La grossesse psychologique, un phénomène hystérique

8 mai 2019
Il est parfois très difficile de distinguer une grossesse psychologique d'une grossesse réelle. Il y a même des femmes dont le test est positif en laboratoire. Il s'agit d'un phénomène complexe qui exige l'attention d'un professionnel de la santé mentale.

Les grossesses psychologiques sont extrêmement rares. Cependant, elles constituent une preuve vivante de la capacité de l’esprit à créer et à consolider des réalités parallèles. Le nom technique de ce phénomène est « pseudocyèse », bien qu’on l’appelle aussi syndrome de Rapunzel, grossesse imaginaire ou grossesse utopique.

D’un autre côté, la grossesse psychologique ou syndrome de la couvade est également considérée comme l’état que certains hommes présentent lorsque leur partenaire est réellement enceinte. Certaines présentent des symptômes gestationnels : nausées matinales, fringales, hypersensibilité, etc.

« La maternité a un effet très humanisant. Tout se réduit à l’essentiel. »

-Meryl Streep-

De fait, il existe des preuves que certains animaux passent aussi par des grossesses psychologiques. En particulier, les chiens. Dans ce cas, une substance appelée prolactine, responsable de la lactation, augmente. Cela conduit à la croissance des seins et à l’adoption de jouets ou d’autres objets comme s’ils étaient leurs chiots.

Les causes de la grossesse psychologique

Des cas de grossesse psychologique sont connus depuis plusieurs siècles. Les données disponibles indiquent que le phénomène s’est produit peut-être plus fréquemment dans le passé qu’aujourd’hui. De nos jours,on ne dénombre qu’un seul cas de ce type pour 22 000 grossesses effectives.

Les causes de la grossesse psychologique chez l’homme sont totalement psychologiques. Dans pratiquement tous les cas, il y a un facteur de pression sur la femme. Les causes les plus courantes de ce phénomène sont :

  • La peur de tomber enceinte après des rapports sexuels non protégés
  • Le désir de retenir le couple, de faire plaisir au partenaire ou de s’adapter à ses attentes
  • La solitude, la dépression et une faible estime de soi
  • La pression familiale ou sociale
  • Une agression sexuelle dans l’enfance
  • Un état d’anxiété ou un niveau élevé de stress
  • La stérilité ou des antécédents de fausse couche ou d’avortement
  • Des phobies sociales

La grossesse imaginaire n’est pas un problème isolé. En réalité, ce n’est pas un problème en soi, mais la manifestation d’un trouble plus profonde. La situation est souvent très complexe. Il s’agit d’une condition délirante dans laquelle, cependant, il peut y avoir ou non schizophrénie. D’habitude, ce trouble n’est pas présent.

grossesse psychologique et déni de grossesse

Les symptômes habituels

Les femmes qui ont une grossesse imaginaire ont les mêmes symptômes que celles qui ont une grossesse réelle. Il existe des cas où l’anxiété provoque des changements dans le système neuroendocrinien et c’est pourquoi les tests de grossesse donnent des résultats positifs sans gestation. Le seul test fiable à 100% est l’échographie.

Chez les femmes souffrant de ce phénomène, il existe des symptômes tels que l’absence de menstruation, les nausées matinales et la sensation de mouvement fœtal. Le plus déconcertant, c’est qu’elles prennent aussi du poids, le ventre grossit, les seins augmentent et tout correspond à une grossesse normale. Il existe de nombreux cas dans lesquels la grossesse psychologique n’est détectée qu’au moment de l’accouchement.

Bien des femmes souffrant de ce problème ne comprennent pas complètement l’expérience. Au moment de l’accouchement, elles croient qu’elles ont avorté ou que leur enfant est mort et que tout le monde veut cacher ces faits. Ce trouble est parfois un prélude ou un élément d’un autre type de troubles psychologiques ou mentaux.

Que faire ?

Une femme qui a une grossesse psychologique a besoin de compréhension et de soutien, non de disqualification en raison de l’auto-illusion dans laquelle elle est plongée. Le problème en soi n’est pas la grossesse elle-même, mais ce qui se cache derrière. Il s’agit généralement d’un phénomène hystérique, dans lequel une femme tente de renforcer son identité féminine ou de se rebeller contre certaines circonstances de sa vie.

Comme dans d’autres phénomènes délirants, il ne s’agit pas ici d’insister pour que la femme revienne à la raison, en lui montrant les preuves de son incompréhension. D’une manière ou d’une autre, la grossesse psychologique est une forme de défense inconsciente, et non une erreur de pensée en soi. La femme a besoin de cette grossesse pour se protéger d’une autre réalité extrêmement douloureuse et donc inabordable.

que faire en cas de grossesse psychologique

Ces cas devraient être traités par un professionnel de la santé mentale. Ce qui est recherché, c’est que la personne atteinte, étape par étape, parvienne à reconnaître le conflit qui déclenche cette condition. Il est également important que la personne soit capable de l’élaborer et d’y faire face, en récupérant les outils psychologiques dont elle dispose afin de savoir comment y faire face. Cela ne peut se faire que par un processus thérapeutique approprié qui offre compréhension, soutien et accompagnement.

 

  • Márquez, A. C. (2002). Pseudociesis: Un caso de interés. Vitae: Academia Biomédica Digital, (13), 11-10.