Le caisson d’isolation sensorielle et ses bienfaits

2 août 2019
À l'heure actuelle, on trouve les caissons d'isolation sensorielle à de nombreux endroits. Ils sont à disposition de ceux qui souhaitent les utiliser. Les passionnés disent que l'expérience est similaire à celle de la vie dans l'utérus. Le mental oublie tout et se repose considérablement.

On l’appelle tantôt caisson d’isolation sensorielle tantôt caisson de privation sensorielle. Bien qu’il ait été inventé pour étudier le cerveau, à l’heure actuelle il est utilisé comme moyen de relaxation. Des entreprises spécialisées offrent des expériences dans ces caissons, mais il est également possible de les trouver dans un spa.

Ceux qui promeuvent ces caissons d’isolation sensorielle disent qu’il s’agit d’une expérience comparable à celle de la vie dans l’utérus. Ils exagèrent sans doute un peu… Mais il est vrai que les personnes qui en font l’expérience reconnaissent qu’il s’agit d’une expérience unique. Ces caissons permettraient d’accéder à un état de relaxation extrême.

Mais cette expérience a aussi ses détracteurs. Certaines personnes entrent dans un caisson d’isolation sensorielle avec une certaine appréhension. Le fait de perdre complètement le contact avec le monde extérieur peut provoquer une certaine angoisse. Ceux qui ont l’habitude d’en faire l’expérience disent qu’il faut être suffisamment stable et mature pour pouvoir vivre l’expérience comme il faut.

Le caisson d’isolation sensorielle, qu’est-ce que c’est ?

Un caisson d'isolation sensorielle installé dans une pièce

Le caisson d’isolation sensorielle a été inventé par John C. Lilly, un neuropsychiatre américain. Il n’avait pas pour objectif de réaliser une avancée qui connaîtrait un grand succès. Ce qu’il désirait c’était étudier les changements qui se produisent dans le cerveau lorsque nous sommes dans un état d’isolement suprême.

Pendant les années 50, ce type d’interrogations capte l’attention de nombreux scientifiques. C’est à ce moment-là que John C. Lilly crée ce que l’on appelle une « chambre d’isolation sensorielle ». Il s’agissait d’un dispositif qui réduisait au minimum l’activité de tous les sens.

John C. Lilly constate alors que ces appareils permettent de vivre une expérience très spéciale. Le temps passé dans l’une de ces chambres génère une sensation très relaxante et rénovatrice. Néanmoins, ses études n’ont pas été prises au sérieux. John C. Lilly était perçu comme une personne excentrique qui aimait attirer l’attention.

 

Les nouvelles recherches

Bien qu’à son époque son idée ne suscite pas un grand intérêt, au fil du temps, l’intérêt grandit. Plusieurs endroits testent les caissons d’isolation sensorielle. C’est alors que certains estiment qu’il ne s’agit peut-être pas d’une folie de Lilly et que cela peut bel et bien constituer une méthode pouvant être appliquée à des fins thérapeutiques.

Dans un premier temps, de nouvelles études à des fins militaires font leur apparition. Ces études estiment avoir prouvé que ces caissons renferment un potentiel évident pour renforcer le corps et le mental. Plusieurs marines en font l’expérience. C’est ensuite la NASA qui s’intéresse à ces caissons. Elle a recours à ces caissons de flottaison en tant qu’exercice de préparation pour les astronautes.

À partir des années 70, l’utilisation des caissons d’isolation sensorielle commence à devenir populaire. Dans un premier temps, ce sont les sportifs de haut niveau qui ont recours à ces caissons. Plus tard, le marché de la relaxation intègre également ce dispositif : ce marché flaire la bonne affaire dans un monde où la plupart des personnes vivent stressées.

À quoi ressemble un caisson d’isolation sensorielle ?

Un caisson d’isolation sensorielle ressemble à une baignoire qui contient entre 400 et 600 litres d’eau. Du sel d’Epsom (sulfate de magnésium) occupe au moins la moitié de ce volume d’eau. La concentration élevée de sel fait que tout le corps flotte naturellement. Cet effet est similaire à celui qui se produit dans la Mer Morte.

La température de l’eau est similaire à celle du corps humain. Par conséquent, une fois dans l’eau, nous n’avons ni froid ni chaud. Dans certains cas, le dispositif possède une porte que l’on ferme. L’utilisateur se retrouve alors à l’intérieur de la baignoire en train de flotter dans l’obscurité la plus totale et sans aucun stimulus auditif.

Certains caissons ne se ferment pas. La porte reste donc ouverte, mais la lumière ambiante est extrêmement faible et il n’y a pas de bruit.

Généralement, l’expérience dure entre une et deux heures.

Les effets positifs

Un homme qui médite face aux montagnes

Tout indique que l’utilisation de ces caissons de flottaison produit des modifications positives dans le cerveau. L’activité de ce dernier est différente : elle est très similaire à celle de l’état méditatif. Il s’agit donc d’une expérience très tranquillisante.

On estime que l’immersion dans l’un de ces caissons aide à améliorer la santé. Plus concrètement, cette expérience aide à réduire les douleurs musculaires de tout type et à prévenir l’apparition de problèmes fréquents, tels que les migraines ou encore les coliques menstruelles. Elle aide également à atténuer l’anxiété.

Les spécialistes signalent également que l’expérience stimule la créativité et permet d’augmenter les capacités intellectuelles.

 

La plupart des personnes qui utilisent un caisson d’isolation sensorielle ne peuvent plus s’en passer. Une minorité, en revanche, estime que l’expérience est fade, voire même inconfortable.

Quoi qu’il en soit, l’expérience ne semble pas avoir d’effets secondaires, alors il serait intéressant de juger par soi-même.

 

  • Ardila, R. (1970). Privación sensorial. Revista Interamericano de Psicologia, 4, 253.