Gru : la rédemption du méchant

1 septembre 2018 dans Cinéma 0 Partagés
Gru

Moi, moche et méchant est un dessin animé d’Universal Pictures. Le personnage principal est Gru, le plus grand des méchants. Toute sa vie, Gru a cherché à être accepté. Pour atteindre son objectif, il a donc décidé de se transformer en super-méchant.

Peu importe le mal qu’il peut faire sur ce chemin: il veut devenir le plus grand méchant du monde. Un jour, son rival, Vector, surpasse Gru en volant une pyramide d’Egypte. Leur compétition commence alors. Gru élabore un plan pour obtenir un rayon de rétrécissement d’une installation du gouvernement.

Le plan de Gru est d’utiliser le rayon rétrécissant pour voler la Lune. Ce vol le catapulterait au sommet et il serait reconnu en tant que meilleur méchant. Cependant, les choses ne se déroulent pas comme il le souhaiterait. Vector parvient à lui dérober son arme. Que peut faire un cerveau criminel ? Trouver un autre plan, bien sûr.

Le nouveau plan malveillant de Gru implique trois petites filles orphelines. Elles lui serviront d’espionnes. Grâce à elles, il prévoit de s’infiltrer chez Vector quand elles frapperont à sa porte pour lui vendre des biscuits. Il pourra alors profiter de ce moment pour reprendre le rayon rétrécissant.

Cependant, Gru commence à ressentir de l’affection pour les petites filles qu’il cherche à utiliser dans son plan. Cet amour le fait changer. En principe, Gru ne représente pas du tout un père adéquat. Mais au fur et à mesure que le dessin animé avance, sa vie de méchant est altérée par la nouvelle routine qu’il mène. L’homme doit ajuster ses plans aux dynamiques des enfants: cours de danse, habitudes alimentaires… Les plans malveillants de Gru passent donc au second plan.

Un père célibataire

Il est rare de voir, dans un dessin animé, un père célibataire décrit avec une lumière si positive. Si Gru a bien une vocation de « méchant », de beaux moments de tendresse ont lieu entre lui et les petites. Cette sensation est renforcée par la douceur et la fragilité des fillettes qui contrastent avec la « malveillance » et la grande taille de Gru.

Beaucoup de pères célibataires doivent concilier leurs devoirs avec l’attention et les soins envers leurs enfants. Tout comme eux, dans le film, Gru parvient à faire son travail, même si celui-ci consiste à être méchant. Comme tous les pères célibataires, Gru connaît des moments difficiles au cours desquels il a du mal à prendre soin des petites filles sans négliger son travail. Le grand jour du vol de la Lune coïncide avec la date du spectacle de danse des filles.

Gru décide de faire passer son travail avant le spectacle et cela donne l’occasion à Vector de séquestrer les enfants. Gru essaye de trouver un équilibre entre le travail et la maison en récupérant les trois petites.

gru dans moi, moche et méchant

La rédemption d’un méchant

A la fin de l’histoire, la Lune retrouve sa taille normale et reprend sa place dans le ciel. Gru, qui se sent coupable, cherche sa rédemption. Pour se corriger, il décide de rendre la grande pyramide que Vector avait volée. Gru accepte pleinement son amour pour les enfants et les adopte. Le plus grand méchant du monde décide donc d’avoir une famille.

La rédemption de Gru passe par des regrets. Il cherche à obtenir le pardon des petites filles, à qui il a fait du mal, et à indemniser la société pour tous ses actes. La rédemption implique de se libérer de la culpabilité et de la douleur.

Le besoin de rédemption est réel et puissant pour les victimes et les bourreaux. Au cours du processus de guérison, tous deux ont besoin de savoir qu’ils sont dignes d’amour, de bonté et de compassion. Nous n’allons pas uniquement retrouver cela dans la rédemption mais nous pouvons guérir et nous libérer à travers le pardon.

La transition entre le bien et le mal

Le message général du film est que même une personne considérée « malveillante » peut changer d’avis. Moi, moche et méchant est un dessin animé différent des autres. En général, la majorité des films pour enfants décrivent le bien et le mal comme étant absolus.

Pour beaucoup de spectateurs, la transition d’un personnage -entre le bien et le mal- est très difficile à accepter. En même temps, c’est l’une des transitions les plus gratifiantes pour ce public qui est plongé dans l’histoire.

Dans les dessins animés ou les films pour enfants, le « méchant » doit souvent faire un sacrifice héroïque à la fin de l’histoire. Il meurt généralement au cours de ce processus. Même si c’est une fin qui convient au public, il ne donne pas de possibilité de changement au personnage. Dans Moi, moche et méchant, Gru reçoit le pardon des petites filles après des regrets sincères et un changement d’attitude. Les enfants sont une bonne influence pour le « méchant ».

personnages de moi, moche et méchant

Gru, un mauvais exemple de père adoptif

Même en étant exposé au risque de perdre l’amour de ses filles, Gru persiste à suivre le chemin du mal. Les changements qu’il effectue obéissent à des raisons égoïstes. Curieusement, bien qu’il rende les objets volés, Gru ne dit pas adieu à ses compagnons de méfaits. Il ne renvoie pas ses travailleurs, les Minions.

De cette façon, la future profession de Gru reste dans une situation d’ambivalence. Le spectateur peut supposer que la nouvelle vie de famille de ce personnage l’empêchera de poursuivre ses méfaits. Cependant, ce message n’est pas du tout clair dans le film. Un aspect important de cette histoire est que tous les personnages semblent pardonner la malveillance de Gru. En dépit de son mauvais comportement et alors même qu’il s’est servi des petites filles, tout le monde lui pardonne ses actes.

L’adoption est un sujet délicat que le dessin animé n’approfondit pas. Moi, moche et méchant montre comment les enfants orphelins pourraient être utilisés pour ensuite être abandonnés à nouveaux. Les mauvaises actions de Gru et son comportement avec les enfants devraient faire réfléchir certains personnages. Dans ce film, il aurait peut-être été plus réaliste que certains ne pardonnent pas Gru aussi rapidement.

Assimiler le pardon à une fin heureuse peut être injuste envers les victimes du monde réel. Cette sorte de fin donne l’impression que le prix des méfaits n’est pas bien ajusté à la réalité. En fait, les plus grandes critiques de Moi, moche et méchant ont été réalisées par des familles avec des enfants adoptés.

Mais malgré les critiques, les histoires de rédemption sont amusantes, gratifiantes et populaires auprès des spectateurs. Nous voulons tous croire que n’importe qui, dans n’importe quelle situation, peut reprendre sa vie en main. Ceci est effectivement possible, avec des efforts et de la persistance.

A découvrir aussi