Dans l'essence de s'aimer est l'art de déplaire aux autres

Une partie très importante des soins personnels consiste à s'aimer et à se respecter. Lorsque nous regardons à l'intérieur et que nous faisons cet exercice consistant à fixer des limites et à réorganiser les priorités, nous pouvons abandonner certaines responsabilités qui ne nous appartiennent pas.
Dans l'essence de s'aimer est l'art de déplaire aux autres

Dernière mise à jour : 16 novembre, 2022

Pour chaque personne surchargée de responsabilités et de tâches, il y en a une autre qui vit plus légèrement et sans trop de soucis. Si cela se produit régulièrement, il arrivera un moment où la première personne commencera à être très fatiguée, à abandonner des activités qui lui sont précieuses, à se sentir anxieuse et désespérée. Ce sera ce moment où elle dira sûrement : « ça suffit, il est temps de s’aimer davantage ! ».

Et ce sera là, lors de ce moment de lucidité, que la personne commencera à se réveiller de sa léthargie comme une belle endormie. Elle le fera en prenant conscience de la situation, en observant le contexte qui l’entoure et en commençant à se demander quel rôle elle joue elle-même dans la situation.

Espérons que si la Belle au bois dormant décidait de se réveiller, elle commencerait à essayer de se débarrasser de certains des fardeaux qu’elle portait et qu’elle supposa être les siens. Dans ce casting, quiconque vécut heureux sans cette responsabilité peut ne pas apprécier et se mettre en colère d’avoir cette tâche entre ses mains.

Femme anxieuse ayant du mal

L’art de s’aimer et d’écouter nos émotions

Le jour où Blanche-Neige ouvre les yeux, la première chose qu’elle voit est un cercueil de verre. Si vous avez vu le film Buried (enterré), lorsque le protagoniste est piégé dans un cercueil sous des couches et des couches de terre, la première chose qu’il ressent n’est pas le bonheur.

Lorsque vous vous rendez compte que vous êtes pris au piège et enterré sous un bon tas de tâches, il est normal de ressentir de l’angoisse, de l’anxiété, de la tristesse, de la colère, etc. L’un des grands défis que les princesses Disney vont rencontrer est d’analyser ces émotions désagréables et d’essayer de comprendre quel message leur est associé.

L’anxiété, bien qu’agaçante, n’est pas dangereuse. En fait, pendant des milliers d’années, elle nous aida à survivre. Elle apparaît pour nous avertir des situations dangereuses qui peuvent nous arriver. S’attaquer à cette anxiété, la ressentir et arrêter de faire ce qui peut la causer est un acte d’amour-propre.

Condamner et blâmer l’anxiété d’être dans notre corps, c’est comme condamner le messager pour nous avoir donné une lettre dont nous n’aimons pas le contenu.

Le prix d’être la gentille fille ou de sauver les autres

Si Mulán avait été une bonne fille et avait essayé de se conformer aux mandats familiaux et aux rôles sociaux imposés, elle ne se serait jamais enrôlée dans l’armée et nous n’aurions ni légende ni film. Agir pour ne pas décevoir les autres, surtout ceux que l’on aime, est un bon premier pas pour se surcharger jusqu’à mourir enterré.

Derrière un rôle de gentille fille ou un rôle de sauveuse, il y a généralement une peur désespérée qu’on cesse de nous aimer et le plaisir de plaire à qui l’on aime. En psychologie, nous appelons cela le bénéfice secondaire du symptôme. C’est-à-dire que si une personne maintien un comportement, bien qu’il soit nocif pour elle-même, c’est généralement parce qu’il y a quelque chose de plus puissant qui renforce ce comportement.

Être la personne qui prend tout en charge implique, d’une part, que cette personne devienne “indispensable” et soit appréciée pour cela. En fait, ils utilisent souvent des phrases telles que : « si je ne le fais pas, personne ne le fait », « je ne sais pas ce qui t’arriverait sans moi » ou « quand j’arrêterai de le faire, tu verra comme je te manquerai”, notamment. D’autre part, cela implique aussi d’éviter les situations désagréables. Comme les disputes, ou les émotions désagréables, comme la peur de décevoir l’autre ou de ne pas être aimé.

