Comment faire face à un-e chef-fe toxique ?

2 mars 2017 dans Psychologie 0 Partagés

Comme le disait Karl Marx, « l’ouvrier a davantage besoin de respect que de pain ». Malheureusement, il ne s’agit pas là d’une réalité aussi irréfutable que l’affirmation du penseur…dans la plupart des pays du monde. Le-a chef-fe toxique reste une figure très commune et fréquente dans le panorama actuel.

Lorsque nous parlons de chef-fes toxiques, nous faisons référence à ces personnages avec du pouvoir qui pensent avoir des droits sur notre vie. Des personnes qui se considèrent bien au-delà du bien et du mal et qui usent de tout type de ressources, parfois peu licites, pour maintenir le contrôle sur l’employé-e.

Lorsque nous parlons de chef-fes toxiques, nous faisons référence à des leaders injustes qui peuvent même réussir à faire en sorte que vous détestiez cette profession que pourtant vous aimiez tant. Cependant, ces types de profils qui peuvent parfois même en arriver à nous faire perdre le sommeil ont des points faibles, et dans cet article, nous allons vous les présenter.


« Se dire chef et ne pas l’être, c’est le comble de la misère. »

– Simón Bolívar –


Les types de chef-fes toxiques

Tout d’abord, nous allons établir et lister les différents types de chef-fes toxiques que l’on peut rencontrer. Il n’y qu’en étant capables de les identifier que nous pourrons rejeter leur influence négative. Pour ce faire, nous avons décidé de nous baser sur l’oeuvre de l’écrivain Vijay Nair, The Boss is Not Your Friend (en français, « Votre chef-fe n’est pas votre ami-e »).

Vijay Nair insuffle à son oeuvre un puissant sens de l’humour, sans pour autant perdre la rigueur dans son travail. Cet écrivain analyse très habilement les leaders les plus déplorables de l’organigramme entrepreneurial indien. C’est pourquoi nous nous sommes fié-e-s à ses écrits, car sans quelques sourires et éclats de rire, il serait bien difficile de digérer ces tristes situations.

Le-a chef-fe arriviste

Pour Nair, il existe 5 types principaux de chef-fes toxiques. Le plus curieux et le plus habituel, généralement, est celui du/de la chef-fe arriviste. Ce personnage est facile à identifier, car il a pour habitude de s’emparer des bonnes idées des autres. Mais il n’en reste pas là : en plus de son incapacité, généralement, il accuse les employé-e-s de ses propres erreurs ainsi que de sa propre inefficacité.

Le-a chef-fe peu sûr-e de lui/d’elle

Un autre type de chef-fe toxique est celui du/de la chef-fe peu sûr-e de lui/d’elle. Cette catégorie de leader cherche généralement à s’entourer d’un groupe d’allié-e-s qui le suivent partout où il va. Ce-tte chef-fe fait de ses seconds des gardes, dont le rôle est de surveiller tout ce qu’il se passe autour de lui/d’elle ; en effet, iel craint que les employé-e-s qu’iel a à sa charge ne puissent se retourner contre lui/elle à tout moment.

Le-a chef-fe bourreau de travail et le-a paresseux-se

Voyons maintenant deux types de chef-fes toxiques qui font partie d’un même continuum, dont chacun-e occupe un extrême ; d’un côté, nous avons le-a chef-fe bourreau de travail, un personnage dont la vie se résume et se cantonne à son travail et qui part du principe qu’il en va de même pour vous. Face à lui/elle, nous trouvons le-a chef-fe paresseux-se, qui attendra toujours de vous que vous fassiez votre travail, mais aussi le sien.

Le-a chef-fe arrogant-e

Enfin, nous avons un cinquième type de chef-fe toxique très commun : le-a chef-fe arrogant-e. Vous n’entendrez jamais les personnes présentant ce type de profil s’excuser, car elles sont incapables de se tromper. De plus, elles n’ont pas non plus pour habitude d’écouter qui que ce soit d’autre qu’elles-mêmes.


