Coronavirus : pourquoi les gens achètent-ils du papier toilette ?

22 mai, 2020
L'un des comportements les plus frappants que nous observons dans le cadre de la crise actuelle du coronavirus est l'achat compulsif de papier toilette. A quoi cela est-il dû ? Voici les explications psychologiques de ce type de comportement.
 

S’il y a une chose que nous devons admettre à propos de la crise actuelle du COVID-19, c’est que nous sommes témoins d’un comportement d’un grand intérêt psychologique. L’un d’eux est sans doute la nécessité d’un stockage compulsif. D’acquérir des produits et de laisser les rayons des supermarchés vides. Les gens achètent du papier toilette en quantités industrielles et beaucoup d’entre nous se demandent pourquoi.

Au début de cette pandémie, la grande majorité de la population était confrontée à la nécessité d’acquérir des masques et du gel hydroalcoolique. La raison de ce comportement était logique et compréhensible : ils devaient se protéger. Nous étions impatients de disposer de cette barrière défensive contre la présence du virus, une priorité qui, comme nous le savons bien, est toujours très présente.

Mais quelle explication peut-on donner à ceux qui pénètrent désespérément dans une zone commerciale à la recherche de papier toilette ? Par ailleurs, une autre question se pose : pourquoi acquérir autant de quantités en un seul achat alors qu’il n’y a pas de problèmes d’approvisionnement ? Le fait d’accumuler ce produit semble offrir une tranquillité d’esprit mentale et émotionnelle à ceux qui l’achètent et le stockent.

 

Au-delà de l’ironie que cette situation peut transmettre, au-delà des blagues et des mèmes que nous avons vus à ce sujet, il y a une série d’explications que nous devrions connaître. C’est une réalité à fort impact psychologique qui agit comme un baromètre de l’état général de la population. Approfondissons le sujet.

Un homme avec un chariot rempli de papier toilette

Pourquoi les gens achètent-ils du papier toilette ? Voici les explications

Il y a un fait indéniable, le papier toilette n’est pas un bien de première nécessité. C’est-à-dire que ce n’est pas de l’eau ou de la nourriture qui peut garantir notre survie, et pourtant notre esprit moderne le considère comme essentiel. Nous donnons la priorité aux produits de nettoyage ou de toilette comme le savon, par exemple.

 

C’est un fait intéressant en soi et qui est en quelque sorte enraciné dans un facteur culturel et spécifiquement dans la culture occidentale. Une curiosité c’est que la population chinoise n’a pas présenté ce comportement. Ils n’étaient pas obsédés par l’acquisition compulsive de papier toilette. Ils savaient que s’il n’y avait pas de papier toilette, ils pouvaient utiliser des mouchoirs ou du sopalin.

Mais le cerveau occidental se comporte différemment en période de crise. Voyons donc quelles explications nous pouvons donner sur les raisons pour lesquelles les gens achètent du papier toilette de manière compulsive.

Un minimum de confort auquel nous ne voulons pas renoncer

Si nous devons rester à la maison pendant plusieurs semaines, nous voulons le faire avec un minimum de confort. De plus, si nous nous trouvions dans l’impossibilité de faire des achats, il y a un certain nombre de produits dont nous ne pourrions pas nous passer. Le papier toilette est l’un d’entre eux. De plus, il se trouve à la base de la pyramide des besoins fondamentaux.

 

Ce n’est pas quelque chose qui va nous nourrir, c’est vrai, mais le fait d’en avoir nous assure un minimum de dignité. C’est une chose à laquelle nous ne pouvons pas renoncer.

Les comportements irrationnels sont contagieux

Une chose que nous savons bien dans le domaine de la psychologie du consommateur est que le comportement d’achat est largement impulsif et irrationnel.

Il nous suffit de voir comment les autres se comportent lors de l’achat d’un produit pour que nous soyons intéressés. Nous ne l’imiterons peut-être pas à ce moment-là, mais à un moment donné, nous le ferons :

  • Les gens achètent du papier toilette non seulement parce que c’est un bien essentiel auquel ils ne peuvent pas renoncer, mais aussi parce qu’ils voient comment les autres l’acquièrent en masse
  • Les réseaux sociaux et la télévision nous montrent continuellement des gens avec des chariots remplis de papier toilette. L’effet de contagion est imparable
  • En même temps, il y a un autre phénomène : les rayons de ce produit sont grands, donc quand ils sont vides, cet écart génère un impact. Et surtout, il génère un sentiment de manque et de besoin d’acheter ce bien précieux
 
Un rouleau de papier toilette

Si les gens achètent du papier toilette en masse, je peux me retrouver à court de ce produit

Le fait que le volume d’achat de ce produit soit si élevé suscite une autre crainte : la possibilité de se retrouver en manque. C’est le poisson qui se mange la queue et qui alimente aussi une autre peur : celle du manque.

Très probablement n’avons-nous pas eu un besoin particulier d’accumuler ce produit chez nous. Mais le simple fait de voir son acquisition élevée nous pousse à penser que si nous ne nous dépêchons pas de l’acheter, nous n’en aurons plus.

Dans des contextes incertains, l’achat offre un sentiment de contrôle

Il y a un autre facteur qui n’est pas moins intéressant d’un point de vue psychologique. Lorsque nous traversons des moments difficiles, lorsque nous sommes entourés d’incertitude, d’angoisse ou d’agitation, il existe un comportement qui nous donne un sentiment de contrôle : l’achat.

 

Le simple fait d’avoir une bonne réserve de nourriture et de produits de base dans la maison est un soulagement. Parce qu’avec elle, nous voyons nos besoins essentiels couverts et le cerveau éprouve une tranquillité d’esprit face à ce fait.

Les gens achètent du papier toilette parce qu’ils ne veulent pas renoncer à ce produit. Parce qu’il leur offre un minimum de dignité qu’ils veulent garder.

Pour conclure, aussi ironique que ce comportement puisse nous paraître, il a une explication et est compréhensible. Et ce n’est qu’un effet de plus associé à la panique. Peu importe qu’il ne soit pas essentiel à notre survie, dans les moments de crise, le fait de l’avoir à proximité génère un sentiment de normalité. De contrôle.