Les enfants doivent-ils ou non dormir avec leurs parents ?

Les enfants doivent-ils ou non dormir avec leurs parents ?

Dernière mise à jour : 22 juin, 2017

Dormir est une des fonctions physiologiques les plus agréables qu’a l’être humain à sa disposition. En plus du plaisir d’un bon sommeil, dormir est indispensable pour garder de l’énergie, assurer la consolidation et l’apprentissage d’une nouvelle information et aussi d’améliorer les défenses immunitaires et endocriniennes.

Quand nous naissons, nous devons d’abord passer par un processus d’adaptation jusqu’à ce que nous consolidions notre sommeil. Un bébé dort difficilement toute une nuit d’affilée et les réveils nocturnes accompagnés de pleurs sont très fréquents. Et ceux-ci, la plupart du temps, finissent par réveiller à leur tour les parents qui ne savent pas quoi faire pour que leur enfant dorme bien.

La seule solution qui existe est d’avoir une bonne dose de patience et de ne pas oublier que comme tout être humain, l’enfant finira tôt ou tard par s’endormir.

Une tendance s’est développée récemment appelée “éducation avec attachement naturel” qui encourage le fait que les enfants, pour ne pas souffrir, doivent dormir dans le lit de leurs parents jusqu’au jour où ils décident d’en partir.

Ce courant, qui est de plus en plus pratiqué en Occident, a généré une grosse controverse, et il existe des parents qui le défendent à corps et à cris alléguant que cela aura des répercussions satisfaisantes sur la confiance en elleux et l’estime d’elleux-mêmes des petit-e-s, et d’autres qui ne sont pas du tout d’accord.

D’où vient l’idée de dormir avec les parents ?

Les défenseur-e-s de ce type d’éducation se basent sur les études réalisées par le psychanalyste John Bowlby. Il a développé ce qu’on connaît aujourd’hui comme la “théorie de l’attachement”, mais la bonne ou la mauvaise nouvelle, c’est que cela n’a rien à voir avec ce que promeut l’éducation avec attachement.

Bowlby est né à Londres, dans une famille de classe aisée. Son père fut chirurgien à la Chambre Royale Britannique. Comme il était d’usage à cette époque, il fut pris en charge par une nourrice, qui fut sa principale source d’attachement. Il voyait très peu ses parents.

À l’âge de 4 ans, il fut séparé de sa nourrice et il a décrit cette séparation comme quelque chose de tragique. Plus tard, à 7 ans, il fut envoyé à un internat où il se sentait très anxieux et peu sûr de lui.

Bowlby a découvert l’importance de ce lien en observant que les enfants qui souffraient d’une extrême privation d’attention et de tendresse étaient plus enclins à l’échec scolaire et social, aux problèmes mentaux et aux maladies chroniques.