« Si vous n’avez pas de chef, alors vous avez bien plus de chances d’être heureux. »

– Eduardo Punset –


Comment lutter contre un-e chef-fe toxique

La première étape est franchie : nous disposons désormais de toutes les informations nécessaires pour identifier un-e chef-fe toxique. Ce détail est important si l’on veut savoir comment lutter contre ces différents profils. Or, que peut-on faire pour qu’ils ne nous affectent pas directement et personnellement ? Pour ce faire, nous vous recommandons de suivre les conseils suivants :

  • Ne vous impliquez jamais personnellement : vous ne devez jamais réagir face aux abus, aux critiques ou à l’injustice dont vous pouvez faire l’objet de façon émotionnelle. Si vous gardez votre calme, en évitant l’affrontement et en optant pour une attitude hiératique, votre chef-fe trouvera très certainement une autre cible sur laquelle passer sa colère.
  • Si la situation persiste, tentez d’établir un dialogue avec votre chef-fe : autrement dit, plutôt de vous confronter à lui/elle, parlez-lui. Essayez de le-a comprendre et de savoir exactement ce qu’iel veut. Si vous savez ce qu’iel attend de vous, il sera plus simple pour vous de vous plier à ses exigences.
  • Rien ne sert de vous dire que vous pouvez changer un-e chef-fe toxique : généralement, ce sont des personnes conflictuelles aussi bien dans l’environnement professionnel que dans l’environnement personnel. Vous ne pourrez donc pas le-a faire changer d’attitude, c’est pourquoi tout ce que vous devez faire, c’est naviguer sur les eaux troubles de ses humeurs et attendre que l’orage passe.
  • N’oubliez pas que votre chef-fe n’est pas votre ami-e : qu’iel agisse donc comme iel l’entend, cela ne doit pas être un obstacle qui puisse vous empêcher de rester professionnel-le. Faites votre travail du mieux que vous savez et pouvez le faire, et comportez-vous comme une personne éduquée et capable.

3 conseils qui pourront vous permettre de lutter contre les chef-fes toxiques

D’autre part, tenez également compte des conseils suivants :

  • Veillez à toujours avoir une copie écrite de chaque document : imprimez les e-mails et faites-vous une copie de tous de tous les documents qui passent entre vos mains, car tout cela pourrait bien vous être grandement utile si un jour le conflit entre vous et votre chef-fe prend de l’ampleur.
  • Dans votre vie personnelle, profitez et oubliez le travail : c’est un exercice très complexe, mais pourtant nécessaire. Lorsque vous n’êtes pas sur votre lieu de travail, oubliez vos problèmes professionnels. Sinon, tout ce que vous arriverez à faire, c’est transformer votre vie en un enfer.

  • Si rien de tout cela n’a d’effets positifs, il vous reste alors une ultime option consistant à démissionner : si votre chef-fe vous rend la vie impossible et que même lorsque vous rentrez chez vous, vous n’arrivez pas à relâcher la pression, il est préférable pour votre santé mentale et physique de quitter cet emploi, sinon la situation ne fera qu’empirer*.

Ces conseils que nous donne Vijay Nair peuvent nous être très utiles pour pouvoir exécuter notre travail sans qu’un-e chef-fe toxique ne nous affecte démesurément. Si un jour, vous rencontrez une de ces situations ou un de ces personnages, n’hésitez pas à appliquer ces conseils !

*Note éditoriale : nous savons que le marché du travail actuel, il est difficile de quitter un emploi et d’en retrouver un nouveau facilement et rapidement. Si vous ne pouvez pas vous permettre de démissionner pour des raisons financières, nous vous recommandons de chercher un autre travail tout en conservant votre poste. Il est bien plus efficace d’adopter cette attitude plutôt que de se plaindre quotidiennement, puisque vous essaierez alors de sortir de façon active de cette situation tout en gardant espoir.

A découvrir aussi