Achats compulsifs dus au coronavirus. Qu’en pense la psychologie ?

15 mars 2020
Il est évident que nous vivons une situation inhabituelle avec le COVID-19 et, à ce titre, nous devons être préparés. Cependant, les achats compulsifs génèrent des conséquences négatives : pénurie de certains produits et augmentation des prix.

Des étagères vides. De longues files d’attente avec des chariots remplis à ras bord. Nervosité, précipitation, regards complices où se partage la même inquiétude : la peur de manquer de provisions, de nourriture, de papier toilette… Les achats compulsifs dus au coronavirus sont un phénomène de plus en plus fréquent qui nous surprend. Il s’intensifie en même temps le sentiment de panique.

Mais cela a-t-il un sens d’aller en masse au supermarché pour stocker des aliments et d’autres produits à la maison ? Ou assistons-nous peut-être à un comportement clairement irrationnel ? Tout d’abord, il y a un fait évident. L’avancée de l’épidémie de COVID-19 nous oblige à prendre des mesures extraordinaires ; l’une d’entre elles est la quarantaine.

Il existe également des zones de population très spécifiques qui sont obligées de rester chez elles pendant au moins 15 jours. Il est évident qu’une telle situation nécessite d’avoir des ressources suffisantes pendant cette période. Cependant, les chaînes de supermarchés nous avertissent : il n’y a pas de problèmes d’approvisionnement, les produits sont réapprovisionnés normalement et rien n’indique que cela puisse changer.

Cependant, nous le constatons : il y a de la peur. Les achats compulsifs se succèdent de Washington à la Nouvelle-Zélande en passant par l’Espagne, la France ou la Malaisie. Toutefois, ce comportement n’est pas nouveau et s’explique par un certain nombre d’éléments très spécifiques. Nous les analysons.

Le coronavirus entraîne des achats compulsifs

Les achats compulsifs en période de coronavirus, à quoi sont-ils dus ?

Abraham Maslow nous a dit dans sa célèbre pyramide des besoins fondamentaux que, à la base de notre bien-être, sur la première marche, se trouve le pouvoir d’avoir de la nourriture pour notre subsistance. C’est ainsi. Dans un contexte d’incertitude et de peur, le fait d’avoir des ressources de base à la maison pour subsister génère une tranquillité dans notre cerveau. C’est quelque chose de compréhensible.

Cependant, un fait que nous avons pu vérifier est qu’il suffit de peu de choses pour que nous réagissions soudainement avec panique. Nous devons être proactifs, c’est certain.

Toutefois, la même réaction de masse provoque des situations que nous voulons tous éviter : la pénurie de certains produits, les longues files d’attente et même des situations de stress et de confrontation entre nous. Il est donc nécessaire de prendre en compte certains aspects concernant les achats compulsifs en période de coronavirus.

Etre proactif, oui, acheter dans la panique, non

David Savage est un professeur de sciences du comportement et de microéconomie à l’université de Newcastle en Australie. Une chose que cet expert nous fait remarquer, c’est que nous devons être prévoyants. La possibilité de maintenir une quarantaine de 15 jours est réelle et, à ce titre, nous devons être prêts. Cependant, nous devons nous approvisionner de manière rationnelle et équilibrée.

Qu’entendons-nous par « rationnelle et équilibrée ». Cela signifie, par exemple, ne pas acheter 15 paquets de papier toilette. Cela signifie, ne pas mettre dans notre chariot 20 bouteilles de gel hydroalcoolique.

C’est ce qui se passe dans de nombreuses villes et pays, provoquant un comportement de stockage irrationnel qui aura des conséquences. La première est le manque de ces produits. La seconde, l’augmentation des prix.

Les achats compulsifs dans les supermarchés

Les achats compulsifs génèrent plus de panique : le retour de la peur

Les médias sont aussi, d’une certaine manière, des incitations à la panique elle-même. Les achats compulsifs dus au coronavirus ne sont pas seulement une réaction instinctive des gens face à une situation de peur et d’incertitude.

Voir à la télévision ou sur des vidéos que nous partageons sur les réseaux sociaux des images de personnes qui achètent a un effet contagieux.

Rappelons qu’au-delà du virus du COVID-19, il n’y a rien d’aussi contagieux que la détresse, comme le sentiment que nous allons manquer de provisions si nous n’agissons pas.

L’esprit méfiant et le désir d’être aux commandes

Steven Taylor, est psychologue clinicien et professeur à l’Université de Colombie britannique. L’un de ses travaux les plus pertinents est La psychologie des pandémies. Dans ce document, il explique un aspect intéressant dont nous devrions tenir compte.

L’esprit humain réagit souvent avec une certaine méfiance aux informations qu’il reçoit. On a toujours le sentiment qu’on ne nous dit pas tout.

Parfois, nous lisons de fausses données auxquelles nous donnons de la véracité, d’autres fois, nous recevons des informations contradictoires… Ces situations alimentent la peur et ce dont nous avons besoins, c’est d’avoir un certain sentiment de contrôle.

L’un des moyens d’y parvenir est à travers les achats. Nous savons que le fait de se laver les mains et de maintenir des mesures de protection et d’hygiène adéquates est utile.

Cependant, le fait de rentrer à la maison et d’avoir des placards remplis de nourriture et de produits de première nécessité nous soulage, nous réconforte et nous donne ce sentiment de contrôle nécessaire.

 

Alternative : les achats compulsifs dans un contexte de crise

Les achats compulsifs dus au coronavirus alimentent la panique et nous devons éviter de tomber dans ce comportement. Il est clair que nous vivons une situation inhabituelle avec le COVID-19.

Ce contexte nous oblige évidemment à nous adapter à cette situation. Mais la possibilité de faire face à cette réalité avec succès, c’est d’abord d’agir avec calme, équilibre et intelligence. C’est ainsi que nous faisons ressortir le meilleur de nous-mêmes.

Par conséquent, lorsqu’on nous demande si nous devons être proactifs, la réponse est oui, mais de manière rationnelle. Est-il conseillé d’augmenter notre volume d’achats d’un jour à l’autre ? Tout dépendra des indications que nous aurons reçues des experts. Si nous devons rester plus longtemps à la maison à cause d’une quarantaine ou si nos enfants ne vont pas à l’école, nous devons évidemment nous équiper davantage.

  • Nous devons éviter que la panique prenne le dessus. Un comportement motivé par l’anxiété et la peur aggrave la situation : les prix augmentent et les produits se raréfient
  • Nous devons acheter ce dont nous avons besoin en fonction de nos besoins quotidiens, ni plus ni moins
  • Si les institutions de santé recommandent des mesures, nous agirons en conséquence
  • Il ne faut pas anticiper des futurs irrationnels : les magasins ne seront pas laissés sans approvisionnement. Nous pourrons continuer à faire nos courses normalement quand nous en aurons besoin

Pour conclure, si à un moment quelconque vous estimez que cette situation déborde d’une quelconque manière, n’hésitez pas à contacter des professionnels spécialisés.

Nous devons affronter les crises avec calme, consensus, un comportement civique et en unissant les efforts et les motivations de tous. Aujourd’hui, nous avons de bonnes nouvelles : la Chine est en train de gagner la bataille et il y a jusqu’à 8 projets de vaccins.