Familles monoparentales : forces et vulnérabilités

· 29 juin 2018

Il existe aujourd’hui une grande diversité de structures familiales qui ont peu ou rien à voir avec le concept plus traditionnel. L’une des nouvelles typologies émergentes est celle des familles monoparentales. Elles se caractérisent par l’absence de l’un des adultes formant originellement cette typologie traditionnelle (père, mère et enfants).

La famille monoparentale possède, à l’instar des autres types de famille, ses propres particularités la différencient des autres archétypes, tels que la famille nucléaire. L’une de ces particularités résulte dans le fait que de nombreux enfants ont dû, avant de l’accepter, vivre une situation de conflit créé et soutenu par leurs parents. Mais il existe de nombreuses autres différences. Ces différences révèlent le processus d’adaptation que ce type de famille a dû réaliser au cours des dernières décennies pour s’intégrer pleinement dans la société. Ainsi que celles ayant dues être réalisées par la société, avec plus ou moins de résistance, pour les accueillir.

Sous-types de familles monoparentales

Ce type de structures familiales se compose d’un adulte ayant assumé la responsabilité d’un ou de plusieurs enfants. Le concept est cependant très large. Il englobe en effet un grand nombre de formes de conformation. Ce peut être :

  • Un père ou une mère qui s’est séparé et vit dans la même maison avec un ou plusieurs enfants
  • Un homme d’âge avancé, veuf, qui vit avec un enfant en pleine adolescence
  • Une femme ou un homme célibataire qui décide d’adopter
  • Une adolescente ayant eu un bébé et décide de rester dans la maison familiale pour élever son enfant
familles monoparentales