L'esprit épuisé, un autre effet de l'isolement social

20 mai, 2020
Beaucoup de gens sont mentalement épuisés. Le confinement, ajouté au stress et à l'angoisse de la pandémie actuelle, affecte notre mémoire, notre concentration et même notre prise de décision.

Bien qu’une bonne partie d’entre nous passe beaucoup de temps dans nos bunkers domestiques, ces jours-ci, nous nous sentons fatigués, tant physiquement que psychologiquement. Il est parfaitement normal qu’il en soit ainsi. Nous devons garder à l’esprit qu’un autre effet de la distanciation social actuelle est l’épuisement de l’esprit.

“Est-ce sûr de sortir dans la rue ? Les mesures de protection en place seront-elles suffisantes ? Que se passera-t-il pendant le déconfinement, que pourrai-je faire et ne pas faire dans la phase suivante ? Que va-t-il se passer au travail dans les prochaines jours ? Pourrai-je voir ma famille ?”

Ces questions et d’autres encore sont celles qui nous habitent presque constamment tout au long de la journée, ainsi que le facteur d’angoisse et le fil tendu de l’incertitude.

Lorsque l’esprit est suspendu dans cet état, tout type de décision, aussi insignifiante soit-elle, devient épuisant. Parfois, le simple fait de décider quoi manger ou de coucher nos enfants à l’heure ou de faire leurs devoirs est un défi, une montagne que nous avons du mal à gravir.

Il est important de garder à l’esprit que toutes les expériences et sensations sont normales. Nous ne nous effondrons pas, nous ne souffrons d’aucun problème de santé mentale. Il s’agit d’une réaction normale et attendue dans l’isolement, une réaction courante du cerveau dans ces conditions. Approfondissons le sujet.

Une femme à l'esprit épuisé

L’esprit épuisé et l’isolement social

Les experts nous disent qu’il n’est pas approprié de parler d’isolement social. Les gens sont des être sociaux, nous vivons en société dès que nous venons au monde et il est donc impossible de “se retirer” de ce scénario.

Ainsi, même si nous sommes à l’intérieur de nos maisons, nous continuons à faire partie de cette structure, de ce substrat de nos villes, villages ou grandes villes.

Nous devrions parler davantage d’isolement physiquement, car c’est ce que nous impose la crise sanitaire actuelle liée au coronavirus. Cependant, quelle que soit la définition exacte de ce type d’isolement, il existe un fait indéniable : le confinement n’est pas fait pour les êtres humains et notre cerveau réagit à cette situation inattendue de manière très différente.

Augmentation de la charge cognitive

Lorsque nous parlons de processus cognitifs, nous faisons référence à toute cette activité que le cerveau génère. Un exemple de cela est la capacité à focaliser l’attention, à donner un sens à tout ce que nous entendons, lisons ou voyons, à prendre des décisions, à traiter les sensations que notre corps ressent, à apprendre et à créer de nouvelles choses, etc.

  • Ce flux extraordinaire d’activité cérébrale est affecté par l’environnement qui nous entoure et, surtout, par la façon dont nous interprétons ce qui se passe
  • De plus, le simple fait d’être dans le même espace physique pendant de nombreuses heures augmente le stress sur le cerveau. L’esprit a besoin de changements, de lumière, de sons, d’interaction et de nouveaux stimuli pour se sentir actif et éveillé
  • Si notre environnement ne change pas et que l’humeur n’est pas optimale, nous façonnons l’esprit épuise ou saturé

Dans cet état confiné, tout processus cognitif nous coûtera infiniment. Se souvenir, par exemple, d’un nouveau numéro de téléphone est un défi en ce moment.

Les circonstances actuelles ne nous permettent pas de prendre de bonnes décisions

L’esprit épuisé n’est pas dans de bonnes conditions pour penser à long terme. Cela est particulièrement important au niveau de la prise de décision, un facteur qui est si important pour nous en ce moment. Nous devons clarifier notre avenir, préciser le type de changements ou de stratégies que nous devrions mettre en place.

La pandémie a changé la vie de beaucoup d’entre nous, tant sur le plan personnel que professionnel. Ce dernier domaine, par exemple, est souvent le plus difficile en ce moment. Cependant, dans ces conditions, notre esprit se sent incapable de décider, de planifier, d’analyser, etc.

En outre, certaines personnes ont même des difficultés à comprendre les documents juridiques lorsqu’il s’agit de demander des subventions, des licenciements, des reports, etc. L’esprit épuisé peut décider à ce moment-là si ce que nous voulons maintenant est une sieste ou une tasse de café, mais ne peut pas prendre de bonnes décisions à long terme.

Un cerveau stimulé en image

Comment gérer un esprit fatigué ?

La situation actuelle nous a placés en territoire inconnu. Il n’y a pas de réponses valables qui nous servent à tous de la même façon ; il existe cependant des stratégies simples que nous pouvons essayer afin de découvrir si elles nous conviennent.

Chacun affronte, interprète et vit la pandémie actuelle de manière différente, mais au-delà de la manière dont chacun doit faire face à l’adversité, il y a quelque chose d’indéniable : ces circonstances sont difficiles pour tous.

Par conséquent, lorsque nous gérons l’esprit épuisé, nous pouvons réfléchir aux idées suivantes :

  • L’épuisement mental est une situation courante dans les nouveaux contextes avec des charges émotionnelles et de stress élevées. Nous ne devrions pas pathologiser quelque chose qui est normal étant donné les circonstances
  • Ce n’est peut-être pas le bon moment pour prendre des décisions décisives à long terme. C’est le moment de se concentrer uniquement sur le présent et, surtout, sur notre bien-être ; de nous donner ce dont nous avons besoin quand nous en avons besoin. Se concentrer sur l’ici et maintenant réduit la charge mentale et l’inquiétude
  • Nous devons nous habituer à faire et à penser une chose à la fois. L’esprit épuisé sature lorsqu’il est conscient de plusieurs choses, de ce que nous devons faire, de nos soucis, de nos peurs, de ce que nous avons fait hier et de ce qui se passe aujourd’hui

Alors, procédons étape par étape. Si je prends mon petit déjeuner, je me concentre sur le fait de manger de manière détendue. Mais si je fais du télétravail, je me concentre sur celui-ci. Si je dois prendre une décision, je le ferai à un moment de la journée où je peux m’y consacrer exclusivement.

Enfin, il est nécessaire de donner de l’espace à nos émotions. Accepter toute sensation, tout sentiment et toute émotion sans se juger soi-même est une clé de la santé. Nous ne pouvons pas être bien à 100 % tous les jours, parfois même pas à 50 %. Mais nous pouvons faire cela, rester calme pour apporter un peu de soulagement à notre esprit.