Intelligence émotionnelle pratique : ocytocine vs cortisol

Que pouvons-nous faire pour rétablir le calme dans notre système nerveux après avoir vécu une situation stressante ? C'est la grande question à laquelle nous allons répondre dans cet article.
Intelligence émotionnelle pratique : ocytocine vs cortisol

Dernière mise à jour : 03 janvier, 2022

Il y a quelque temps, en surfant sur le net, je suis tombé sur une vidéo qui a attiré mon attention sur l’intelligence émotionnelle pratique. C’était une conférence courte mais intéressante de Marian Rojas-Estapé. Elle y raconta qu’une fois, dans un parking souterrain, en revenant à sa voiture, ils avaient tenté de la voler et qu’elle avait réussi à s’échapper. La chose la plus intéressante n’était pas de savoir comment il a réussi à se débarrasser de la menace, mais comment il a réussi à se calmer par la suite.

Marian avoue que l’expérience l’a beaucoup bouleversée. Elle est rentrée chez elle très nerveuse et, en chemin, a parlé avec son mari de manière incohérente, en utilisant des phrases courtes et déconnectées. Comme si son cerveau avait été détourné par le cortisol, produit du stress.

Cortisol et ocytocine (intelligence émotionnelle pratique)

Nous avons tous vécu des situations de ce type. Celles dans lesquelles nous sentons notre cœur battre si fort qu’il semble qu’il va sortir de notre bouche. Ce sont des moments où nous agissons de manière inconsciente, des moments où nous confions pratiquement tout à notre intuition. Parce qu’il est plus rapide et qu’il est efficace pour traiter une énorme quantité d’informations, et dans ces moments-là, les détails peuvent être très importants.

Marian a échappé à la situation en disant au voleur que la voiture de luxe qu’elle avait garée à côté de la sienne appartenait à quelqu’un d’autre. Probablement sa déclaration, sa réaction, a intrigué le voleur, qui s’attendait à se battre, se rendre ou s’enfuir, pas cette déclaration.

Les experts disent que lorsque le cortisol est déclenché de cette manière, il nous faut des heures pour retrouver nos niveaux de base. Ce que nous avons jamais entendu, ou dit, que “Je ne me suis pas encore remis du choc.” Ce n’est pas une métaphore, mais quelque chose de littéral. Notre corps a besoin de temps pour retrouver ses niveaux d’activation basaux après une altération de ce type, avec le gaspillage énergétique que cela entraîne.

femme stressée

En effet, tout au long de l’histoire, il nous a permis de mieux nous adapter à l’environnement. “Notre biologie a appris” – la sélection naturelle a eu son effet – que pour échapper à des menaces importantes, nous avons besoin de beaucoup d’énergie, c’est pourquoi notre corps se prépare à la dépenser. Il a également appris qu’à proximité d’une menace majeure, il peut y avoir d’autres menaces importantes, il se prépare donc à dépenser de l’énergie sur une période de temps relativement longue.

Cependant, dans le monde moderne, pour survivre à ces menaces, nous n’avons pas besoin de courir, mais plutôt d’une intelligence émotionnelle pratique. De plus, une fois que nous entrons dans un espace sûr, la menace disparaît généralement instantanément.

D’un autre côté, nous vivons dans un monde tellement surstimulé que notre système d’alerte est quelque peu détraqué. C’est comme si nous vivions dans une hypervigilance continue.

Par exemple, en regardant le téléphone, au cas où notre patron nous écrirait. En ce sens, le conditionnement aversif peut être si puissant qu’avant de lire ce message que notre patron nous a envoyé, notre corps s’est mis dans le même état où il entrerait si nous avions un voleur à nos côtés.

Agir pour reprendre le contrôle

Maintenant, que pouvons-nous faire pour nous calmer ? Sur la base de notre intelligence émotionnelle pratique, sur quelles ressources pouvons-nous compter pour revenir à notre état de base ?

Marian ne s’est pas consciemment fixé cet objectif, elle n’a allaité son bébé qu’à son retour à la maison et a réalisé l’effet que cela avait sur son système nerveux. Ses niveaux d’ocytocine ont augmenté et son corps s’est détendu.

Le fait est que ce n’est pas une mesure que nous pouvons tous prendre à tout moment. Ensuite, la question est de savoir quelles autres choses nous pouvons faire (intelligence émotionnelle pratique) qui font augmenter nos niveaux d’ocytocine pour obtenir le même effet relaxant et anesthésique (nous savons également que des niveaux élevés d’ocytocine réduisent l’intensité de la douleur).

  • Cercle social : individuellement, nous pouvons compter sur de nombreuses ressources. Cependant, si nous avons des gens autour de nous, ils se multiplient. Vivre avec le sentiment qu’il y a des gens qui, lors d’un moment difficile, peuvent nous donner un coup de main, fait que de nombreuses situations potentiellement menaçantes cessent de l’être.
  • Contact physique : les câlins qui durent sont apaisants. Les bras de l’autre, qui nous entourent, agissent comme une bouteille d’oxygène, nous permettant de mieux respirer.
  • Le retour serein vers notre intérieur : on peut toujours essayer de reprendre le contrôle de son attention, arrêter de se focaliser sur l’avenir ou le passé si c’est de là que vient ce qui nous angoisse.
  • Les pleurs en termes de libération émotionnelle : les pleurs agissent comme une libération d’émotions, diminuant ainsi les taux de cortisol dans le sang (hormone du stress) et augmentant ceux d’ocytocine. C’est pourquoi, après un épisode de pleurs, on retrouve soulagement et calme.
  • Bienveillance et générosité : offrir, donner, prêter, bref, faciliter la vie des autres nous aide aussi à libérer de l’ocytocine.
Femme aux yeux fermés

Nos émotions peuvent être automatiques. L’activation de notre système parasympathique fait monter le cortisol.

La bonne nouvelle est que nous avons des possibilités naturelles, constructives et de création de lien (intelligence émotionnelle pratique) pour nous aider à revenir à un état basal après avoir subi une activation importante.

Cela pourrait vous intéresser ...
Daniel Goleman et sa théorie sur l’intelligence émotionnelle
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Daniel Goleman et sa théorie sur l’intelligence émotionnelle

L'intelligence émotionnelle est la clé pour comprendre l'orientation de la psychologie, pour améliorer notre qualité de vie, être heureux et se con...



  • Bravo, M. L. G. Oxitocina. ¿ Qué es y para qué sirve? Una guía completa.
  • Rodríguez-Contreras, M. L. (2020). Neuroquímica del estrés. REMUS-Revista Estudiantil de Medicina de la Universidad de Sonora, 39-40.
  • Romero, C. E. C., Noriega, A. E., Ruiz, J. C., Rodríguez, G. S., Reboredo, T. B., & Pliego, M. V. (2018). Stress and cortisol: implications on food intake. Revista Cubana de Investigaciones Biomédicas37(3), 1-15.