Le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit, selon une étude

Une nouvelle étude a montré que le cerveau se réveillait plus de 100 fois par nuit et que cela avait des effets importants sur la mémoire. Tout indique que les schémas de repos sont très différents de ce que nous pensions.
Le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit, selon une étude

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 12 octobre, 2022

Une étude récente a révélé que le cerveau se réveillait plus de 100 fois par nuit et que cela faisait partie des habitudes de sommeil normales. Cette conclusion a été atteinte après avoir mené une expérience sur un groupe de souris. Les scientifiques pensent que ce mécanisme est présent chez tous les mammifères, y compris l’homme.

Cette recherche démystifie l’idée répandue selon laquelle un bon repos est celui qui n’a pas d’interruptions. Les scientifiques ont découvert que même si le cerveau se réveillait plus de 100 fois par nuit, c’était un signe de sommeil réparateur. En réalité, ces réveils sont si brefs qu’ils passent inaperçus.

Un autre élément intéressant de cette étude est une découverte surprenante : plus il y a de réveils pendant le sommeil, plus la mémoire est stimulée. Cela signifie que si le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit, c’est parce qu’il s’agit d’un mécanisme adaptatif qui améliore le fonctionnement de cet organe.

« Cela montre que vous n’avez peut-être pas à vous inquiéter si vous vous réveillez la nuit. Bien sûr, il n’est pas bon de rester sans dormir pendant de longues périodes, mais notre étude suggère que les réveils de courte durée font naturellement partie des phases de sommeil liées à la mémoire. Cela peut même signifier que vous avez très bien dormi. »

-Celia Kjaerby-

Femme endormie dans son lit
Le nombre de réveils nocturnes influence la mémoire.

Le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit

La recherche a été menée par une équipe de chercheurs de l’Université de Copenhague. Les résultats ont été publiés en 2022 dans la prestigieuse revue Nature Neuroscience. Elle était dirigée, entre autres, par les docteurs Maiken Nedergaard, Celia Kjaerby et Mie Andersen.

L’étude a révélé que la raison pour laquelle le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit est due à l’action d’un neurotransmetteur bien connu : la noradrénaline. Cette substance a toujours été associée au stress et, jusqu’à présent, on pensait qu’elle restait complètement inactive pendant le sommeil.

Grâce à ces nouvelles recherches, il a été découvert que, contrairement à ce que l’on pensait auparavant, il se produit une sorte de poussée de norépinéphrine pendant le sommeil. Lorsque le niveau est élevé, cela signifie que le cerveau est éveillé ; s’il descend, cela signifie qu’il y a un sommeil profond. De telles poussées conduisent à des moments où le cerveau fonctionne exactement comme il le fait lorsqu’il est éveillé. Cependant, cela se produit pendant des périodes si brèves que le dormeur ne s’en rend pas compte.

Un « reset » continu

Les directeurs de la recherche estiment que ces découvertes constituent un point important pour comprendre le sommeil, un sujet sur lequel la science ignore encore beaucoup de choses. L’étude suggère que ces réveils de courte durée sont une composante naturelle des phases de sommeil. Les chercheurs en sont même venus à affirmer qu’ils seraient le signe que l’on a bien dormi.

Le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit sous l’action de poussées de noradrénaline. Entre le moment du réveil et celui du retour au sommeil, il s’écoule en moyenne 30 secondes. La recherche a également révélé que plus le creux est profond, plus le pic est élevé. Autrement dit, plus le sommeil est profond, plus ces brefs réveils sont précis.

Tout indique donc qu’il n’y a rien à craindre si l’on constate de nombreux réveils nocturnes. Apparemment, ce que le cerveau ne tolère pas, c’est de rester trop longtemps sans dormir. Mais ces courts laps de conscience sont loin d’affecter le repos : ils jouent plutôt un rôle très positif.

cerveau éclairé
Des ondes de noradrénaline se produisent dans le cerveau pendant que nous dormons.

L’influence sur la mémoire

L’un des aspects les plus frappants de cette recherche a été la découverte de la relation entre le fait que le cerveau se réveille plus de 100 fois par nuit et la mémoire. Les chercheurs ont découvert que les souris qui présentaient des creux et des pics de norépinéphrine plus profonds avaient également une bien meilleure mémoire.

Cela a été vérifié par une expérience simple. Les spécimens ont été autorisés à renifler deux objets différents et ont ensuite été endormis. Ce faisant, l’un des deux éléments a été modifié. Au réveil, les deux objets leur ont été présentés à nouveau, avec un changé. Certaines des souris ont reniflé le nouvel objet plus curieusement, indiquant un meilleur souvenir de l’expérience précédente. Toutes avaient eu des pics et des creux plus définis.

On savait déjà que le sommeil exerçait une grande influence sur la mémoire. Ce qui n’avait pas été découvert, c’est que les réveils affectaient également cet aspect. Pour cette raison, cette recherche est considérée comme très pertinente et ouvrira sûrement les portes à de nouvelles études pour démêler ce qui se passe pendant le sommeil.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les cycles du sommeil : comprendre votre cerveau pour mieux dormir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les cycles du sommeil : comprendre votre cerveau pour mieux dormir

Comprendre les cycles du sommeil est essentiel pour pouvoir les respecter et ainsi bien se reposer. Découvrons tout cela ensemble.



  • Kjaerby C, Andersen M, Hauglund N, Untiet V, Dall C, Sigurdsson B, Ding F, Feng J, Li Y, Weikop P, Hirase H, Nedergaard M. Memory-enhancing properties of sleep depend on the oscillatory amplitude of norepinephrine. Nat Neurosci. 2022 Aug;25(8):1059-1070. doi: 10.1038/s41593-022-01102-9. Epub 2022 Jul 7. PMID: 35798980.