Hot zone, la zone du cerveau où se forment les rêves

17 janvier 2019
Avez-vous déjà entendu parler de la hot zone ?

Les recherches et les nouvelles découvertes au niveau de la science du sommeil sont toujours fascinantes. Pour beaucoup de personnes, le fait de rêver est une source de découverte personnelle importante. Une étude menées par plusieurs neuroscientifiques des Etats-Unis, d’Italie et de Suisse a permis de découvrir ce qu’on a dénommé la hot zone.

La hot zone est une zone du cerveau avec un modèle d’activité qui semble nous indiquer le moment où les rêves se produisent. On a aussi découvert que les rêves n’ont pas seulement lieu au cours de la phase REM. Ce modèle pourrait nous aider à en apprendre plus sur le contenu des rêves. Une découverte fascinante pour la connaissance de la conscience humaine.

La recherche

L’équipe de recherche a contrôlé l’activité électrique du cerveau de 32 personnes dans un laboratoire de sommeil. Ce contrôle a eu lieu sur des périodes de 5 à 10 nuits. Les sujets étaient fréquemment réveillés pour faire un compte-rendu de leurs expériences lorsqu’ils étaient endormis. Ils disaient s’ils avaient rêvé ou non. On leur demandait s’ils se souvenaient de certaines parties de ce rêve, du rêve en entier ou s’ils ne se rappelaient rien du tout.

La différence entre cette étude et les précédentes recherches menées est que, dans ce cas, on contrôlait l’activité cérébrale avec un casque qui contenait 256 câbles. Cette mesure apportait une vision beaucoup plus complète que celles qui avaient été réalisées jusqu’alors dans les laboratoires de sommeil.

les rêves se constituent dans la hot zone

Les résultats

L’équipe a découvert que pendant que les sujets vivaient des expériences oniriques, une partie du cerveau avait tendance à s’activer de façon plus significative. Une « zone chaude » a été trouvée pendant les expériences de rêves. Cette zone se trouve dans la région pariéto-occipitale du cortex cérébral. Ceci semble indiquer qu’elle pourrait être le corrélat neural des rêves.

Lorsque l’on stimule cette zone pendant l’état de veille, on induit la « sensation d’être dans un monde parallèle ou dans un état de sommeil ». Il s’agit d’une découverte fascinante. Cela semble suggérer que la conscience se situe dans une région postérieure concrète. Jusqu’à maintenant, on pensait qu’elle se trouvait dans les lobes frontaux et pariétaux.

« Quand les sujets avaient des expériences de rêve, une région dans la partie postérieure du cerveau avait tendance à être très active. Comme si elle était un peu plus éveillée », nous dit Francesca Siclari, chercheuse à l’Hôpital Universitaire de Lausanne en Suisse. Elle a fait partie de cette étude.

Hot zone : les opinions

Toutes les opinions ne concordent pas lorsque l’on fait référence à la théorie affirmant que cette technique pourrait nous offrir une idée des contenus des rêves. Le professeur de psychiatrie de l’école de médecine d’Harvard, Dr. Stickgold, ne croit pas que la détection des rêves soit un résultat de cette recherche.

Selon lui, les rêves dont on se souvient et ceux que l’on oublie possèdent probablement une signature électrique différente. Il est cependant d’accord avec les autres pour dire que le potentiel le plus intéressant de cette recherche réside dans la compréhension de l’un des plus grands mystères de la vie humaine: la nature et l’origine de la conscience.

L’idée selon laquelle certaines parties du cerveau agiraient de façon différente au moment du rêve est malgré tout une vision partagée par de nombreux chercheurs depuis plusieurs années. On soupçonnait cette théorie, même s’il n’y avait pas de preuves empiriques suffisantes.

« Le pouvoir de cette technique réside dans l’idée que des aires locales ou des régions spécifiques du cerveau sont responsables de certaines activités, au lieu de penser que le cerveau tout entier se retrouve dans la profondeur du rêve. »

-Dr. Danny Eckert del NeuRA (Neuroscience Research Australia)-

hot zone

Les futures études sur la hot zone

Dans de futures études, on contemple l’idée d’un type de stimulation dans la hot zone de patients en état de comaavec des crises d’épilepsie ou sous anesthésie générale.

Les chercheurs sont d’accord pour dire que les futures recherches pourraient donner accès à d’autres types d’états de conscience. Elles aideraient à savoir quelles autres régions du cerveau sont impliquées dans ces différents types. Ou à découvrir dans quelle aire se trouve la Conscience (avec une majuscule) et comment nous connecter à elle. Il s’agit d’un sujet passionnant et nous semblons être de plus en plus proches d’un résultat.

« Ces régions semblent offrir une intégration multisensorielle qui est bien adaptée pour appuyer la simulation virtuelle d’un monde qui caractérise les rêves. »

-Dr. Lampros Perogamvros. Université de Wisconsin-Madison. Co-auteur de l’étude-