Vous finissez par attirer ce que vous essayez d’éviter

14 septembre 2016 dans Curiosités 1804 Partagés

Nous employons beaucoup de temps et d’énergie à empêcher une chose que nous ne voulons pas de se produire. Mais pourquoi finissons-nous par obtenir tout l’inverse ?

C’est une question que nous nous demandons bien souvent. Il est possible que la solution se trouve dans le fait de changer votre perspective et votre attention.

Nous prétendons contrôler de nombreuses situations : travail, études, relation de couple, relations sociales, etc.

Nous avons besoin d’une certaine illusion de contrôle pour se dire que chaque chose est à sa place.

Pour cela, nous faisons une liste de tous les dangers possibles, en se disant que nous pourrons alors intervenir pour nous protéger de leurs éventuelles conséquences.

La réalité est bien différente. Ces dangers auxquels nous pensons et pour lesquels nous nous préparons sont une récréation de notre esprit qui génère en nous de l’anxiété en anticipant ce qui pourrait se passer.

Nous finissons alors par nous perdre dans toutes ses possibilités, ce qui nous empêche de valoriser et de profiter du moment présent.

“La vie est une prophétie que vous réalisez vous-même.”
-Denis Waitley-

Sur quoi pouvons-nous focaliser notre attention ?

D’une certaine façon, avec nos pensées, nous déterminons notre conduite, nos habitudes et finalement notre destin.

Pour cette raison, il est essentiel de s’occuper de notre foyer d’attention. Sans en être conscients, nous pouvons facilement nous ancrer dans la souffrance en ruminant des pensées négatives, surtout celles connectées de façon circulaire.

Une bonne stratégie pour identifier notre “tendance de pensées” consiste à observer ces pensées pour, d’une certaine façon, être pris en “flagrant délit” de processus intellectuel autodestructeur.

Nous comprendrons ainsi cette chose que nous tournons dans tous les sens et nous pourrons alors nous demander si cela sert vraiment à quelque chose de toujours y penser.

Questionner ses propres sentiments est essentiel pour pouvoir nous améliorer.

Il est également important de s’ouvrir à d’autres perspectives que nous ne sommes pas encore capables de voir pour le moment.

Mirando tras la puerta

Notre attention a le pouvoir de centrer toute notre énergie sur un événement spécifique, perdant ainsi la perspective d’un tout global. Lorsque nous le faisons pour quelque chose qui nous déplaît, toute notre expérience tourne autre de cette même chose.

Notre cerveau ne comprend pas le refus

Notre esprit est préparé à comprendre certains types d’informations à travers le langage. Selon ce que notre cerveau comprend, nous pourrons obtenir une expérience ou une autre.

C’est pour cela que nous pouvons parfois communiquer avec nous-mêmes en nous faisant du mal, sans même nous en rendre compte.

Notre cerveau associe des pensées à des images et le “NON” n’est pas intégré dans ces images.

Si vous voulez en avoir la preuve, vous pouvez vous dire “je ne vais pas penser à un éléphant rose” et vous verrez que vous venez tout juste de le visualiser dans votre tête.

Ce phénomène qui se produit dans notre esprit est appelé en psychologie “Théorie des processus ironiques” (Wegner, 1994).

La théorie de Wegner nous indique que les tentatives de contrôle des expériences internes sont souvent vouées à l’échec, car nous ne comprenons par la façon dont elles fonctionnent.

Ainsi, nous finissons par obtenir le contraire de ce que nous prétendions. C’est ainsi que nous générons l’opposé de ce que nous souhaitions contrôler.

Lorsque nous sommes préoccupés et blessés par un événement, se répéter à plusieurs reprises que nous ne voulons pas penser à cet événement en question ne va qu’intensifier le fait d’y penser.

La même chose se produit lorsque nous envoyons ces messages à d’autres personnes.

Prêtez attention aux messages que vous vous envoyez, transformez les négations en affirmations. Au lieu de dire : je ne vais pas penser à l’échec de cette réunion, je vais penser aux compliments que l’on m’a faits.
Partager

Bombilla encendida

Attirer ce que vous voulez au lieu d’éviter ce que vous ne voulez pas

Pour ne pas tomber dans cette erreur si commune d’attirer ce que nous souhaitions éviter, il est important de changer de perspective.

En d’autres termes, changer notre point de référence et guider de façon consciente nos pensées, en choisissant nous-mêmes le lieu dans lequel nous les laissons libres.

Lorsqu’il y a des pensées récurrentes au sujet d’une événement désagréable, nous pouvons utiliser les stratégies suivantes :

  • Parler de façon positive, en construisant des messages affirmatifs sur ce que nous souhaitons obtenir, au lieu de : “je ne veux pas penser à cette dispute avec mon conjoint”, dîtes : “je veux penser à quel point j’aime mon conjoint”.
  • Focaliser notre attention sur une activité plaisante : écouter de la musique que nous aimons, danser, cuisinier, pratiquer un sport, etc.
  • Si nous souhaitons changer quelque chose d’important, nous devrons faire quelque chose de différent, modifier nos habitudes et nos conduites qui maintiennent ce que nous n’aimons pas.
  • Penser et chercher ce que nous souhaitons obtenir, ce dont nous avons besoin et ce que nous aimerions attirer jusqu’à nous. Incorporer ces messages dans notre façon de communiquer.

En tentant de contrôler ce que vous souhaitez éviter dans votre vie, vous y penserez encore plus et vous finirez pas l’attirer.

Essayer de supprimer cette pensée n’est pas une solution et favorise même sa réapparition.

La stratégie la plus intelligente consiste à prêter attention à ce que vous voulez et à vous focaliser sur ce point, au lieu de prétendre l’éviter.

A découvrir aussi