La dure réalité présentée par les dessins de l’illustrateur Urugayen Christian Orta

· 6 août 2018

Nous tournons parfois la tête pour ne pas regarder la vérité en face. Nous laissons passer la vie sans réfléchir, sans regarder et sans comprendre ce que nous sommes entrain d’expérimenter. Il y a des réalités inconfortables et des sujétions qui ne nous font pas nous sentir bien.


Nous nous croyons incompris par le monde alors que ce qui se passe en réalité, c’est que nous ne nous arrêtons pas à nous connaître et à nous sentir. Par conséquent, nous méritons un temps pour réfléchir, pour nous identifier et pour faire un travail sur nous.


Les dessins que nous vous présentons ci-dessous ont été réalisés par l’illustrateur uruguayen Christian Orta, qui a voulu exprimer la réalité émotionnelle d’une grande partie de l’humanité. Peut-être que la clarté est dans le noir et blanc d’un coupde crayon…

Combien vous paye t-on pour renoncer à vos rêves?

rêves-travail

« -Et tes rêves?

-Je les ai changé pour un travail stable… »

 


Acceptez vos sentiments et filer avec votre réalité. Acceptez le défi de vous construire et non de vous détruire …


lutter

« -Aujourd’hui, j’ai passé toute la journée à lutter contre moi même… »

 


Vivre le moment présent n’est parfois pas aussi facile que de le dire. A la fin, il s’agit de mettre de côté la douleur du passé, de jouir du présent et d’avoir des illusions pour l’avenir.


Captura de pantalla 2015-11-17 a las 12.30.47

« -J’essaye de vivre au jour le jour sans oublier le passer et sans négliger mon futur…

-Et comment tu fais? »

 


Amour se ressent ou ne se ressent pas. L’amour NE se tente pas.


aimer

« -J’essaye de n’aimer que toi mais parfois je n’y arrive pas… »

 


Aimons- nous ou idéalisons- nous?

N’idéalisez pas un être cher, regardez le tel qu’il est, crûment et sans anesthésie …


Il existe de nombreux autres dessins de cet artiste (en espagnol). Ceux-ci ous font nous confronter à notre réalité, vore même remettre en question certaines choses que l’on considérait comme ordinaire.

Qu’en pensez-vous ? Vous retrouvez-vous dans certains de ces dessins ?