"Don't F*** with Cats" : l'obscurité du net

13 avril, 2020
Dans cet article (contient des spoliers), nous parlons d'un thriller délirant et savoureux, basé sur des faits réels. Cette série documentaire parle d'un psychopathe qui tue des chats et qui publie les vidéos des meurtres sur le web. Certains internautes l'observent et enquêtent sur lui en quête de justice.

Don’t F*** with Cats est le meilleur titre possible pour cette série délirante qui vous accroche dès la première minute. Soudain, des vidéos inquiétantes d’abus de chats vont mettre certains internautes sous pression. Ils s’associeront et enquêteront sur les personnes qui pourraient être derrière ces actes abominables. Leur enquête sera bien plus avancée que celle de la police.

Ce documentaire, Don’t F*** with Cats, se base sur des événements réels. Il suit l’histoire du tueur canadien Luka Magnotta. Il raconte l’histoire d’un groupe d’internautes qui a lancé une campagne pour capturer Magnotta.

Don’t F*** with Cats : qui est Luka Magnotta ?

Magnotta, de son vrai nom Eric Kirk Newman, est né en 1982 à Toronto, de parents adolescents. Ses parents se sont séparés et il y a des histoires différentes et contradictoires sur son enfance.

La mère de Luka, Anna Yourkin, a décrit son père comme un “fier nazi” et son mari comme un conjoint violent. Le père de Luka, lorsqu’il a témoigné au procès de son fils, s’est décrit comme schizophrène et a attribué les abus dans la famille à son ancienne femme, la mère de Luka Magnotta.

L’éclatement de la famille et le harcèlement scolaire

Sa mère s’est remariée, mais a également décrit son nouveau mari comme un homme violent. Scolarisé à domicile jusqu’au lycée, Magnotta a été sévèrement harcelé lorsqu’il a fréquenté l’école. Il a abandonné avant d’avoir obtenu son diplôme. Il a passé du temps dans des hôpitaux psychiatriques et a vécu dans un foyer.

Lors d’une visite à l’hôpital alors qu’il était encore adolescent, Magnotta a déclaré qu’il avait des hallucinations. On lui a diagnostiqué une schizophrénie paranoïaque.

Dans l’un de ses premiers crimes documentés, Magnotta a été condamné pour fraude en 2004. Il a volé la carte de crédit d’un ami et a accumulé environ 17 000 $ de frais. Il a commencé une carrière infructueuse comme acteur et mannequin, strip-teaseur, escorte et acteur porno.

Don’t F*** with Cats

Don't F*** with Cats

Ce qui surprend le plus dans cette série de documentaires, c’est qu’elle se déroule comme un véritable thriller, avec des rebondissements que personne ne verra jamais venir et un casting de héros d’Internet dont l’esprit vous étonnera. Mais c’est certainement la révélation de l’identité du tueur qui surprendra tout le monde.

Un garçon, deux chats

Tout commence avec Deanna Thompson, une analyste de données de casino de Las Vegas obsédée par Internet. Deanna a trouvé en 2010 une vidéo intitulée 1 garçon, 2 chatons. Le clip montre un jeune homme en sweat-shirt à capuche qui tue deux chatons et les place dans un sac scellé sous vide.

Horrifiée par ce qu’elle venait de voir, elle a lancé une protestation en ligne et a créé un groupe pour trouver le tueur impitoyable. Par l’intermédiaire d’un groupe Facebook, elle a contacté John Green, un homme de Los Angeles également scandalisé par la vidéo.

Exposition de chats

Ce jeune homme ne s’est pas arrêté et a posté une vidéo : il a donné à manger à un python un chaton sans défense. Après cela, il a publié une troisième vidéo de chats nouveau-nés se noyant cruellement. Deanna Thompson et John Green savaient qu’ils devaient l’arrêter avant qu’il ne passe à sa prochaine victime, qui pourrait déjà être une personne.

En utilisant divers outils technologiques, tels que Google Maps et les données GPS intégrées dans une photo, ils ont finalement trouvé un nom et un lieu : Luka Magnotta de Toronto, au Canada. Cependant, c’était une course contre la montre. Ce jeune homme était prêt pour un crime plus grave, et la police ignorait encore les plaintes des internautes.

Un fou, un pic à glace

En 2012, Luka Magnotta a fait venir Jun Lin, un étudiant chinois en ingénierie, dans son appartement à Montréal. Là, il l’a agressé sexuellement, l’a poignardé à plusieurs reprises, l’a massacré et démembré. Il a même mangé certaines de ses parties, tout cela devant une caméra. Il a ensuite téléchargé la vidéo sur Internet.

Plus tard, le corps démembré de Jun Lin a été retrouvé avec plusieurs preuves incriminantes. De plus, Magnotta a envoyé le corps de l’homme mort au siège du Parti libéral et conservateur à Montréal.

La façon dont il a réussi à être arrêté est l’intrigue de la série elle-même, ce qui lui donne du rythme et de la cohérence. C’est pourquoi il est préférable de ne pas le révéler dans cet article. Il suffit de souligner l’incroyable courage et l’intelligence des internautes pour traquer Luka, avec une police qui était loin de le retrouver.

Luka Magnotta dans Don't F*** with Cats

Don’t F*** with Cats : où est Luka Magnotta maintenant ?

Luka Magnotta a affirmé n’être qu’une victime et que derrière tout cela se trouvait un étranger nommé Manny. Cependant, les enquêtes n’ont pas confirmé l’existence de cet homme et il a été déterminé que la seule personne responsable de tout était Magnotta. En décembre 2014, on l’a reconnu coupable de meurtre au premier degré et condamné à la prison à vie.

Magnotta purge actuellement sa peine de prison à la prison de Port-Cartier au Québec. En 2017, il a épousé un autre détenu condamné pour meurtre.

Dans la série Netflix, les enquêteurs de la police et les détectives amateurs du web émettent l’hypothèse que Magnotta, était fasciné par les tueurs en série et par des films comme Basic Instinct et American Psycho. La conclusion est qu’il a commis ses crimes par un désir pervers de notoriété et de célébrité.

La famille de Lin Jun est venue de Chine pour le procès de Magnotta et son père, Lin Diran, a fait une déclaration déchirante. “En une nuit, nous avons perdu l’espoir de toute une vie.

Je suis venu voir votre système de procès pour que justice soit faite et je repars satisfait de ne pas avoir laissé tomber mon fils. Je suis venu pour savoir ce qui est arrivé à mon fils cette nuit-là et je pars sans une réponse vraie ou complète. J’étais venu pour voir des remords, pour entendre une forme d’excuse, et je pars sans rien”, a-t-il écrit.