Comment puis-je aider quelqu'un qui s'automutile ?

Vous avez découvert qu'un de vos proches a recours à l'automutilation ? Il s'agit d'une situation difficile et délicate à laquelle nous ne savons pas toujours faire face. Si vous vous trouvez actuellement dans cette situation, voici quelques conseils pour aider cette personne.
Comment puis-je aider quelqu'un qui s'automutile ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 14 juin, 2023

Il y a des émotions trop brutes, celles dont on ne sait pas trop quoi faire et qui collent comme une couche supplémentaire, comme une substance étrange qui pique et rend la vie difficile. Pour soulager cette douleur, il y a ceux qui ont recours à « l’automutilation », une blessure au corps qui cherche à canaliser et même à anesthésier momentanément la souffrance émotionnelle.

C’est un acte complètement dysfonctionnel, nous le savons. Cependant, derrière l’automutilation se cache un amalgame très complexe de déclencheurs et de raisons difficiles à gérer. À comprendre, aussi. De même, il est important de tenir compte du fait que ce comportement est considéré comme un problème de santé publique qui, dans de nombreux cas, est lié au suicide.

Des recherches telles que celles menées à l’Université fédérale de Bahia, au Brésil, indiquent que la prévalence mondiale de l’automutilation est très grave dans la population adolescente. Environ 20 % des garçons et des filles en souffrent. C’est une réalité d’un grand impact pour les familles et pour notre société, quelque chose qui demande de la sensibilité dans sa compréhension et son approche.

Analysons ci-dessous les clés que nous devrions prendre en compte, au cas où un proche montrerait ce comportement.

Les comportements d’automutilation sont plus fréquents chez les femmes.

Adolescente souffrante symbolisant comment aider quelqu'un qui s'automutile
L’une des principales stratégies pour aider quelqu’un qui a recours à l’automutilation est d’éviter le jugement.

Comment aider quelqu’un qui s’automutile

Lorsqu’un de nos proches a recours à l’automutilation, il est courant de se demander pourquoi il fait cela. Il est difficile de comprendre pourquoi une personne s’inflige une blessure, une coupure, une écorchure, une brûlure ou s’arrache les cheveux. À l’Université d’État du New Jersey, par exemple, on souligne dans une étude que la douleur physique est un moyen de distraire l’angoisse émotionnelle.

Par ailleurs, il est possible de parler d’une hypothèse supplémentaire. Une grande partie de l’automutilation non suicidaire est une tentative de « ressentir quelque chose ». L’engourdissement émotionnel est si profond que ces personnes ont besoin de ressentir certaines sensations. Ce sont, comme nous pouvons en avoir l’intuition, des réalités très dures auxquelles nous pouvons être confrontés à un moment de notre vie.

Maintenant, comment agir ? Comment aider une personne qui s’automutile ? La première chose que nous éprouvons dans ces circonstances est le désir de les sauver et de les convaincre de ne plus répéter cette action. Cependant, ces stratégies tout à fait compréhensibles ne fonctionnent pas toujours. Voyons une série d’étapes sur lesquelles réfléchir et à garder à l’esprit.

Quand une personne s’automutile, ce qu’elle ressent ensuite est de la honte. Nous devons comprendre que c’est la seule stratégie d’adaptation à sa disposition. Il nous appartient de l’aider pour la guider dans la recherche de meilleures ressources et outils.

1. Évitez les jugements

Lorsque nous découvrons que quelqu’un s’automutile, il est courant de ressentir du rejet et de la perplexité. Presque automatiquement, nous pouvons dire : « Mais pourquoi tu as fait ça, tu es fou ? » C’est la pire phrase qui puisse sortir de notre bouche, c’est une expression qu’il faut éviter à tout prix.

Si nous voulons aider quelqu’un qui s’automutile, évitons les jugements, les critiques, les commentaires impulsifs. La dernière chose dont une personne aux prises avec une détresse émotionnelle accrue a besoin est d’être accusée et punie. Restons calmes et comprenons une chose très simple : celui qui est blessé applique la seule stratégie d’adaptation qu’il connaît face à ce qui lui arrive.

2. Reconnaissez les émotions de la personne qui s’automutile et donnez-lui de l’espace

L’automutilation est un mécanisme dysfonctionnel pour gérer une détresse émotionnelle grave. Cette angoisse ne disparaîtra pas simplement en lui disant que « tout ira bien » et « fais-moi confiance, je vais t’aider ». Ce que ces personnes ressentent après avoir été blessées, c’est de la honte ; en général, il ne leur sera pas facile de s’ouvrir au dialogue.

Par conséquent, une stratégie utile consiste à leur offrir de la compréhension, à leur faire voir que nous pouvons nous syntoniser avec leur réalité. Demandez-lui : « Comment te sens-tu ? », « Quelle sensation ressens-tu maintenant ? ». Il est évident qu’il ne lui sera pas toujours facile de mettre des mots sur ce qu’il y a en elle. Il est bon de lui donner du temps et de l’espace.

