Le commérage meurt quand il atteint l'oreille de la personne intelligente

Le mécanisme fonctionne toujours de la même manière : il y a un hypocrite qui crée des commérages pour que les ragots se répandent et le naïf le crée sans résistance. L'épidémie de rumeurs ne prend fin que lorsqu'elle atteint enfin l'oreille de la personne intelligente, ce cœur vacciné qui n'écoute ni ne répond à ce qui n'a pas de sens.
Le commérage meurt quand il atteint l'oreille de la personne intelligente

Dernière mise à jour : 07 septembre, 2022

Dans un livre publié en 1947 par le psychologue social Gordon Allport intitulé “La psychologie des rumeurs”, quelque chose de vraiment curieux nous est expliqué : les commérages servent à divers groupes de personnes pour s’unir les uns aux autres et se positionner contre quelqu’un. À leur tour, ces comportements sont agréables, libèrent des endorphines et parviennent à combattre le stress.

La langue n’a pas d’os, mais elle est assez forte pour blesser et empoisonner par les commérages et les rumeurs. Un virus mortel qui ne disparaît que lorsqu’il atteint les oreilles de la personne intelligente.

Le commérage devient dans de nombreux cas un mécanisme de contrôle social qui donne un certain pouvoir à ceux qui le pratiquent. Il se positionne au centre de l’attention de ce groupe de personnes toujours réceptives à tout commérage, à toute information biaisée, avec lesquelles sortir de leurs routines et profiter de ce nouveau stimulus comme distraction.

Comme on le dit souvent, les commères ne savent pas être heureux. Ils sont trop occupés à camoufler leur amertume dans des tâches vaines et superflues où ils valident vainement leur estime de soi. Nous vous invitons à y réfléchir.

gif de potins

La psychologie des commérages incessants

La psychologie des commérages et des rumeurs est très actuelle. Pensons par exemple à la rapidité avec laquelle une rumeur fondée ou infondée peut être “infectée” dans le monde des réseaux sociaux. Internet est déjà comme un véritable cerveau où les données errent comme des neurones interconnectés pour nous nourrir d’informations pas toujours vraies ou respectueuses des autres.

De leur côté, les spécialistes du marketing et de la publicité utilisent toujours le cas de la boisson gazeuse “Tropical Fantasy” comme exemple de “commérage fatal et implacable”. Lancée sur le marché en 1990, elle rencontre un succès quasi immédiat aux États-Unis, jusqu’à ce que soudain, une rumeur aussi terrifiante qu’absurde émerge.

Ces boissons gazeuses bon marché auraient été créées par le Ku Klux Klan dans un but bien précis. Leur faible coût a permis à une grande partie de la population afro-américaine à faible revenu d’y avoir accès. Dans leur formule, un sombre dessein était caché : nuire à la qualité du sperme des Afro-Américains afin qu’ils ne puissent plus avoir d’enfants.

Personne ne sait pourquoi ni qui a déclenché cette rumeur, mais l’impact a été désastreux. La marque “Tropical Fantasy” a mis des années à se redresser, au point qu’aujourd’hui encore, ils n’oublient pas d’inclure les Noirs appréciant la boisson gazeuse dans leurs images publicitaires.

Tropical_Fantaisie

Peu importe à quel point le commérage lui-même était délirant, infondé ou malveillant, car il a réussi à attaquer la sensibilité d’un groupe qui a depuis développé une résistance à la consommation de ce produit, uniquement basée sur une rumeur infondée. Même en sachant que ce n’était pas vrai, l’empreinte émotionnelle demeure. C’est l’exemple clair de l’un des potins qui a laissé le plus d’écho.

Se défendre des commérages et des rumeurs

Qu’on le veuille ou non, notre société est bâtie sur des rapports de force où les commérages et les rumeurs sont de véritables armes de jet. Les vérités manipulées sont utiles à de nombreuses personnes, elles parviennent à se positionner auprès d’elles et à obtenir des bénéfices très concrets.

Ainsi, il est nécessaire que nous soyons toujours cette oreille intelligente qui agit comme une barrière, qui arrête l’offense, le non-sens, la fausse information et l’étincelle de ce feu qui veut toujours faire avancer quelqu’un.

Pour cette raison, et pour comprendre un peu mieux ces processus psychologiques si courants dans nos contextes sociaux, nous vous proposons de prendre en compte ces piliers qui soutiennent la psychologie complexe du commérage, du bavard et du naïf qui les escampe.

fille avec pigeon ramier dans son oreille

La sagesse populaire nous dit toujours que pour briser une chaîne, il suffit de supprimer un maillon. Si les rumeurs et les commérages agissent comme de véritables virus dans notre environnement de travail, dans notre famille ou dans notre entourage, il est nécessaire de nous aider de personnes de confiance pour agir comme des barrages de confinement. Laissez-les jouer les oreilles intelligentes pour désarmer ce qui n’a pas de sens.

  • Les commérages se répandent lorsque quelqu’un veut gagner en notoriété à nos dépens. Face à ces comportements, on peut agir de deux manières, soit faire la sourde oreille à l’absurde, soit s’affirmer en se fixant des limites et en clarifiant les choses.
  • Nous devons être conscients que dans toute organisation, communauté de voisins ou dans des groupes de collègues ou d’amis, il y aura un “rumorologue” officiel. Un amateur de potins.
  • Nous devons toujours être honnêtes, transparents et ne pas alimenter ce type de comportement en propageant le virus de la rumeur ou du commérage. Maintenant, il faut aussi savoir qu’il n’est pas facile de discréditer une rumeur, les mots ne suffisent pas toujours, il faut des faits forts pour discréditer et démontrer l’invraisemblance de cette rumeur.

Les langues serpentines vont toujours nous accompagner d’une manière ou d’une autre, il est donc toujours préférable d’éviter d’être l’un d’entre eux et de se rappeler que les commérages sont pour la “racaille” et les informations pour les oreilles sages.

Les 3 questions : vérité, bonté et utilité

L’histoire raconte qu’un jour une connaissance de Socrate lui demanda :

  • Socrate ! Savez-vous ce que je viens d’entendre d’un de vos étudiants ?
  • Attendez – dit-il – avant de me dire quoi que ce soit, je voudrais vous poser trois questions. La première est liée à la vérité, es-tu sûr que ce que tu vas me dire est vrai ?
  • Non – a répondu la connaissance – on m’a juste raconté.
  • Vous ne savez pas si c’est vrai, d’accord, maintenant la deuxième question. Elle est liée à la gentillesse, ce que vous allez me dire sur mon élève, est-ce une bonne chose ?
  • Il n’a pas répondu.
  • Alors – interrompit Socrate – tu vas me dire quelque chose de mal sur une autre personne sans savoir si c’est vrai ou non. Voyons, la troisième question est liée à l’utilisation, ce que vous allez me dire, est-ce que ça servira à quelqu’un ?
  • Pas vraiment…
  • Eh bien, répondit le philosophe, tu veux me dire quelque chose dont tu ne sais pas si c’est vrai, ce n’est pas bon non plus et ce n’est pas utile. Alors pourquoi en parler ? Sortez d’ici avec vos mensonges et vos canulars !

Sans aucun doute, Socrate était un homme intelligent.

Cela pourrait vous intéresser ...
Construire notre intelligence émotionnelle
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Construire notre intelligence émotionnelle

L'intelligence émotionnelle est une capacité qu'ont certaines personnes (qui apprirent déjà sur le sujet) à pouvoir percevoir, comprendre et