Jackson Pollock : biographie d'un génie de la pensée janusienne

09 juillet, 2020
Jackson Pollock suscite un grand intérêt pour l'étude des arts, mais il est également intéressant pour la psychologie. En effet, l'artiste façonne son intérieur dans ses toiles, laisse voir son inconscient et entretient le dialogue entre l'artiste et l'œuvre.

À cette occasion, nous avons voulu nous immerger dans la vie, la pensée et l’œuvre de l’un des plus importants peintres de l’expressionnisme abstrait au monde. Nous parlons de Jackson Pollock, un artiste qui possédait une personnalité volatile qui a déclenché l’alcoolisme avec lequel il a lutté toute sa vie. La vérité est que tout son magnifique travail semble être lié, d’une manière ou d’une autre, à ses problèmes psychologiques.

Il est mort prématurément dans un accident de voiture. Cependant, il aura tout de même réussi à connaître un succès professionnel remarquable de son vivant. Il était connu comme le génie fou qui éclaboussait les toiles.

Pollock a inventé une technique artistique appelée dripping dans laquelle plusieurs éléments sont combinés, comme la force de gravité, le mouvement de son corps, la consistance subtile de la peinture et la toile posée sur le sol. Cette technique a révolutionné le monde de l’art et la manière de peindre.

La création de ce type de peinture a eu lieu alors que l’artiste suivait un traitement psychiatrique, étant traité pour un diagnostic de maniaco-dépression. Il semble que ce soit pendant sa période de perfectionnement qu’il a commencé à expérimenter la peinture de cette manière. Certains professionnels l’ont rapprochée d’un processus janusien.

Sa vie

Jackson Pollock est né dans le Wyoming en 1912 dans une famille presbytérienne. Il a passé ses premières années en Arizona et en Californie. Dans ce dernier État, Pollock a commencé ses études d’art. Cependant, sa nature rebelle lui a valu d’être expulsé de deux écoles différentes alors qu’il était très jeune.

En 1930, il s’installe à New York avec son frère. Ils fréquentent tous deux l’Art Student League de New York. Son professeur était Thomas Hart Benton. Ce personnage a inspiré une utilisation rythmique de la peinture qui a profondément imprégné Pollock. Il a traversé différentes périodes de création, mais c’est sa technique de dripping qui lui a valu une reconnaissance internationale.

Même à cette époque, cet extraordinaire génie de la peinture avait des problèmes d’abus d’alcool, une substance qu’il utilisait pour soulager ce qui semblait être les symptômes d’un trouble psychologique majeur.

Dans son désir de lutter contre l’alcoolisme, Pollock a suivi une psychothérapie jungienne avec plusieurs médecins prestigieux. C’est l’un d’eux, le Dr Henderson, qui l’a encouragé à s’exprimer à travers son art.

En octobre 1945, Pollock épouse Lee Krasner, une artiste peintre américain. Il emménage avec elle sur la côte sud de Long Island, dans l’État de New York. Pollock a transformé la grange de la maison familiale en son atelier, où il a perfectionné sa technique.

Le 11 août 1956, Jackson Pollock a perdu la vie prématurément dans un accident de voiture à la suite d’une conduite sous l’emprise de l’alcool.

La maison de Jackson Pollock

Le trouble bipolaire de Jackson Pollock

L’identification de la maladie mentale de Pollock avec un trouble bipolaire est assez récente et est façonnée par le rapport de Henderson sur lui. Dans ce rapport, son médecin décrit des périodes d’agitation violente alternant avec la paralysie ou le repli sur soi. Un autre rapport d’un de ses médecins le définit comme un maniaco-dépressif.

Ce diagnostic de trouble bipolaire récent est, à son tour, construit à l’aide des descriptions de la femme de Pollock sur les états émotionnels changeants de son mari.

La signature de Jackson Pollock

 

La pensée janusienne

La pensée janusienne est un concept qui nous parle de la façon dont la capacité à voir les choses sous des angles opposés permet de résoudre les problèmes. Il a été appliqué surtout en termes de créativité maximale.

En ce sens, la créativité, l’innovation et la rupture iraient de pair avec l’assimilation et la compréhension des contraires. Cela permettrait leur utilisation d’une manière jamais envisagée auparavant. Il s’agit d’un processus conscient, loin de la rigidité mentale et de l’irrationalité des processus pathologiques.

À l’époque où il semblait avoir connu une grande amélioration, Pollock parlait souvent de l’idée de travailler sur son art en cachant et en exprimant simultanément des symboles. C’est à cette époque que naît sa peinture au goutte-à-goutte, qui est un exemple du processus janusien. C’est-à-dire, concevoir activement de multiples contraires.

La figure de Jackson Pollock est un bon exemple de ces artistes dont les œuvres combinent l’art et la psychologie. Ils fusionnent et entretiennent un dialogue avec le créateur lui-même. L’œuvre part de lui, naît de son intérieur, de son inconscient et, d’une certaine manière, l’œuvre coule et prend une vie propre.

“Quand je suis dans ma peinture, je ne suis pas conscient de ce que je fais. Ce n’est qu’après une sorte de période de “familiarisation” que je vois ce que j’ai fait. Je n’ai pas peur de faire des changements, de détruire l’image, etc. parce que la peinture a une vie qui lui est propre. J’essaie de laisser faire. Ce n’est que lorsque je perds le contact avec le tableau que le résultat est un désastre. Sinon, il y a une harmonie pure, un échange facile, et le tableau s’en sort bien.”

-Jackson Pollock-

 

  • Emmerling, L. (2003). Pollock. New York: Taschen.
  • Naifeh, Steven; Smith, Gregory White (1989). Jackson Pollock: an American saga. Clarkson N. Potter.