3. Montrez de l’intérêt et de l’attention

« Tu n’es pas seul-e dans ce cas, je suis avec toi dans tout ce dont tu as besoin. Je suis là pour toi ». Qui cherche à se blesser pour ressentir quelque chose ou soulager le poids de l’angoisse à travers la blessure éprouve aussi de la solitude. Ces personnes pensent souvent que tout cet enchevêtrement de pensées et d’émotions ne disparaîtra jamais, que la douleur sera désormais permanente.

Le soutien de l’entourage, les liens affectifs et le savoir être sans juger ni vouloir contrôler est un pilier indiscutable dans ces cas. N’hésitons pas à leur manifester cette préoccupation sincère qui, sans chercher à contrôler ni à imposer, vise à prendre soin et à être simplement présent.

4. Soyez impartial à propos de l’automutilation, mais faites-y attention

Évitons de réagir intensément à la vue des blessures. Toute réponse exagérée ne fera que gêner davantage la personne qui s’automutile. L’idéal dans ces cas là est d’être impartial, de lui montrer qu’elle n’a pas besoin de s’excuser ou de dire quoi que ce soit si elle ne le veut pas.

Si on veut aider quelqu’un qui s’automutile, évitons de renforcer la stigmatisation à ce sujet. Veillons au langage, limitons les réactions spontanées et les attitudes qui peuvent soudainement dresser un mur entre l’être cher et nous.

De même, n’hésitons pas à apporter un soutien pour soigner ces blessures physiques parfois cachées, mais qui peuvent nécessiter une assistance médicale.

Il existe de nombreux types d’automutilation et beaucoup d’entre eux peuvent passer inaperçus. Lorsque nous découvrons qu’un proche les exécute, ne jugeons pas et gardons l’impartialité qui s’impose. Le plus important est d’offrir de la compréhension et de guider la personne pour qu’elle demande une aide spécialisée.

5. N’oubliez pas que vous ne pouvez pas assumer la responsabilité de la personne qui s’automutile

Lorsque nous assistons à l’autodestruction d’un être cher, nous voulons le sauver. Nous devenons obsédés par le sauvetage, par le fait de faire pour les autres ce qu’ils ne peuvent pas faire pour eux-mêmes. Cette approche serait très dangereuse, car nous ne pouvons pas placer les tâches des autres sur nos propres épaules.

Notre fonction sera de soutenir, comprendre, accompagner, savoir être présent ; mais nous ne devons pas assumer les responsabilités de ceux qui doivent travailler à leur propre rétablissement. Même si cela nous est difficile, nous devons déléguer, donner notre confiance à l’autre.

6. Guide pour demander une aide spécialisée

Derrière ce type de situation, il y a des réalités profondes, des expériences qui n’ont pas été affrontées et une grande accumulation d’émotions à aborder. La personne seule ne peut pas vaincre cette conjonction de souffrances. De plus, nous savons déjà que les stratégies d’adaptation qu’elle applique ne sont pas adéquates.

En fait, nous ne pouvons pas ignorer le fait que certaines des automutilations ont une intention suicidaire et, à ce titre, il est opportun d’agir. Si nous voulons aider une personne qui s’automutile, orientons-la vers des soins spécialisés. La thérapie psychologique, ajoutée au soutien social de l’entourage, sont deux piliers qui faciliteront toujours les meilleurs progrès.

Femme en thérapie psychologique symbolisant comment aider quelqu'un qui s'automutile
Il est essentiel que nous exhortions et sachions guider la personne qui s’automutile à entamer une thérapie psychologique.

Note finale

En tant que membre de la famille, ami ou partenaire de quelqu’un qui a recours à ces comportements, il y a une vérité indéniable : nous ne comprendrons jamais complètement pourquoi ces actions sont menées. C’est quelque chose qui est difficile à comprendre. Les problèmes de santé mentale sont des réalités très polyédriques et il est difficile d’appréhender en détail toute leur anatomie.

Le plus important dans tous les cas est de savoir que ces carrefours psychologiques peuvent être surmontés. La personne qui a recours à l’automutilation doit aborder et travailler en psychothérapie sur les dimensions latentes qui favorisent ce comportement. Petit à petit, elle disposera des outils adéquats pour faire face à l’inconfort émotionnel de manière plus efficace et surtout saine.

Sachons être des alliés dans ce parcours de guérison, des facilitateurs d’accompagnement qui savent être un refuge, sans stigmatiser. Nous sommes face à une urgence sociale particulièrement grave chez nos jeunes et il nous appartient de savoir la prévenir et la traiter. Travaillons-y.

Cela pourrait vous intéresser ...
Première séance en cas de crise suicidaire ou d’automutilation
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Première séance en cas de crise suicidaire ou d’automutilation

Une première séance chez le thérapeute est courante lors d'une intervention pour une crise suicidaire. Comment agir lors de cette première rencontr...


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.