La peur d’être seuls

· 20 septembre 2018

La peur d’être seuls, de ne pas avoir de contacts avec les autres, est inhérente à l’être humain. En tant qu’êtres sociaux, nous avons besoin d’être entourés d’autres personnes pour nous sentir comblés et développer nos habiletés de manière satisfaisante. Les liens avec les autres nous nourrissent, nous enrichissent et, d’une certaine façon, sont nécessaires pour atteindre le bien-être.

Cependant, ce comportement se transforme en problème lorsque nous nous trouvons dans l’impossibilité de mener une vie normale sans compagnie. Que ce soit à cause de l’absence de conjoint ou parce que l’on vit à l’étranger, la solitude, même si elle est commune, peut grandir de façon préoccupante jusqu’à nous étouffer. Approfondissons cette idée.

La peur d’être seuls peut limiter la croissance personnelle.

En quoi consiste la peur d’être seuls ?

La peur d’être seuls se base sur le point suivant : nous nous sentons incapables de réaliser n’importe quelle activité impliquant la solitude. Des limites peuvent même être atteintes lorsque l’on devient incapable de prendre soin de sa propre personne ou lorsque l’on recherche désespérément de la compagnie. Cette circonstance porte aussi le nom d’autophobie ou de « peur de soi-même ».

peur d'être seuls

Normalement, la peur de la solitude est associée à des agents externes. Chez les enfants, elle pourrait être associée à la peur de la séparation. Cela se produit quand les petits ne sont pas capables de comprendre que leurs parents ne vont pas s’en aller mais qu’ils vont seulement être séparés pendant quelques jours.

Chez les adultes, la peur de la solitude vient souvent de la perte d’un être aimé, d’une séparation sentimentale… Ces situations favorisent l’apparition de ce type de peur à cause d’un profond sentiment d’abandon et une faible estime de soi.

Comment surmonter la peur d’être seuls

1. Comprenez votre peur

La première étape pour surmonter la peur d’être seul-e-s est celle de l’introspection. Il s’agit d’un point fondamental pour comprendre le processus que nous vivons et pour pouvoir agir. C’est la partie la plus importante car nous avons beaucoup de méthodes de défense. La négation est l’une d’elles.

La négation peut être utile pour esquiver nos peurs dans des moments de stress mais à la longue, nous ne pouvons pas verrouiller cette partie de nous. Par conséquent, comprendre ce qui nous arrive est le premier point de ce processus.

2. Acceptez-la, donnez de la valeur à votre peur

Pour combattre notre peur, nous ne devons pas seulement la reconnaître: nous devons aussi accepter qu’elle fait partie de nous. Ce processus, un peu plus complexe, est accompagné du pardon.

Nous ne pouvons pas laisser la culpabilité nous envahir. La peur, entre autres choses, nous fait grandir. Si nous parvenons à trouver sa valeur, nous avancerons énormément dans ce processus de surpassement. Le psychiatre suisse Carl Jung le disait déjà: « Ce que vous niez vous soumet, ce que vous acceptez vous transforme ».

3. Analysez les causes

Toutes les peurs ont une origine, une cause. Il est important de découvrir quelle est la source de notre émotion pour examiner les possibles solutions et, surtout, savoir ce qu’elle veut nous dire. La peur de la solitude est habituellement due, comme nous l’avons vu, à la séparation, à la distance, à la perte. En fait, elle est normalement connectée à d’autres émotions et aspects comme les suivants:

  • La peur de l’abandon
  • La crainte d’échouer ou l’excès de perfectionnisme et de responsabilité
  • La peur de ce que diront ou penseront les autres

Par ailleurs, l’identification de la cause peut sembler simple. Or, très souvent, la douleur déforme notre réalité et le processus de dépassement devient plus compliqué. Il est donc important de bien prendre cette cause en compte pour ne pas ignorer nos sentiments et travailler ces émotions.

femme ayant peur d'être seule

4. Associez la solitude à des aspects positifs

Surmonter notre peur de la solitude n’implique pas de l’abandonner. Nous devons comprendre que la solitude est nécessaire et positive pour notre vie. Si nous l’observons d’un point de vue adéquat, elle peut se transformer en un refuge qui nous permet de nous connecter à notre « moi ».

Pour atteindre cet objectif, nous pouvons avoir recours à l’association. Si nous l’associons à des éléments et des sens positifs, notre peur disparaîtra petit à petit. En outre, la solitude peut supposer le commencement d’une étape de reconstruction. Une étape au cours de laquelle nous nous priorisons et prenons soin de nous.

La solitude nous aide à nous comprendre. Elle nous apporte des moments de paix dont nous pouvons profiter avec la meilleure compagnie qui soit: nous-mêmes. Cela peut nous faire nous sentir uniques et spéciaux.

5. La solitude est fondamentale

Comme nous l’avons vu, la solitude est bonne pour notre santé émotionnelle. Qui plus est, elle nous permet de nous maintenir dans cet état. Cela veut dire que chercher la solitude est une chose pertinente, et même au quotidien. Grâce à elle, nous pouvons récupérer l’énergie que nous avons perdue au cours de la journée.

Une promenade en solitaire, aller voir un film qui nous plaît, dîner en toute tranquillité… Tout est bon pour profiter de ces moments de solitude dont nous avons tant besoin.

6. Aide professionnelle

La peur de la solitude peut parfois devenir un grave problème qui dérive en dépression, en anxiété et même en dépendance émotionnelleDans ces cas, il est important de consulter un spécialiste.

Souvenez-vous: vous êtes votre meilleure compagnie. Sans vous, vous ne seriez pas la personne que vous êtes. Cela peut sembler évident mais nous oublions fréquemment que nous sommes notre meilleur-e confident-e et que nous sommes les seul-e-s à nous comprendre à la perfection. La seule personne indispensable dans votre vie, c’est vous-même.