Diversité fonctionnelle : une nouvelle perspective sur le handicap

1 janvier 2018 dans Psychologie 37 Partagés
Diversité fonctionnelle

Le handicap est une condition affectant un certain nombre de personnes. L’existence de ce dernier peut résulter de causes multiples, qu’elles soient liées à la génétique ou l’histoire de la vie de la personne. Nous avons rencontré tout au long de l’histoire de nombreux modèles cherchant à l’expliquer. Nous traiterons dans cet article du modèle de diversité fonctionnelle.

Avant de parler de ce que signifie le concept de diversité fonctionnelle et de son utilité, il est nécessaire de comprendre l’histoire du concept. Nous aurons ainsi une idée de la manière dont a évolué le concept que la société a des personnes handicapées. Nous trouvons différents modèles lors de ce voyage : de la démonologie à la perspective moderne de la diversité fonctionnelle .

Les principes historiques du handicap

Le concept de handicap a évolué à nos côtés tout au long de l’histoire. Les facteurs culturels, médicaux, technologiques et sociaux de chaque époque ont influencé la définition et les attentes que la société a généré autour de lui.

personne handicapée tenant la main d'une autre personne

Au Moyen Age, le handicap était perçu comme une punition des dieux. Il s’agit d’un modèle démonologique dans lequel quiconque présentait une altération de la normalité était considéré comme étant possédé par le mal ou par un démon. Dans cette société, les personnes handicapées étaient détenues ou isolées dans le meilleur des cas, allant même jusqu’à les tuer afin de les éloigner du reste de la population et pour que le mal ne se propage pas.

Dans le cas du modèle organiciste, bien que ses origines remontent à Hippocrate et Galeano, son essor ne s’est réalisé qu’au XXe siècle. Il s’agit d’un modèle basé sur la pathologie physique et organique. Si une personne souffre d’un handicap, il est considéré que cela est dû à une défaillance de son organisme. À partir de ce modèle, les personnes handicapées sont considérées comme quelque chose dont il faut prendre soin et protéger. Elles perdent leur autonomie et leur indépendance, l’institutionnalisation constituant leur  seule possibilité pour recevoir de l’attention.

Les modèles modernes inhérents à la diversité fonctionnelle

Dans la période d’après-guerre, eu égard aux multiples conséquences de cette dernière, la société dut faire face à une augmentation du taux d’invalidité, ayant d’une certaine manière à assumer le défi de réintégrer ces personnes dans la société ; c’est ici que né le modèle socio-environnemental. Ce modèle considère les personnes handicapées comme des individus sociaux destinés à revenir à une vie normale. A cette époque, le traitement était la création d’aides techniques destinées à ce que ces personnes puissent interagir avec leur environnement dans les meilleures conditions possibles.

Nous maintenons aujourd’hui un modèle de réadaptation du handicap. Modèle dans lequel nous considérons l’individu comme actif, autonome et indépendant, impliqué dans un processus de réhabilitation et motivé dans la participation sociale en tant que citoyen à part entière. Ce modèle accorde une grande importance au rôle des professionnels qui entourent la personne handicapée, mais il se concentre peu sur les facteurs environnementaux générant cette situation d’invalidité.

Cela explique pourquoi est apparue la perspective du modèle intégrateur en tant que réponse. Ce modèle ne se concentre plus sur la façon dont nous pouvons changer la personne pour qu’elle s’adapte à la normalité. Ce modèle perçoit le handicap comme une diversité fonctionnelle, et un éventuel manque d’adaptation serait simplement la conséquence logique d’un rejet inhérent au contexte dans lequel la personne doit se développer. Ce modèle cherche à rompre avec les favoritismes de la normalité en insistant sur la différence et non sur le manque.

Qu’est-ce que la diversité fonctionnelle ?

Le concept de diversité fonctionnelle vient rompre avec l’idée selon laquelle les personnes handicapées souffrent d’un trouble qui les handicape. La société serait celle qui catalogue ces personnes en tant que personnes handicapées.

Le danger ne résiderait plus seulement dans la catégorisation et ses connotations, mais surtout dans le fait que ce serait précisément la société elle-même qui imposerait ces conditions auxquelles la personne handicapée ne pourrait pas s’adapter. Il s’agit d’une idée constructiviste, facile à comprendre à travers l’affirmation suivante : si tout le monde était aveugle, être aveugle ne serait pas un problème : la société adapterait le contexte à la cécité.

C’est la société qui exclut les individus ayant une diversité fonctionnelle et les éloigne de la « normalité » en ne créant pas de produits, de ressources ou d’outils qui leur sont accessibles. Cette exclusion présente un certain pragmatisme dans la mesure où il est plus commode de prendre en compte la majorité que de penser à l’universalité de la population. Mais en faisant cela, nous attribuons des troubles invalidants aux personnes qui n’ont pas de raison de les subir.

diversité fonctionnelle

Conception universelle

C’est ici que qu’apparaît l’idée de conception universelle, terme inventé par l’architecte Ronald L. Mace. L’objectif est de tenter d’expliquer que la création de produits ne devrait pas se faire en pensant à une majorité « normale » et ensuite l’adapter aux autres. Lors de la conception de notre monde, nous devrions prendre en compte la totalité des individus existants.

La conception universelle est composée de sept principes de base :

  • Utilisation équitable : elle doit pouvoir être utilisée par des personnes ayant des compétences ou des aptitudes différentes.
  • Flexibilité : la conception devrait s’adapter un large éventail de personnes ayant des goûts et des capacités différents.
  • Utilisation simple : le mode d’utilisation doit être facile à comprendre et à apprendre.
  • Information perceptible : la conception communique efficacement l’information nécessaire à son utilisation
  • Tolérance aux erreurs : la conception minimise les possibles incidents résultant du hasard et les conséquences défavorables imprévues.
  • Effort physique minimum : elle doit pouvoir être utilisée efficacement de manière confortable en générant un minimum de fatigue.
  • Taille appropriée : elle doit avoir une taille appropriée pour son approche, son utilisation et sa portée.

À l’heure actuelle, nous sommes loin du fait que la majorité de la population comprenne ce que signifie la diversité fonctionnelle. Mais marcher vers cette utopie de conception universelle peut nous aider à éliminer le handicap du monde. Quelque chose qui permettrait une amélioration considérable de la qualité de vie pour de nombreuses personnes actuellement exclues d’une vie autonome et indépendante.


A découvrir aussi