raison de la valeur de ce qu’elle montre. Il s’agit du muralisme, la représentation artistique de rue.

Les artistes qui se dédient au muralisme transforment les murs gris et abandonnés en une explosion de couleurs, qui peut être chargée de symboles revendicatifs, culturels et sociaux. Il s’agit d’une façon d’embellir les espaces oubliés des villes.

Cependant, il ne s’agit pas que de peindre. Plusieurs groupes travaillent dans le but d’améliorer notre société à travers l’art. Dans cet article, nous allons étudier l’histoire du muralisme, voir en quoi il consiste et souligner son importance. Nous citerons également quelques mouvements muralistes représentatifs.

De quoi s’agit-il et quelles sont les origines du muralisme ?

Le muralisme, pour beaucoup, est un type d’art de rue. Il consiste en des interventions artistiques à travers différents matériaux et techniques. Sur chaque mur, il y a des langages et des expressions urbaines. Mais il n’y a pas d’esthétique commune: cela dépend de chaque artiste.

Selon Martha Cecilia Herrera et Vladimir Olat, dans leur article pour la revue Nomades, le muralisme est l’un des cadres les plus représentatifs des cultures contemporaines. Ses constructions esthétiques mobilisent aussi des formes de pensée politique.

muralisme

Le muralisme en tant que mouvement est apparu après la révolution mexicaine. À cette époque, le but de ses représentants était de socialiser l’art; ils rejetaient toute oeuvre provenant de cercles commerciaux et proposaient la production d’œuvres faisant le portrait de la réalité mexicaine. Parmi ces personnes, nous retrouvons des noms comme Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros.

Le muralisme se réalisait principalement sur les bâtiments publics et a rapidement commencé à s’étendre dans toute l’Amérique. Ce type d’art est encore pratiqué aujourd’hui et permet aux murs de décrire des aspects de la culture et de la société.

À quel point cette représentation artistique de rue est-elle importante ?

Les peintures murales sont fondamentales parce qu’elles constituent un point de rencontre entre le passé, le présent et le futur. Elles donnent aussi un sens à des individus ou des groupes et remettent en question des aspects d’ordre social.

Les représentations de rue sont des constructions qui remettent en cause le présent et aident à donner une visibilité à certaines réalités. Elles soulignent également des aspects d’une situation socio-culturelle et dessinent de nouveaux horizons pour leur visibilisation.

Ces espaces sont essentiels car ils reflètent des aspects authentiques d’un contexte et transforment des espaces opaques en lieux visibles et vivants.

Beaucoup de ces œuvres ne font pas que donner de la couleur au mur: grâce à leur peinture, elles réussissent à transformer les pensées et les émotions des personnes qui les regardent. Elles sauvent aussi des quartiers qui étaient plongés dans l’oubli, en leur offrant de nouvelles perspectives. Enfin, elles délimitent des territoires et font émerger des communautés.

Exemples de muralisme

Le muralisme s’est développé dans le monde entier. Voyons quelques exemples aussi classiques qu’actuels :

  • Le muralisme mexicain. Il s’agissait d’un mouvement qui avait une implication aussi politique que sociale. Des sentiments d’identité et d’appartenance nationale se reflétaient à travers lui, promouvant ainsi un sentiment d’amour envers la patrie. On y retrouvait aussi une intention de faire participer le peuple à son histoire, à travers ses œuvres. Enfin, il y avait aussi une volonté d’inclusion, avec par exemple la revendication des peuples indigènes. Les plus grands représentants du muralisme mexicain étaient Diego Rivera, Rufino Tamayo et Roberto Montenegro, entre autres
  • La représentation artistique de rue chilienne. Le muralisme au Chili a commencé après la visite du mexicain David Alfaro Siqueiros. À travers cet art, on représente le monde populaire, la conquête et des personnages authentiques. L’expression artistique de rue de ce pays est très particulière car elle a connu des changements constants à cause des séismes qui ont endommagé son architecture. Ses principaux représentants ont été: Laureano Ladrón de Guevara Romero, Gregorio de la Fuente et Pedro Olmos Muñoz, entre autres
  • San Francisco et les traces du muralisme. Son expression artistique a suivi une large trajectoire, qui a permis de donner une visibilité aux traces culturelles des groupes qui ont vécu dans cette ville, et surtout des latinos qui y ont souffert de discrimination. Le quartier le plus représentatif s’appelle Mission. On y retrouve des peintures murales qui rappellent les luttes sociales. Les œuvres reflètent une quête de reconnaissance sociale et culturelle. Il faut aussi savoir que certaines ONG ont libéré des espaces pour révéler le travail des femmes artistes
muralisme

Les représentations artistiques de rue sont encore en pleine évolution. En Colombie, par exemple, il existe un groupe qui s’appelle la Mesa de Gráfica Urbana qui cherche à gérer, soutenir et réaliser des activités pour développer l’art dans la ville à travers des projets pédagogiques. Cela nous montre que le muralisme est encore bel et bien là.

À travers l’art mural, nous pouvons représenter des émotions et des pensées qui sont facilement accessibles au grand public. Cet art nous offre un nouveau regard, dans un cadre socio-culturel, pour colorer des espaces et donner vie à différents projets enrichissants.

 

 

  • Cortés, M. C. H. & Gualteros, D.V.O (2011). Ciudades tatuadas: arte callejero, política y memorias visuales. Nómadas, (35), 99-117.
  • Zamorano Pérez, P.E., & Cortés López, C. (2007), Muralismo en Chile: texto y contexto de su dorso estético.