Comment comprendre un enfant manquant de confiance en lui

3 juillet 2016 dans Psychologie 0 Partagés

Un des écrivains et poètes les plus acclamés et plus talentueux qu’ait connus le monde, Pablo Neruda, disait très justement que “tout est cérémonie dans le jardin sauvage de l’enfance”.

Face à une réalité aussi évidente, comment est-il possible que tant de parents et d’éducateurs ne sachent pas comprendre un enfant manquant de confiance en lui ?

Il est important de ne pas oublier qu’un enfant hésitant, au-delà de son propre héritage génétique, est défini par des expériences qu’il a vécues tout au long de son enfance et qui n’ont pas été bien résolues, comprises ou maîtrisées.

Pourquoi un enfant manque de confiance en lui ?

Différentes situations vécues par un enfant peuvent être à l’origine de son manque de confiance et produire chez lui de la tristesse, du stress et même des pathologies plus graves comme l’isolement social, la dépression ou la culpabilité, si elles ne sont pas réglées à temps.

Un épisode traumatisant peut faire naître un manque de confiance chez un enfant.

Cela peut venir de différentes raisons, comme la mort de son animal de compagnie, des  expériences à l’école ou au sein d’une famille, et ça peut même être généré par un déménagement.

IMAGE 2

Nous ne devons jamais oublier que la routine est une source de sécurité pour l’enfant. 

La stabilité dans les premières années de sa vie est nécessaire pour lui permettre de se former et de s’éduquer dans un environnement adéquat.

Il faut dès lors que les parents, les tuteurs et les éducateurs soient très compréhensifs et empathiques dans ces situations et qu’ils donnent l’importance que cela revêt pour l’enfant, et non pour l’adulte.

“Une des plus grandes chances dans la vie est le fait d’avoir une enfance heureuse”
-Agatha Christie-

Repérer un enfant manquant de confiance en lui

Un moyen d’éviter d’élever un enfant qui manque de confiance en lui est de le détecter rapidement.

Plus tôt vous découvrirez le problème, plus il vous sera facile de l’étudier, de le maîtriser et même de le résoudre. Pour cela, il faut observer une série de symptômes :

  • Déséquilibres affectifs. Si vous observez de l’instabilité émotionnelle, de l’agressivité et même une demande excessive d’affection et d’attention, cela peut être un symptôme de manque de confiance en soi.
  • Hygiène personnelle négligée. S’il est trop dépendant de ses parents pour l’hygiène, l’enfant pourrait montrer une conduite inappropriée.
  • Mauvais développement moteur. Ses capacités motrices peuvent évoluer de façon incorrecte et il pourrait présenter des problèmes de déplacement au moment de marcher, ou bien pour une mauvaise motricité au moment de dessiner, etc.

IMAGE 3

  • Santé et sommeil perturbés. Une mauvaise alimentation et un sommeil perturbé sont problématiques pour la formation de l’enfant. S’il a des problèmes pour se coucher, s’énerve, fait des cauchemars, n’a pas d’appétit, vomit trop et est même incapable de se servir de couverts, cela peut être un indice.
  • Comportements erratiques et faible rendement. Les comportements erratiques, comme des changements radicaux d’attitude quand il joue ou la baisse de son rendement psychologique peuvent mettre en évidence un symptôme de manque de confiance en lui.
  • Comportement social solitaire : un enfant qui présente trop de retard dans ses facultés communicatives ou théâtralise excessivement peut manquer de confiance en lui.

Comprendre l’enfant qui manque de confiance en lui

Une fois que nous avons un diagnostic et que nous avons détecté l’enfant manquant de confiance en lui, il faut à présent le comprendre et pouvoir modifier son comportement pour éviter les symptômes psychologiques qu’on a énumérés précédemment dans cet article.

La première chose que l’on recommande pour comprendre l’enfant est de garder son calme.

Les enfants reçoivent un grand nombre de stimulations pendant l’enfance et ils peuvent avoir des phases de plus grande ou de moindre confiance en eux.

Il ne faut pas oublier que leurs capacités physiques et psychologiques sont en pleine formation, ça ne doit donc pas être une raison de trop s’alarmer si cela ne dure pas trop dans le temps.

IMAGE 4

L’empathie sera notre meilleure alliée pour comprendre un enfant hésitant. 

Face à ses problèmes de communication, nous devons garder une attitude très compréhensive.

Essayez de vous rappeler comment vous étiez à son âge, ce qui vous faisait peur, ce que vous aimiez ou non, comment vous voyiez le monde…

Un spécialiste en psychologie infantile peut être d’un grand soutien à ce moment-là. 

Pour s’occuper d’un enfant manquant de confiance en lui et savoir ce que nous devons faire, ce sont d’abord eux qui peuvent nous guider lorsqu’il faut être plus compréhensifs et plus empathiques.

Il faut évidemment faire un exercice consciencieux d’observation. Il est important de détecter quelles stimulations et quelles situations provoquent de l’insécurité chez l’enfant, que ce soit à la maison ou dans son école.

De cette façon, on peut rediriger la situation pour que l’enfant trouve une routine plus adaptée à son caractère.

Enfin, l’affection est très importante pour l’enfant manquant de confiance en lui. 

Se savoir aimé des gens qui l’entourent, qui s’occupent aussi de lui, qui le comprennent et lui offrent le cadre tranquille et routinier dont il a besoin est vital pour que son état s’améliore.

“La meilleure manière de bien éduquer des enfants est de les rendre heureux”
-Oscar Wilde-

Comme vous pouvez voir, comprendre un enfant qui manque de confiance en lui ne doit pas être une mission impossible.

Il faut s’armer d’une grande dose de patience, d’affection et d’empathie et mettre la main à l’ouvrage pour éviter que le problème persiste et s’aggrave.

A découvrir aussi