Hippocrate et la théorie des humeurs essentielles chez l’être humain

· 20 septembre 2018

L’histoire d’Hippocrate et la théorie des humeurs essentielles datent de presque quatre siècles avant notre ère. On la considère comme l’une des premières approches de la psychologie, une nouvelle science qui est née vingt siècles plus tard.

Hippocrate porte le nom de « père de la médecine » car il a été le premier, en Occident, à systématiser les connaissances disponibles sur la santé et la maladie. Il a aussi proposé une explication pour ces phénomènes et des moyens thérapeutiques pour les traiter.

« Il est beaucoup plus important de savoir quelle personne souffre d’une maladie plutôt que de savoir de quelle maladie souffre la personne. »

-Hippocrate-

La théorie des humeurs essentielles d’Hippocrate a été assimilée et utilisée par la majorité des médecins jusqu’à la moitié du XIXème siècle. Ceci nous donne une idée de la solidité des fondements d’Hippocrate. En fait, on continue encore aujourd’hui à citer certains des postulats de cette théorie.

La théorie des humeurs essentielles

La théorie des humeurs essentielles d’Hippocrate suggère, pour la résumer, que le corps humain se compose de quatre substances. Ces substances reçoivent le nom d’humeurs. Elles doivent maintenir un équilibre parfait entre elles. Lorsqu’elles le perdent, la maladie apparaît, aussi bien dans le corps que dans l’esprit.

N’importe quelle déficience ou maladie signifiait que l’équilibre des humeurs s’était altéré. Par conséquent, pour les soigner, il fallait trouver un moyen de rétablir l’équilibre perdu.

Selon la théorie des humeurs essentielles, les substances qui composent le corps humain sont: la bile noire, la bile jaune, le sang et la lymphe. Chacune de ces humeurs est directement liée à un élément de l’univers et à une qualité atmosphérique. La relation serait la suivante:

  • Bile noire : liée à la terre, sèche et froide
  • Bile jaune : liée au feu, sèche et chaude
  • Sang : lié à l’air, humide et chaud
  • Lymphe : liée à l’eau, humide et froide
la théorie des humeurs

Les humeurs et la personnalité

Hippocrate n’a jamais vu la maladie comme un thème exclusivement organique. Il a gardé une conception dans laquelle l’esprit et le corps ne formaient qu’une seule réalité. Par conséquent, ce qui se produisait dans l’esprit avait des effets sur l’organisme physique et vice-versa.

Les élèves de l’école péripatétique ont apporté un nouvel élément à la théorie des humeurs essentielles. Ils ont émis l’idée que la prédominance de l’une des humeurs débouchait sur un tempérament spécifique chez les personnes. Plus tard, Galien a complété ces idées. Il a signalé que le déséquilibre des humeurs affectait notre façon d’être, de ressentir, de penser et d’agir.

galien et la théorie des humeurs

C’est Galien lui-même qui a fini par établir l’existence de quatre tempéraments à partir de la théorie des humeurs essentielles. Les voici :

  • Mélancolique. Il caractérise celui qui a une prédominance de bile noire dans son organisme. Les personnes avec ce tempérament sont tristes, assez susceptibles et tournées vers les activités artistiques.
  • Colérique. Il représente ceux qui présentent une grande quantité de bile jaune. Ceci débouche sur un tempérament passionné, avec une énorme vitalité et une tendance à se fâcher très facilement.
  • Sanguin. Dans ce cas, l’humeur du sang prédomine. Les traits du tempérament sanguin sont la confiance en soi, la joie, l’optimisme, l’expressivité et la sociabilité.
  • Flegmatique. Il caractérise ceux qui ont une prédominance de lymphe dans leur organisme. Les personnes flegmatiques sont réfléchies, justes, tranquilles, sans grande capacité d’engagement et un peu paresseuses.

Les approches d’Hippocrate dans le monde d’aujourd’hui

Hippocrate, Galien et tous leurs adeptes ont créé et complété la théorie des humeurs essentielles en se basant sur l’observation. Ils n’ont appliqué aucune méthode scientifique. Avec la naissance et la consolidation des sciences formelles, toute cette théorie est tombée en désuétude. Aujourd’hui, on ne lui accorde aucune validité objective: on la considère seulement comme une référence historique.

Cependant, la théorie des humeurs essentielles a le mérite d’avoir été le premier effort sérieux pour classifier les différents types de tempéraments. Le fait que ces illustres médecins aient été capables de comprendre que les émotions ont aussi des conséquences physiologiques est également très intéressant.

 

En fait, les premiers psychologues se sont inspirés des théories d’Hippocrate et de Galien. D’une façon ou d’une autre, ces penseurs ont fait preuve de beaucoup d’intuition. Leurs classifications se rapprochent des différents types de personnalité qu’ont défini les chercheurs, presque 2000 ans après ces précurseurs des sciences de la santé.