Le deuil de nos animaux de compagnie : 4 clés qui nous aideront

20 avril 2018 dans Emotions 161 Partagés
deuil de nos animaux de compagnie

Personne ne nous a appris à faire face au deuil de nos animaux de compagnie ou comment dire au revoir à quelqu’un qui pendant un temps fut un membre supplémentaire de la famille. Parce qu’un chien n’est pas seulement un chien, ou un chat un être pouvant être remplacé par un autre en quelques jours. Chaque animal occupe un espace dans notre vie, un coin privilégié avec des souvenirs, des routines et des regards impossibles à oublier.

Nous avons été surpris il y a quelques temps par une nouvelle concernant ce même sujet. Le magazine Variety rapportait fin Février que Barbara Streisand, incapable de supporter la perte de sa chienne Samantha, avait décidé de la cloner au milieu de l’année précédente. Avant que ne meurt l’animal, elle demanda à une clinique d’extraire une série de cellules afin de pouvoir disposer ensuite de deux clones de son coton de Tuléar.

La vérité est que personne, animal ou une personne, devrait venir au monde dans le seul but d’être une copie d’e quelqu’un qui n’est plus. Chaque être vivant est unique en soi, unique dans sa forme, exceptionnel dans l’histoire vécue, dans les moindres détails partagé avec nous … Vouloir répéter ce récit vital est dénué de sens et nous conduit inévitablement à d’autres dilemmes éthico-médicaux complexes.

Ce que nous souhaitons dire ici est que faire face à la perte d’un animal  de façon saine implique la mise en œuvre des différentes stratégies, lesquelles nous permettent d’intégrer progressivement cette absence avec courage et, surtout, avec responsabilité.

deuil de nos animaux de compagnie

Le deuil de nos animaux de compagnie dans une culture trop insensible aux animaux

La perte d’un animal est souvent paradoxale. Lorsque nous perdons un membre de la famille, nous pouvons demander un congés de deux ou trois jours au travail. Cependant, et bien qu’il ne s’agisse pas de la même chose, de nombreuses personnes vivent cette expérience de façon traumatisante, et plus encore si elle doivent faire face à l’insensibilité d’un environnement où ne manquent pas les phrases telles que “mais c‘est juste un chien” ou “tu peux arranger cela en en achetant un autre”.

Il existe par ailleurs un fait dont nous parlons peu et qui se produit de manière assez fréquente. Les animaux domestiques sont également la source de conflits lorsqu’un couple se sépare ou divorce. Ce sont souvent les juges qui finissent par résoudre le conflit. Dès lors, la personne qui ne conserve pas l’animal est en outre obligée d’en faire le deuil, de faire face à une perte supplémentaire, difficilement explicable.

Aussi curieux que cela puisse paraître, il faut noter que le personnage du “conseiller en perte d’animaux de compagnie” augmente de plus en plus dans le monde anglo-saxon. Des psychologues spécialisés dans le lien humain-animal, et plus particulièrement dans les transitions. Leur aide se concentre sur la facilitation de la gestion du deuil de nos animaux de compagnie à travers les points suivants.

Première étape : éviter la culpabilité

Un fait commun est que les personnes souffrant de la perte de leur animal de compagnie ont souvent un sentiment de culpabilité. Il reste souvent dans l’esprit un sentiment que “nous aurions pu faire davantage pour eux”. De même, un autre fait complexe qui doit être pris en compte est l’euthanasie, ce processus habituel par lequel nous essayons parfois de libérer l’animal de souffrances inutiles.

Nous devons bannir toute ombre de culpabilité de nos esprits. Les accompagner dans leurs derniers moments en sachant que nous ne pouvons rien faire de plus et les laisser partir avec tendresse nous aidera.

“La culpabilité est l’un des principaux sentiments qui apparaissent face au deuil de nos animaux de compagnie.”
Partager

deuil de nos animaux de compagnie

Deuxième étape : chaque personne vit la perte d’une certaine manière et nous devons le respecter

Au sein du cercle familial, chaque membre vivra le deuil de l’animal de compagnie d’une manière différente. Le comprendre et apporter notre soutien est primordial ici. Il est en outre important de prêter attention aux cas des enfants et des personnes âgées. Les enfants pourraient être confronté à ce type de perte pour la première fois. Il conviendra de clarifier leurs doutes avec sincérité ; bannissant par là même un mythe : le fait qu’ils soient plus jeunes ne rend pas leur peine moins intense.

Par ailleurs, nous pouvons dire que ces pertes sont souvent traumatisantes dans le cas des personnes âgées. Les animaux domestiques occupent une place importante dans le quotidien de ces dernières et l’effet de ce vide peut être plus difficile à amortir.

Troisième étape : les routines changent

Un animal occupe un espace dans la maison, mais également dans nos routines. Nous parlons ici de leurs salutations sincères lorsque nous revenons à la maison, de leur compagnie sur le canapé ou au lit,de leur agitation lorsqu’ils nous demandent de la nourriture ou souhaitent sortir se promener à un moment de la journée … Un fait que nous sommes forcés d’affronter est l’absence de ces interactions tout au long de la journée.

Prendre conscience de cela et initier d’autres routines ou changer  nos habitudes peuvent nous aider à faire face au deuil de nos animaux de compagnie.

Quatrième étape : les animaux de compagnie ne se remplacent pas par d’autres

Revenons au cas de Barbra Streisand. Cela n’a aucun sens de remplacer notre animal de compagnie par un autre en espérant que ce dernier présente la même empreinte que l’original, le même caractère, la même taille et la personnalité. Chaque animal est unique et nous devons nous accorder le temps d’en faire le deuil, d’accepter sa mort, d’intégrer ses souvenirs dans un coin privilégié de notre cœur et, plus tard, si nous considérons que nous devons le faire, ouvrir la porte à un autre animal.

Remplacer immédiatement un animal n’est pas la meilleure façon d’élaborer le deuil de l’animal qui n’est désormais plus avec nous.

deuil de nos animaux de compagnie

En conclusion, la perte d’un animal nous provoque souvent à une douleur intense difficile à gérer. Certaines personnes se sentent seules et incomprises dans leur propre souffrance parce qu’elles ne disent pas adieu à un simple chien, un simple chat, un simple cheval ou un simple cochon d’Inde. Il s’agit de vies importantes qui nous ont accompagné à une période de la nôtre, nous ayant offert le meilleur d’elles. Par conséquent, demandons de l’aide si nous en ressentons le besoin afin d’élaborer le deuil de nos animaux de compagnie et continuer à aller de l’avant avec de beaux souvenirs.


A découvrir aussi