L'amour des animaux : de quoi dépend-il et comment nous affecte-t-il ?

Aimer les animaux nous enrichit, nous nourrit et améliore notre santé. Cependant, nous ne ressentons pas tous la même connexion avec eux. Pourquoi ? C'est ce que nous allons voir dans cet article.
L'amour des animaux : de quoi dépend-il et comment nous affecte-t-il ?

Dernière mise à jour : 08 août, 2021

Ces derniers temps, l’amour pour les animaux a augmenté dans notre société. Nous sommes davantage conscients de leur caractère d’êtres vivants qui ressentent des choses, qui méritent le respect et qui ont le droit à une vie digne. Par ailleurs, de plus en plus de personnes établissent des liens avec eux au point qu’ils deviennent souvent un membre supplémentaire de la famille.

Néanmoins, nous ne partageons pas tous ce sentiment au même degré. Certaines personnes ne parviennent pas à ressentir cette empathie ou proximité émotionnelle envers les membres du règne animal.

Pour beaucoup, il est même impensable de faire entrer un animal chez soi, même s’ils ne leur feraient jamais de mal. Ces personnes ne ressentent tout simplement pas cette connexion qui, pour d’autres, est si gratifiante et bénéfique. A quoi sont dues ces différences et comment nous affectent-elles ? Découvrons cela dès maintenant.

Amour d'un chien.

D’où vient l’amour pour les animaux ?

Historiquement, les êtres humains ont toujours cohabité avec les animaux dans le milieu naturel et ont établi différentes relations. De la chasse à la domestication, nos interactions avec eux nous ont poussé à faire preuve d’empathie, à cohabiter et à prendre de plus en plus en considération ces êtres.

Une étude menée par la Northeastern University a démontré que nous étions même capables de ressentir une plus grande compassion pour les animaux que pour les membres de notre propre espèce. Les 256 participants de l’étude ont reçu la (fausse) nouvelle suivante : un chiot, un chien, un bébé humain et un adulte avaient été agressés.

L’évaluation du niveau d’empathie ressenti par les volontaires vis-à-vis des victimes a montré que l’humain adulte s’en était sorti le moins bien. Le bébé, le chiot et le chien (dans cet ordre) avaient réussi à éveiller plus de sentiments de compassion. Il semblerait donc que la vulnérabilité perçue chez les animaux mobilise nos sentiments à un degré élevé.

Par ailleurs, face à l’absence de raisonnement humain, il n’existe pas de jugement, de manipulation ou de ressentiment. Les animaux nous offrent leur présence, leur amour et leur compagnie de façon pure et véritable : ils nous acceptent comme nous sommes. C’est l’une des raisons pour lesquelles tant de personnes adorent les animaux.

Traits de personnalité

En outre, les personnes qui ressentent plus fortement cet amour des animaux partagent généralement une série de qualités. Il s’agit souvent d’individus avec une grande sensibilité, un fort sentiment de solidarité et un sens de la justice. Ce sont des personnes nobles et pleines de compassion.

En revanche, celles qui ne ressentent aucune empathie envers les animaux et en viennent même à les maltraiter ont plus de risques d’être atteintes d’un trouble psychologique et émotionnel. Il s’agit souvent de personnes égoïstes, narcissiques et despotiques, avec une plus grande tendance à se montrer violentes avec d’autres êtres humains également.

Histoire personnelle et antécédents

Nous ne pouvons pas oublier le fait que l’éducation a une grande influence sur notre perception des animaux. Les enfants qui grandissent avec des animaux de compagnie et dans des maisons où les animaux occupent une place importante sont plus capables d’apprécier leurs qualités, d’établir un lien avec eux et de tirer profit de cette interaction.

Par ailleurs, la peur ou le rejet des animaux peut aussi venir du fait d’avoir grandi avec des parents qui soutiennent ces attitudes ou d’avoir vécu un événement désagréable avec un animal.

Une fillette et son chat.

Comment l’amour des animaux nous affecte-t-il ?

Comme l’a affirmé l’écrivain Anatole France : “Tant que vous n’avez pas aimé un animal, une partie de votre âme sera toujours sans éclat, endormie.” Et ce, car le lien affectif que nous établissons avec ces êtres est profondément enrichissant et différent de n’importe quel autre.

Ceux qui vivent avec des animaux ou se lient avec des animaux en tirent de nombreux bénéfices. Par exemple :

  • Ces personnes deviennent plus altruistes et compatissantes.
  • La tension artérielle diminue, le rythme cardiaque accélère et le stress diminue considérablement.
  • Elles ressentent un plus grand niveau de bien-être et de satisfaction, davantage d’émotions positives et leur humeur s’améliore.

Néanmoins, l’amour des animaux n’est pas toujours si positif. Certaines personnes avec des difficultés sociales trouvent, chez ces derniers, la consolation, l’acceptation et la compagnie que d’autres humains ne leur donnent pas. Elles peuvent donc choisir de se réfugier auprès des animaux au lieu de travailler sur leurs limitations interpersonnelles.

Par ailleurs, quand cet amour est excessif, il peut nuire à l’individu au niveau personnel, professionnel, social ou économique. Par exemple, l’accumulation d’animaux peut l’empêcher de faire son travail et requiert du temps et de l’argent à un niveau trop élevé.

En définitive, aimer les animaux nous enrichit, nous permet de faire l’expérience d’un lien émotionnel unique qui est bon pour notre santé mentale et physique. Néanmoins, si cela interfère dans notre routine, il est important que nous demandions de l’aide.

De la même façon, ceux qui ne ressentent pas cette connexion spéciale avec les animaux et préfèrent ne pas partager leur vie avec eux ont une posture qui est toute aussi respectable, tant qu’ils ne leur font pas de mal. Après tout, chaque individu a sa propre façon de trouver son bien-être.

Cela pourrait vous intéresser ...
Tant que l’on n’a pas aimé un animal, notre âme est endormie
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Tant que l’on n’a pas aimé un animal, notre âme est endormie

Quelque chose se réveille dans notre intérieur quand nous adoptons un animal, comme si une lumière intérieure s'allumait. Nous vous invitons ici à ...



  • Levin, J., Arluke, A., & Irvine, L. (2017). Are People More Disturbed by Dog or Human Suffering?: Influence of Victim’s Species and Age. Society & Animals25(1), 1-16.
  • Arluke, A., Levin, J., Luke, C., & Ascione, F. (1999). The relationship of animal abuse to violence and other forms of antisocial behavior. Journal of Interpersonal Violence14(9), 963-975.
  • Veevers, J. E. (1985). The social meanings of pets: Alternative roles for companion animals. Marriage & Family Review, 8(3-4), 11–30. https://doi.org/10.1300/J002v08n03_03
  • Headey, B. (1999). Health benefits and health cost savings due to pets: preliminary estimates from an Australian national survey. Social indicators research47(2), 233-243.