Ces rôles ne sont pas pleinement exercés consciemment par ceux qui les exécutent. Pointer du doigt la princesse et supposer qu’elle est la seule responsable de tenir ce rôle reviendrait à pointer le ciel et à ne regarder que le doigt. Chaque personne vit dans un contexte social, culturel et familial. C’est ce contexte qui peut favoriser ou non le comportement.

Je ne veux pas te déplaire, mais je ne veux pas non plus me trahir.

Pour poursuivre avec les princesses Disney, prenons le cas d’Ariel comme exemple. Lorsque la petite sirène voulut sortir de l’eau, elle ne cherchait pas à énerver son père ou à inquiéter Sebastian. Elle voulait simplement explorer au-delà de ce qu’elle avait connu jusqu’à présent.

Lorsqu’une personne fixe des limites et commence à travailler sur ses soins personnels, elle ne le fait pas pour contrarier qui que ce soit. Elle le fait comme une justification de son estime de soi et de sa fidélité envers elle-même. Parfois, s’aimer et prendre soin de soi nécessite de faire l’effort d’avoir à supporter la déception de ceux qui étaient auparavant satisfaits.

Je veux t’aimer sans m’attacher. T’apprécier sans te juger. Te rejoindre sans t’envahir. T’inviter sans t’exiger. Te laisser sortir de ma vie sans culpabiliser. Te critiquer sans te culpabiliser, et t’aider sans offenser. Si je peux obtenir le même accord, nous pouvons nous rencontrer vraiment et nous enrichir l’un l’autre”.

-Virginie Satir-

Être la princesse qui prend tout sur son passage et le fait sien ou être celle qui sauve les princes enchantés par amour ou par reconnaissance peut avoir un prix très élevé. Tout l’amour et la gratitude des sept nains et du prince ne peuvent pas compenser le fait de finir vos jours dans un cercueil de verre.

Femme aux yeux fermés sur la plage

L’affirmation de soi en tant qu’allié

L’affirmation de soi est la capacité de savoir quels sont nos droits et nos devoirs par rapport aux autres. Elle est étroitement liée aux compétences sociales, à l’estime de soi et à l’évaluation que nous faisons de nous-mêmes et des autres.

Nous laissons généralement aux autres le soin de se sentir valorisés ou respectés dans une conversation. Et, en effet, il y a une partie de cela qui dépendra de l’autre. Cependant, une autre partie, celle que la personne peut contrôler et utiliser, dépend de soi.

Être clair sur nos limites, savoir quels fardeaux nous pouvons ou voulons assumer à chaque instant de notre vie et dans chaque relation, réfléchir aux raisons pour lesquelles nous assumons ces fardeaux, s’aimer et se faire respecter dans les relations avec les autres dépend en grande partie de soi.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
L’importance de s’aimer et de s’accepter
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’importance de s’aimer et de s’accepter

L'importance de s’aimer et de s’accepter tel que nous sommes est la clé de notre bien-être psychologique. Nous abordons ici le sujet.



  • Amat, V. (2018, 28 julio). EL ENIGMA DE LAS BELLAS DURMIENTES. Víctor Amat. https://victoramat.es/el-enigma-de-las-bellas-durmientes/
  • Gonzalez, A. (2020, 4 febrero). Lo bueno de tener un mal día: Cómo cuidar de nuestras emociones para estar mejor. Editorial Planeta.
  • Hilts, E. (2016, 4 febrero). Manual de la Perfecta Cabrona: Consejos para estar segura de una misma y no dejarse pisotear (001 ed.). DEBOLSILLO.
  • Mayer-Spiess, O. C. (2011, 19 octubre). La asertividad: expresión de una sana autoestima (Serendipity) (Spanish Edition). Desclée De Brouwer.