Différences entre la démence corticale et sous-corticale

22 mai, 2020
Toutes les démences ne sont pas identiques. Leur gravité et leur détérioration dépendent, physiologiquement, de leur emplacement. Ainsi, les démences situées dans les zones corticales n'auront pas le même impact sur la personne que celles situées dans les zones sous-corticales.
 

Quand on parle de démence, on parle de déficience cognitive globale progressive. Contrairement à ce que beaucoup de gens peuvent penser, le vieillissement n’est pas une cause de maladies neurogènes et bien qu’il y ait comorbidité, il n’y a pas de causalité. Qu’est-ce donc que la démence corticale ?

De fait, 30 % des patients atteints de la maladie de Parkinson sont atteints de démence, mais les 70 % restants ne le sont pas. Mais les démences sont-elles toutes les mêmes ? La réponse est non. Il existe deux types de démence, associés à des diagnostics différents. C’est pourquoi, dans cet article, nous allons discuter des différences entre la démence corticale et la démence sous-corticale.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la démence équivalait à une détérioration intellectuelle progressive. En 1987, l’APA (American Psychological Association) a établi un critère de diagnostic. Les troubles cognitifs doivent s’accompagner d’une détérioration de la mémoire et d’au moins un des déficits suivants :

  • Aphasie
  • Apraxie
  • Agnosie

En 2012, le terme de démence a été supprimé et remplacé par celui de trouble neurocognitif.

Une femme touchée par la démence corticale regardant par la fenêtre
 

La maladie d’Alzheimer : une démence corticale

Les différences entre la démence corticale et sous-corticale commencent par la localisation de l’affection. Dans la maladie d’Alzheimer, le prototype de la démence corticale, il y a une prédominance temporo-pariétale corticale (Gustafson, 1992). Par conséquent, ces démences présentent souvent des déficits de la mémoire à court terme, de la mémoire épisodique et de la fluidité verbale.

Mais la maladie d’Alzheimer n’est pas la seule démence corticale qui existe. On trouve aussi des démences dues à la maladie de Pick ou à la démence à corps de Lewy, cette dernière étant la troisième cause de démence, derrière la maladie d’Alzheimer et la démence vasculaire.

Les caractéristiques de la démence corticale

Nous prendrons la maladie d’Alzheimer comme référence pour expliquer certaines des conséquences qu’une démence corticale peut avoir sur la cognition de ceux qui la subissent. Nous pouvons mettre en évidence :

  • Une diminution de la mémoire à court terme. La mémoire à court terme, qui n’implique pratiquement aucune opération cognitive, est déficiente. Des tests tels que le test de l’amplitude des chiffres présentent des résultats qui reflètent une détérioration souvent liée à la gravité de la démence
 
  • Détérioration de la mémoire épisodique. Dans la mémoire à long terme, on trouve dans les démences corticales une altération de la mémoire épisodique. C’est l’une des caractéristiques les plus représentatives de la démence corticale. Il s’agit de la mémoire liée à la conservation des événements autobiographiques de la vie d’une personne
  • La fluidité verbale dans la mémoire sémantique. La fluidité verbale est également problématique dans la mémoire à long terme. Les personnes atteintes de démence corticale peuvent trouver aléatoire de générer des mots dans une catégorie sémantique. Par exemple, si on leur demande de dire des mots qui peuvent entrer dans la catégorie « animal », ils s’acquitteront de cette tâche moins bien que si on leur demande de générer des mots avec une lettre particulière. En effet, cette dernière tâche représente une fluidité verbale phonologique et non sémantique
  • Problèmes de dénomination. Il est entendu, d’après leurs problèmes d’aisance verbale, que les patients atteints de démence corticale ont des problèmes de dénomination des objets. Par conséquent, des tâches telles que les associés sémantiques (tigre pour le lion, ou chien pour le chat) sont mal exécutées

La maladie de Parkinson : démence sous-corticale

Parmi les différences entre la démence corticale et la démence sous-corticale, nous constatons que la démence sous-corticale se développe dans des zones telles que les ganglions basaux ou l’hippocampe.

 

Il existe des altérations cognitives en ce sens que la zone préfrontale est massivement reliée aux zones sous-corticales, et l’état de ces dernières implique une désactivation fonctionnelle du cortex.

Les démences sous-corticales quintessencielles sont la maladie de Huntington et la maladie d’Alzheimer. Cependant, la démence n’apparaît pas toujours dans ces deux conditions. De fait, seuls 20 à 30 % des patients atteints de la maladie de Parkinson ont des critères de diagnostic suffisants pour diagnostiquer la démence.

Les clés de la démence sous-corticale

A cette occasion, nous nous pencherons sur les maladies de Parkinson et de Huntington pour exposer les principales caractéristiques de la démence sous-corticale. Certains d’entre eux le sont :

  • Une déficience motrice. L’une des principales caractéristiques de la démence sous-corticale, contrairement à la démence corticale, est la présence d’un trouble moteur grave, caractérisé par un ralentissement et une perte d’équilibre. Bien que nous nous carcatériserons respectivement la maladie de Parkinson ou de la maladie de Huntington par les tremblements au repos ou la chorée, en réalité ces deux démences sous-corticales impliquent une hypokinésie (mobilité mineure), une akinésie (immobilité) ou une bradykinésie (mouvements lents). Cela s’observe également dans les traits inexpressifs, puisque la mobilité du visage est également perdue
 
  • Des altérations émotionnelles. Dans les démences corticales, des altérations émotionnelles peuvent apparaître en raison de l’hypothèse même de la maladie. Dans le cas des démences sous-corticales, ces changements insidieux de la personnalité peuvent se produire des années avant que la démence ne commence à s’exprimer. Ces personnes peuvent être irritables, apathiques ou sexuellement désintéressées, entre autres
  • Des troubles de la mémoire. Dans les démences sous-corticales, il y a un déficit fondamental de récupération. La grande différence avec les démences corticales est que dans les démences sous-corticales, la capacité à apprendre de nouvelles informations est maintenue pendant longtemps

La gravité des démences corticale et sous-corticale

Certes, les différences entre les démences corticale et sous-corticale sont remarquables. Cependant, la grande différence que nous pouvons constater est la gravité des deux et leur impact sur la vie quotidienne de la personne. Bien que toutes les altérations des deux types de démence n’aient pas été exposées, on observe une altération cognitive plus faible dans les démences sous-corticales que dans les démences corticales.

Les différences ne se limitent pas à l’importance de la déficience cognitive. Elles sont également basées sur la non-présence, dans le cas des sous-corticales, d’aphasie, d’agnosie et d’apraxie, ce qui se produit dans la démence corticale.

Une femme posant la main sur l'épaule de sa mère souffrant de démence corticale
 

Conclusions : deux démences très différentes

En résumé, il semble nécessaire de rappeler que les principales différences entre les démences corticales et sous-corticales se situent au niveau des capacités exécutives centrales, de la mémoire et du langage. Dans le cas des corticales, les capacités exécutives sont conservées, comme la planification ou la résolution de problèmes. Mais on remarque une amnésie sévère et un langage avec des caractéristiques aphasiques.

Dans le cas des démences sous-corticales, celles-ci présentent des capacités exécutives très altérées dès le début, une mémoire avec un léger oubli et un langage sans aphasie, peut-être avec une production excessive. Les deux démences convergent en termes de capacités perceptuelles et visuospatiales. Dans les deux cas, elles sont altérées.

Sevilla, C. y Fernández C. Capítulo 20: Demencias, clasificación etiológica y diferenciación cognitiva.