C’est vous qui décidez si vous vivez ou si vous survivez

12 décembre 2016 dans Psychologie 0 Partagés

C’est vous qui décidez si vous vivez ou si vous survivez, si vous vous laissez porter, passant par le monde sur la pointe des pieds, rongé par l’inquiétude provoquée par les nombreux dangers que la vie présente, ou si vous prenez des risques et que vous profitez quoi qu’il arrive.

Car qui ne tente rien n’a rien, et malheureusement, qu’on le veuille ou non, il est impossible de contrôler tout ce qui arrive autour de nous.

C’est vous qui décidez si vous voulez vivre traqué par les inquiétudes des milliers de malheurs pouvant vous arriver à vous et aux personnes que vous aimez, ou si vous acceptez l’incertitude comme un aspect supplémentaire de la vie.

Finalement, se noyer dans un verre d’eau, c’est une option de plus parmi toutes les options disponibles dans votre quotidien.

Cependant, si malgré tout, vous ne pouvez pas éviter de ressentir une inquiétude excessive pour de multiples circonstances de la vie quotidienne et que cela vous surpasse, alors vous souffrez de ce qu’on appelle, selon les différentes classifications diagnostiques actuelles du DSM-5, un Trouble d’Anxiété Généralisée, plus connu sous le nom de TAG.


Ceux qui ne sont pas prisonniers du besoin le sont de la peur ; certains ne dorment pas car ils sont anxieux à l’idée de réussir à avoir les choses qu’ils n’ont pas, et d’autres ne dorment pas car ils sont paniqués à l’idée de perdre les choses qu’ils ont. »

-Eduardo Galeano-


mujer-bajo-el-agua

Si vous vivez sans vivre, vous souffrez davantage

Si vous vivez sans vivre en essayant d’éviter toute souffrance, finalement, vous souffrez, car ce que vous essayez à tout prix d’éviter finit par se produire.

Si vous anticipez une possible souffrance, un accident, une catastrophe, tout ce que vous arriverez à faire, c’est souffrir pour une chose qui n’est pas arrivée et qui, probablement, ne se produira jamais.

Cette inquiétude constante génère en vous des problèmes de concentration et des difficultés à dormir, car vous vous concentrez continuellement sur un futur dramatique où sont affectées les situations les plus quotidiennes.

Vous pensez que si votre enfant met du temps à vous appelez, c’est qu’il a eu un accident, ou bien que vous serez incapable de réaliser les futures missions que votre patron vous confiera.

Par conséquent, vous êtes moins efficace, ce qui confirme donc vos inquiétudes et qui réaffirme ainsi le sens qu’ont pour vous toutes ces inquiétudes.

Vous tombez donc dans un cercle vicieux qui se rétro-alimente de votre propre mal-être ainsi que de l’anxiété elle-même, puisque le fait d’être anxieux vous empêche d’être pleinement efficace.

L’anxiété est donc la cause première et principale ; elle vous empêche d’agir de la façon la plus adéquate qui soit, et c’est la raison pour laquelle vous vous sentez plus irritable que d’habitude.

De plus, cette anxiété s’accompagne des altérations physiques qui en découlent, qui dans le cas du Trouble d’Anxiété Généralisée se manifestent généralement par de la tension musculaire et de la fatigue.

Ainsi, si vous souffrez de douleurs musculaires continuelles que rien ne justifie ou si vous n’êtes pas capable de faire autant de sport que d’habitude, c’est peut-être que l’anxiété ébranle votre corps.

mujer-con-ansiedad

C’est vous qui décidez de la façon dont vous vivez votre vie

C’est encore et toujours vous qui décidez de la façon dont vous vivez votre propre vie. Si vous acceptez que nous tous, sans exception, souffrirons à un moment ou à un autre et qu’en plus, vous ne pouvez pas éviter ce qui vous inquiète, vous pouvez alors rompre ce cercle vicieux.

Nombreux sont ceux qui ne vivent pas leurs rêves car ils sont très occupés à vivre leurs peurs.

C’est vous qui pouvez décidez quel type de personne vous allez être, si vous voulez faire partie de celles qui vivent et profitent chaque seconde, ou plutôt de celles qui ne vivent pas car elles craignent de souffrir à chaque pas qu’elles font.

Vous pouvez commencer à vivre de façon à ce que vous vous mettiez à vous centrer sur toutes ces merveilleuses opportunités que la vie vous donne et que vous passez sous silence car vous êtes paralysé par la peur de les perdre.

Profitez de tout, même des petites choses de la vie, car on ne sait pas ce qui peut arriver demain. N’oubliez pas que quoi qu’il arrive, on n’a qu’une vie, alors profitez-en !

A découvrir aussi